Comment cultiver plusieurs facettes créatives

par | Mar 24, 2020 | Créativité | 2 commentaires

Je mets à profit le fait d’être confinée chez moi pour réfléchir en profondeur à mon identité d’artiste et à la direction que je veux donner à mon activité professsionnelle.  Notamment sur un aspect de moi que je néglige depuis plusieurs mois : l’écrivaine de fiction.

Si toi aussi tu joues sur plusieurs tableaux artistiques, cet article te parlera peut-être. Comment réussir à cultiver plusieurs facettes créatives en même temps ?

Pour clarifier mon propos, je vais poser un peu de contexte. Il y a 6 ans, j’ai commencé à écrire plutôt sérieusement, avec l’envie de mener un roman à son terme et de le publier. Le cycle du dieu noir est né à cette époque.

Très naturellement, j’ai eu envie de dessiner autour de l’histoire, de créer des illustrations des personnages etc. C’était vraiment une chouette période où j’écrivais et dessinais beaucoup.

Je n’ai pas vraiment compris ce qui s’est passé ensuite. Tout est devenu très sérieux, j’ai présenté Le cycle du dieu noir à des éditeurs, je me suis formée à l’écriture sur Cocyclics, j’ai commencé à envisager plein de choses autour de cette histoire… et la pression m’a littéralement dégoutée d’écrire.

Dès le moment où j’ai commencé à envisager l’écriture sous un angle très sérieux et professionnel, j’ai cessé d’en tirer du plaisir. Immédiatement.

Curieusement, je n’éprouve pas du tout le même sentiment autour du dessin et de la peinture. Comme si je m’étais depuis longtemps mise en mode pro sur la question sans complexe ni doute.

Pourquoi diable ai-je à ce point pris peur d’écrire ?

La peur du rejet

Evidemment, la peur d’être rejetée, de voir mes textes jugés et dépréciés était présente. Plus je me prenais au sérieux, plus mon cerveau hurlait que je n’étais pas une vraie écrivaine. Les vrais écrivains écrivent depuis leur plus jeune âge, ils vivent pour l’écriture et y consacrent tout leur temps. Moi j’étais une menteuse : je prétendais écrire, mais je passais plus de temps à dessiner. Les gens ne s’y tromperaient pas: ils me renverraient gentiment dans mes pénates en me disant d’arrêter de me prendre pour une autrice.

La peur de la réussite

Je ne suis pas à une contradiction près, tu vas voir. À côté de la peur de l’échec est venue se greffer la peur de réussir. Et si ça marchait et que ta vie s’en trouvait bouleversée ? Que tu te retrouvais à courir les salons et à devoir rencontrer plein de gens intéressés par ce que tu fais?

Et là, mon cerveau d’INFJ a commencé à se faire des films très négatifs autour de la réussite. Comme si c’était mal pour moi de rencontrer le succès alors que quand mes amies le trouvent, je suis super fière d’elles !

Comment veux-tu créer sereinement quand ton cerveau joue contre toi en te faisant miroiter le pire de toutes les situations ? Pas étonnant que j’aie lâché le carnet et le stylo.

Et si on remettait un peu de positif dans tout ça ?

L’objectif pour moi, c’est de renouer un rapport sain avec l’écriture ; un rapport de travail, certes, mais avant tout de satisfaction et de plaisir. Le même rapport que j’entretiens avec l’art en fait. Ce qui te fait oublier le temps, la faim et la soif dans un tunnel créatif appelé le Flow.

Pour enfin assumer fièrement le titre que j’écris dans mes présentations et profils sur les réseaux : artiste et écrivaine de fantasy pimentée

Des outils et des essais

J’ai envie de tester, d’expérimenter et de voir ce qui me convient, sans repartir dans une pression de produire, produire et encore produire. Ritualiser, avancer à mon rythme, chercher le plaisir et le fun, voilà le credo que je choisis pour me remettre à écrire. Je ne peux pas accorder autant de temps et de disponibilité à l’écriture car c’est l’art qui est censé me faire vivre et c’est mon activité principale. 

Par contre, je peux créer une activité doudou autour de l’écriture. Un moment qui me sorte du côté artiste entrepreneure et qui me relaxe. Pourquoi écrire devrait être une corvée, hein ?

