Mon bullet journal minimaliste

par | Jan 29, 2021 | Vivre de son art | 2 commentaires

Tu cherches comment mieux t’organiser, mais tu te sens dépassé·e par le bullet journal ? Trop complexe, chronophage ? En plus, tu ne sais pas dessiner et tu vois partout des photos de bujos hyper bien décorés ? Laisse-moi te présenter mon bullet journal minimaliste, un outil simple qui va droit au but sans fioritures.

Comme toi, j’ai ramé pour comprendre la puissance du système du bullet journal.

On nous a survendu son esthétique à grand coup de vidéos YouTube, de belles épingles sur Pinterest et beaucoup ont capitulé devant la soi-disant complexité de l’outil.

Voici quelques vérités sur le bullet journal

Il n’a pas besoin d’être beau.

Il ne nécessite pas d’être décoré, sauf si ça te fait plaisir d’y consacrer du temps.

3/4 des éléments que tu trouveras dans les vidéos et articles de blog qui lui sont consacrés n’ont pas leur place dans ton organisation.

Rarement un système d’organisation aussi simple aura autant fait parler de lui. Pour ma part, je me sers du bullet journal depuis plusieurs années et je prône la simplicité avant tout le reste. Même en tant qu’artiste, je ne me sens pas obligée de dessiner dans mon bujo. Au contraire, plus il est épuré et lisible, mieux c’est.

Si tu lis cet article, tu as sûrement une petite idée de ce qu’est un bullet journal ; si tu ne connais pas, il s’agit d’une version ultra personnalisable d’un agenda que chacun organise selon ses besoins dans un carnet vierge. Le terme bullet vient des symboles qu’on utilise pour définir les tâches à accomplir, rendez-vous à honorer, info à noter. Ce système est parfait pour les personnes qui se sentent enfermées dans un agenda classique où chaque journée fait la même taille.  

Pour découvrir le principe en vidéo, je recommande toujours la vidéo de Ryder Carroll, puisque c’est lui qui a conçu le système pour canaliser son hyperactivité. Mais aussi celle de Solange te parle, qui a l’avantage d’être en français, très claire et très drôle ! 

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Pourquoi je précise bullet journal minimaliste ?

Les utilisateurs du bullet journal se sont séparés en plusieurs écoles : les artistiques/décorateur·ices et les minimalistes. Bien sûr, on trouve une infinité de déclinaisons au sein de ces mouvements et c’est normal puisque chacun.e s’approprie l’outil selon ses goûts.

  • Les artistes/décorateur·ices éprouvent le besoin de rendre leur bullet journal joli, d’exprimer leur créativité dans leur organisation en agrémentant leur carnet de dessins, autocollants, adhésifs décoratifs multicolores et vouent une passion infinie aux stylos feutres colorés.
  • Les minimalistes, dont je fais partie, se sentent submergés par les éléments décoratifs et les limiter au minimum, voire s’en passer.

Chacun fait comme iel veut

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise approche. L’important est que le bullet journal fonctionne pour toi. Par contre, je reçois encore des messages de personnes persuadées que le bujo n’est pas fait pour elles parce qu’elles ne savent pas dessiner/que ça prend trop de temps à décorer.

Je rappellerai simplement que ce ne sont en aucun cas des critères essentiels. Ton bullet journal est ton support d’organisation, ni plus ni moins. Il n’a pas vocation à devenir un carnet d’art, sauf si tu estimes que ça va t’apporter la motivation de faire ce que tu as à faire. Ou que tu veux rassembler toutes tes activités dans un carnet.

Je parle de bullet journal minimaliste à la fois sur la forme ( peu voire pas de décoration), mais aussi sur le fond. En effet, j’évite d’encombrer le mien avec des informations inutiles. C’est pour cela que j’utilise Notion en complément dans mon organisation quotidienne. La plupart des listes, idées et projets se développent là-bas.

On y reviendra.

Quel est le meilleur support pour son bullet journal 

Celui que tu ne vas pas lâcher en cours de route, j’ai envie de dire ! 

En 2020, je suis partie dans un Leuchtturm 1917 A5 et comme je le présageais, ce fut une erreur. 249 pages, c’est beaucoup trop et j’ai tendance à être dépassée par l’idée de devoir remplir autant de feuilles. Au bout de 2-3 mois, j’ai abandonné mon bujo.  

À ma décharge, l’année 2020 et les longues périodes de confinement m’ont un peu perturbée et j’ai très vite été dépassée par le fait que mes journées devenaient extrêmement routinières. Pourquoi tenir un bujo quand on est enfermé chez soi, me disais-je ? Mes pages d’emploi du temps et de calendrier éditorial sont restées vides, je me suis sentie coupable et en même temps, à quoi ça rimait de planifier quand on ne savait pas de quoi demain serait fait ? 

