À propos

Bienvenue !

Je suis Marie-Gaëlle, l’artiste cachée derrière Aemarielle

 

Je vis à Strasbourg avec mon adorable mari et nos deux chats, au milieu de livres de jeux de rôles, de peinture et de figurines Games Workshop.

Portrait profil aemarielle atelier

Des illustrations originales pour les fans des mondes imaginaires…

Tu rêves de traverser les miroirs comme Ophélie ou d’être une sorcière aussi talentueuse que Circé ? Alors tu es au bon endroit. Etant moi-même très inspirée par les déesses et sorcières, j’illustre les personnages féminins qu’on croise encore trop rarement sur les routes de la fantasy. Tu voudrais une aquarelle unique pour décorer ton bureau ou ton salon ? La boutique contient certainement ton bonheur ; sinon tu peux commander le personnage de tes rêves. C’est toi qui décides.

… à l’écriture de séries

Je suis également autrice d’une série de dark fantasy inspirée de l’Egypte ancienne. Elle s’intitule Le Cycle du Dieu Noir (titre provisoire depuis 6 ans maintenant !) et je compte bien la mener à son terme pour l’auto publier et la vendre dans ma boutique. Si tu aimes les histoires où les dieux se mêlent un peu des affaires des humains et où les courtisanes fomentent des intrigues, alors tu pourrais trouver Le Cycle du Dieu Noir à ton goût.

 

Mes valeurs

 

Je m’attache à créer des oeuvres colorées, sexy, féériques et infusées à la féminité. J’évite l’horreur et le gore (sauf s’ils servent le propos de ma peinture), les ambiances post-apocalyptiques déprimantes et le cyberpunk. Je suis une artiste résolument optimiste ; mon but est d’apporter du beau et de la joie aux personnes qui acquièrent mes tableaux.

 

Photo Aemarielle de face avec crayons de couleur

Devenir artiste 

Début 2020, j’ai quitté mon emploi dans les assurances après 18 ans de bons et loyaux services pour vivre la vie que je m’interdisais de vivre jusque-là : celle d’une artiste indépendante.

Cette décision, je l’ai ruminée, procrastinée pendant des années. Je savais que je devais la prendre, mais je trouvais toujours des excuses pour ne pas franchir le pas : le salaire, le statut social, l’illégitimité artistique. Jusqu’au jour où je suis tombée malade. 6 mois d’arrêt, effondrée, incapable de gérer quoi que ce soit. En dehors de mes proches, c’est l’art qui m’a aidée à me relever. C’est peindre et réfléchir à toutes les possibilités qui pouvaient s’offrir à moi grâce à lui que je me suis remise, lentement.

Je suis retournée au travail et cette fois, la décision s’est imposée d’elle-même après quelques semaines à souffrir au bureau. Tout était limpide dans mon esprit. J’ai demandé une rupture conventionnelle et je suis partie. Tout s’est fait sereinement, naturellement. Et désormais, je suis l’artiste indépendante que je rêvais d’être depuis toujours.

Comment on devient artiste pro ?

Pendant des années, j’ai ajouté le terme amateure derrière artiste. Dans chacune de mes bios sur les réseaux sociaux, je précisais « amateure, aspirante, apprentie ». Après tout, j’étais autodidacte, pour qui me prenais-je ? Et puis un jour, j’ai décidé de supprimer ces mentions inutiles. Et tu sais quoi ? Depuis, je ne fais que progresser: j’ai lancé mon entreprise, transformé mon site web pour qu’il reflète mon professionnalisme, créé ma boutique d’art toute seule, fait rédiger des CGV par une avocate.

Je suis devenue artiste professionnelle le jour où j’ai commencé à me comporter comme telle.

Je sais, je sais, tu freines encore.

C’est parce que je connais bien ton problème que je partage sur mon blog les réflexions qui m’ont aidée à surmonter la peur de l’inconnu pour m’assumer en tant qu’artiste, moi qui n’ai pas fait d’école d’art. Je ne me définis pas comme coach, plutôt comme une mentor bienveillante. J’aime écouter, conseiller et partager mes connaissances. C’est une facette de ma personnalité que je mets à ta disposition, si tu en as besoin.

Mon univers

 

Je baigne dans les romans de fantasy, les récits fantastiques et mythologiques depuis toute petite. Certes, la mythologie grecque n’est pas un modèle d’émancipation féminine, mais c’est tout de même le premier vivier de femmes puissantes qui me soit tombé entre les mains. Très naturellement, mon art s’appuie sur ces inspirations.

Ma discipline de prédilection est l’aquarelle, un médium exigeant, affublé d’une image vieillotte qui lui colle à la peau – à tort si tu veux mon avis. Je trouve que les aquarellistes actuels ont métamorphosé son utilisation. Pour moi l’aquarelle est synonyme de couleurs vibrantes, de modernité et la magie des pigments qui se mêlent à l’eau pour s’épanouir sur le papier est incomparable.

Cela ne m’empêche pas d’utiliser d’autres outils comme l’encre de Chine, les feutres à alcool ou un simple crayon graphite en fonction de mon humeur. Mais l’aquarelle finit toujours par reprendre sa juste place sur mon bureau.

Devenons ami.e.s sur la toile

Pin It on Pinterest