J’ai donc opté pour plusieurs outils afin de me guider sur la reprise zen de l’écriture:

  • Les masterclass d’écriture de Cécile Duquenne
  • Un bureau optimisé
  • Un synopsis de travail
  • Le site spécial LCDN
  • le camp Nanowrimo

Les masterclass d’écriture de Cécile Duquenne

Cécile Duquenne est une autrice de SFF bien connue notamment pour sa série Les foulards rouges. Elle a ouvert il y a 1 an environ une école d’écriture en ligne qui rencontre un certain succès pour des raisons assez simples: Cécile dédramatise beaucoup les choses. Son approche de l’écriture est à la fois simple et bienveillante. De son parcours d’études elle a tiré une pédagogie efficace qui rend tout limpide. C’est grâce à elle (et à moi quand même hein !) que j’ai pris la décision de me remettre à écrire après des mois et des mois de blanc.

Un bureau optimisé pour la création

Je suis en train de trier, vider et ranger mon bureau pour en faire un espace de paix et de réflexion. J’ai remarqué que je suis incapable de me concentrer si je suis dans une pièce en désordre. Mon esprit se focalise sur le désordre et le fait que je devrais ranger au lieu de se laisser aller à la création. J’ai envie de bougies, de zénitude et de clarté.

Un synopsis de travail

Encore grâce à Cécile Duquenne, je me suis replongée dans l’exercice du synopsis de travail, mais cette fois avec l’esprit léger. Désormais je vois le syno comme un aide de camp et pas comme un affreux carcan anti jardinière. J’ai ressorti mon vieux carnet spécial Le cycle du dieu noir pour l’occasion (que javais aussi laissé tomber pour cause de perfectionnite aigûe) et je rédige toutes les idées dont j’ai besoin avant le début du mois d’avril.

Le Camp NaNoWriMo du mois d’avril (et de juillet)

Je m’étais jurée qu’on ne m’y reprendrait plus, que je ne ferai plus le NaNo, que c’était pas pour moi etc. etc… Et pourtant, cette année, j’ai envie de participer à petite échelle. J’ai donc opté pour les Camps NaNo, moins ambitieux en terme de compteur de mots que le NaNo officiel du mois de novembre. Donc je suis partie pour 10K mots en avril. Je profite des jours précédents le démarrage pour préparer le syno, mon espace de travail et me replonger dans mon histoire.

Le site spécial Le cycle du dieu noir

Tu te souviens quand je te disais plus haut à quel point j’avais adoré mêler le dessin et l’écriture il y a quelques années ? Eh bien, j’ai créé un mini site web entièrement dédié à ma série. L’idée est de te la faire découvrir de façon ludique avec des illustrations, des fiches personnages et des chapitres. Si tu veux m’encourager pendant le process d’écriture, ça me fera plaisir de t’y croiser ! 

Et toi dis-moi ? Ressens-tu parfois de la frustration en essayant de cultiver plusieurs facettes créatives ? As-tu trouvé un moyen de t’épanouir dans tes diverses disciplines ? Viens m’en parler en commentaire, j’adore te lire !

2 Commentaires

  1. Saïd

    Bonjour. Je comprends la difficulté que l’on peut avoir à créer lorsqu’on est tenté par plusieurs disciplines artistiques à la fois. Ce qui m’a aidé à écrire davantage, c’est un ensemble de « contraintes » avec lesquelles j’ai accepté de jouer sur le long terme. Le rapport avec le lectorat (le fait d’autopublier beaucoup) a joué aussi. Par contre je suis sceptique par rapport aux cours d’écriture en ligne payants. Je te souhaite une bonne continuation !

    Réponse
    • Aemarielle

      Merci de ton message Saïd, et de ton retour d’expérience. Oui l’auto publication te pousse à écrire régulièrement pour rester en lien avec ton lectorat, je suppose. Je comprends ton scepticisme sur les cours d’écriture en ligne, même si celui dont je parle a débloqué beaucoup de choses pour moi, j’imagine que ça n’aura pas le même bénéfice pour tout le monde. Très bonne continuation également !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This

Partage si tu as aimé

Fais-en profiter tes ami.e.s !