En septembre, j’ai décidé de m’y remettre sans stress et j’ai opté pour un nouveau support : un très beau portfolio A5 de chez Paper Republic. Si tu lis mon blog, ce nom ne t’est pas inconnu, j’ai déjà parlé de leur carnet à dessins et globalement, je suis très fan de la contribution de cette entreprise à la belle papeterie. 

Portfolio A5 noir Paper Republic
Poches recto portfolio A5 Paper Republic
Poches verso portfolio A5 Paper Republic

J’ai choisi le portfolio parce qu’il me rappelait mon outil chouchou : le Traveler’s notebook. Une couverture en cuir dotée de plusieurs élastiques permettant de glisser des carnets, de les retirer et de les remplacer une fois pleins. Hélas, j’avais lâché mes Traveler’s notebooks car le format très étroit des carnets n’était pas très pratique pour m’organiser. 

(Rassure-toi, ils assurent désormais mes prises de notes de mes parties de jeu de rôle, je veille à leur trouver une utilité, même si depuis quelques mois, c’est compliqué de jouer ^^.) 

Revenons à notre portfolio. 

Ce qui m’a séduite :  

  • Le format qui me permet d’utiliser des carnets A5 
  • Les élastiques pour insérer plusieurs carnets 
  • Les poches pour cartes de visite, la poche secrétaire pour les papiers. 
  • Le cuir et les finitions impeccables qui font le charme de Paper Republic. 

Le choix du carnet : 

Echaudée par les Leuchtturm 1917 interminables, j’ai sorti des tiroirs des inserts Paper Republic de 48 pages chacun. 48 pages, c’est peu pour certains, mais moi ça me rassure. Je me dis que ceux-là, je peux en voir le bout. Et il me suffit d’en ajouter un dans les élastiques pour prendre le relai.

L’intérêt du petit format

Un format plus fin, ça veut dire aussi que je dois être intentionnelle dans les pages que je crée. Je me suis servie de mes ressentis de 2020 pour faire un gros tri dans les éléments que je veux accueillir dans ma vie.

Dans un gros carnet, j’ai tendance à créer des collections (des listes) pour le fait de remplir les pages au lieu de les créer parce que c’est important pour moi. Genre l’inévitable liste des séries télé que je regarde alors que bon, au fond, je n’éprouve ni un grand intérêt pour les marathons séries ni pour le fait de les garder en mémoire. De même pour les pages de gratitude et autres auto-coaching. J’ai un journal où je vide déjà mon cerveau, donc je n’ai aucun besoin de créer des pages de développement personnel dans le bujo.

Pour moi, le bullet journal minimaliste, c’est le truc le plus simple possible, qui ne me demande que 5 minutes par jour pour préparer ma journée et voir tout ce que j’ai fait le soir.

Ce que ne contient pas mon bullet journal minimaliste 

  • L’index: Autrement dit, la table des matières. Je ne m’en sers pas et si je veux me repérer parmi les pages, je colle un petit onglet coloré annoté d’un titre. 

  • La page de clés (ou bullet) : après des années de bujotage, je commence à connaître mes symboles par cœur, ça va aller ^^ 

  • Des collections qui ne servent à rien

  • Des trackers (ou tableaux de suivis) sur plein de sujets qui ne me servent pas : combien de verres d’eau ai-je bu dans la journée ? De quelle humeur étais-je cette semaine ?

Ce que contient mon bullet journal minimaliste 

Un planning annuel (ce qu’on appelle future log en anglais)

Cet outil me permet d’avoir une vue globale des événements et rendez-vous des mois à venir. C’est pour moi l’un des éléments fondateurs de mon bullet journal. Je sépare ma page en 3 et j’inscris les infos pour les mois à venir, sans détail.

Bullet journal minimaliste - vue annuelle

Un visuel mensuel sur 2 pages :

j’y reporte les éléments notés dans le planning annuel, j’y ajoute les rendez-vous importants comme les publications Libre comme l’art, Patreon, l’administratif et les mises à jour de la boutique. C’est sur cette page que j’insère les trucs que je veux suivre quotidiennement, comme l’écriture de fiction et l’activité physique. Je coche une case sur la journée concernée dès que la tâche est faite. C’est tout.

Edit 2022 : j’ai supprimé le mini tracker de ma page mensuelle, je ne pensais pas à le remplir. Je préfère noter les tâches dans ma pages quotidiennes.

bullet journal minimaliste - vue mensuelle

Ma feuille de route hebdomadaire

La feuille de route hebdo a trouvé sa place dans mon système. Chaque dimanche, je fais un vide-cerveau : je note tout ce à quoi je pense, les idées et trucs à faire pour la semaine. Je ne fixe pas de jour précis pour tout.

Je suis une personne assez tournée vers le passé/présent et très peu sur le futur. Si je note des trucs à faire à l’avance dans le bujo, le jour J, je ne les ferai pas par manque d’envie, d’inspiration etc. C’est pour ça que j’ai beaucoup de mal à faire des exercices de projection genre “ta vie idéale dans 5 ans”. Et avec les calendriers éditoriaux !

Ma feuille de route hebdo me permet de recenser les trucs qui devraient être fait si possible dans la semaine. Et je pioche dedans quand j’ai du temps, un creux d’inspiration qui m’empêche de dessiner etc. Tiens, j’ai la migraine ? Cherchons un truc pas trop exigeant à faire, comme faire des photos pour un article ou des visuels Pinterest. (L’option ne rien faire est tout aussi valable.)

bullet journal minimaliste - feuille de route hebdo

Les quotidiennes 

Je fonctionne principalement avec les quotidiennes dans mon bullet journal. Comme je le disais, ma vision du futur est tellement floue que je ne prépare rien en avance. Je passe 5 mn le matin à poser ma journée et 5 mn le soir à cocher mes petites cases. Et à ajouter des trucs que j’ai faits alors que ce n’était pas prévu, ça c’est ma spécialité. Comme je fonctionne beaucoup par bilans, j’aime noter tout ce que j’ai réussi à faire en fin de journée. 

bullet journal minimaliste - vue quotidienne

Les erreurs que je faisais dans mon bullet journal

À force de cultiver un bullet journal minimaliste, j’avais tendance à le transformer en une grosse to do liste et à ne le considérer que comme un outil de productivité. C’est en réécoutant Ryder Caroll parler du système que j’ai compris qu’il manquait quelque chose dans mon fonctionnement:

Des notes sur la journée.

En gros, les événements qui se produisent, ma façon d’y réagir, comment je me sens face à un imprévu. Une sorte de mini journal sous forme de phrases très courtes, mais qui permettent de donner un ton différent à mon bujo. Ecrire les choses permet de les dédramatiser, j’ai pu le constater depuis que je pratique l’exercice.

Et voilà, on a fait le tour de ce qui trouve sa place dans mon bullet journal minimaliste. Par contre, on est loin d’avoir fait le tour de tous mes carnets de notes.^^ Mais ça, c’est une autre histoire. 

Et toi, comment gères-tu ton organisation ? Quel outil utilises-tu au quotidien ? 

Ces articles devraient te plaire :

Marie-Gaëlle

Marie-Gaëlle

Artiste indépendante - Illustratrice

Je personnalise les murs des fans de fantasy grâce à mes aquarelles peuplées de déesses, de fées et de sorcières.

Soutiens mon travail sur Patreon

En savoir plus

2 Commentaires

  1. Charlie

    Je me demandais depuis quelques années comment allier la versatilité des « carnets volants » avec la praticité des Filofax et la réponse était le portfolio
    Je n’arrive pas à tenir un BJ journalier « proprement » parce que j’y insère des notes et choses très diverses à la suite (notamment des notes rapides sur mon roman et des petits croquis) et que j’aime les avoir tous sous la main mais sinon j’ai une pratique du BJ très similaire à la tienne, le moins de structure et contenu inutiles possible ! Cet article m’a donné envie de m’y remettre, on m’a offert des carnets pour Noël donc c’est pas encore le moment pour le portfolio mais rien ne m’empêche de les remplir plus proprement cette fois

    Réponse
    • Aemarielle

      Hello Charlie, merci de ton commentaire. Aujourd’hui encore je regarde mes Filofax avec nostalgie, mais clairement je n’arrive pas à les utiliser. Les anneaux me dérangent. J’ai passé du temps à essayer des systèmes, à les abandonner parce qu’à chaque fois, c’était trop compliqué pour moi. Ça va faire un an que j’utilise le portfolio quand j’y pense et j’ai trouvé le système qui me permet à la fois de rester simple tout en insérant des trucs facilement si besoin.
      Tu tiens les notes de ton roman dans ton bujo quotidien ou tu as un bujo d’écriture comme certains écrivains ?

      Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Pourquoi tenir un carnet de jeu de rôle - Aemarielle - […] tu me connais, tu sais que j’ai des carnets pour toutes sortes de sujets : un bullet journal, des carnets de…
  2. Optimiser son temps | guide de survie spécial projet long - Aemarielle - […] Mon bullet journal minimaliste qui me permet de tracer la feuille de route de chaque jour, semaine et mois…
  3. Notion | Comment j'y organise mon espace de travail d'artiste - Aemarielle - […] Notion pour ranger tout ce que je ne veux pas mettre dans mon bullet journal. En gros les collections,…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This

Partage si tu as aimé

Fais-en profiter tes ami.e.s !