La Catrina | Une aquarelle… mortelle !

La Catrina appartient à la mythologie mexicaine, en particulier au jour des morts. Rien d’étonnant à ce que je la peigne pour accompagner la transition entre Halloween et La Toussaint. En ce moment, je suis dans une série d’aquarelles aux inspirations sombres et mystérieuses, comme Lune rousse, qui elle est inspirée de plusieurs mythes slaves.

Aquarelle La Catrina par Aemarielle - une femme squelette avec de longs cheveux noirs, une robe blanche, deux corbeaux et des crânes humains

La Catrina – aquarelle originale 20 cm x 30 cm – 2023- Aemarielle

Qui est La Catrina

Ce nom désigne un personnage fictif qui est devenue une figure incontournable de la culture populaire de ce pays. Elle serait née de l’imagination d’un caricaturiste : José Guadalupe Posada, lui même inspiré par des iconographies plus anciennes.

Elle ressemble par bien des points à La Santa Muerte, une divinité d’Amérique Latine.

Cette femme squelette vêtue de beaux atours incarne la mort, mais aussi la protection et la guérison.

Le culte de La Santa Muerte est né dans les traditions préhispaniques. À l’époque, les dieux aztèques associés à la mort étaient Mictlantecuhtli et Mictecacihuatl. Chez les mayas, on parlait aussi de Xibalba, le monde souterrain.

Sous l’influence des missionnaires de l’église catholique, la figure de La Santa Muerte est apparue, absorbant les cultes mayas et aztèques. Les célébrations liées aux morts ont été déplacées en novembre pour se rapprocher des célébrations catholiques.

Là où la Santa Muerte est célébrée à travers toute l’Amérique Latine, La Catrina elle, semble spécifiquement liée à la culture mexicaine. Et par son aspect moins religieux, elle me parle davantage que Nuestra Santissima Muerte.

Aujourd’hui, on trouve souvent la figure de La Santa Muerte sur des pochettes d’albums de métal ou tatouée sur les membres des cartels d’Amérique du sud. Ouaip…

Alors évidemment, si tu cherches La Catrina sur internet, tu risques aussi de tomber sur cette baronne de la drogue mexicaine qui a été tuée il n’y a pas si longtemps.

Ce n’est clairement pas cet aspect-là du personnage auquel je rends hommage dans ma peinture.

Un croquis d'une femme au visage maquillé en squelette, dans une robe complexe, tenant un crâne dans une main. Des corbeaux sont posés sur elle.

Croquis de La Catrina dans mon carnet à dessin

Ma vision de La Catrina

Normalement, La Catrina est une femme au corps et au visage squelettique, arborant un chapeau à plumes à la française.

La mienne a toujours un corps de chair, et son visage est grimé en squelette. Elle porte une couronne de fleurs sur la tête au lieu d’un chapeau.

Une peinture en cours d'exécution, sur un bureau, avec une palette d'aquarelle et des pinceaux tout autour.

J’ai passé pas mal de temps à travailler le dégradé du fond.

Je la vois davantage comme une déesse que comme une icône de fiction. Pour moi, elle est ancrée à la fois chez les vivants et les morts. D’où la chair et les crânes. J’aime aussi l’idée qu’elle véhicule de la douceur et de la bienveillance malgré son aspect effrayant de prime abord.

La mort n’est pas cruelle. Elle n’est pas malveillante. Elle est inflexible, mais équitable. Quelque soit ton niveau de vie, ton intelligence, ta richesse, tu finiras par la rencontrer.

La Catrina m’évoque un peu Perséphone, mais qui passerait le plus clair de son temps en enfer pour ne sortir que quelques jours dans l’année, avec tous les autres morts.

Ma première version de la Santa Muerte en 2021

Tu savais que j’avais déjà interprété ce mythe à l’aquarelle ? C’était en 2021, pour L’Oracle des Gardiennes sacrées, publié chez Eyrolles. Carole-Anne Eschenazi, ma co-autrice, m’avait demandé de travailler sur cette icône pour la carte de La Gardienne de la Transformation. À l’époque, je suis partie sur une palette de couleurs très différente et un style Art nouveau assumé.

Une Santa Muerte façon art nouveau, avec un gros bouquet de fleurs dans les bras et des papillons autour d'elle

L’aquarelle originale de La Gardienne de la Transformation

La touche beauté spéciale : la feuille d’or

C’est la première fois que j’ajoute de la feuille d’or sur l’une de mes aquarelles. Comme les couleurs de cette aquarelle sont froides, je tenais à la rehausser avec une touche précieuse. Ce halo doré lui ajoute de la lumière et de la magie. Tu peux me voir poser la feuille d’or de La Catrina en vidéo sur ma chaîne YouTube.

Un zoom sur l'auréole ne feuille d'or brillante sur La Catrina

On ne voit pas bien l’effet or au scanner, alors j’ai pris une photo à la lumière naturelle pour que tu voies à quoi ça ressemble vraiment.

Tu aimes La Catrina ?

Retrouve cette aquarelle originale dans la boutique en ligne. Je n’ai pas prévu de faire des tirages d’art de cette œuvre (mes mécènes sur Patreon recevront sa version en carte postale). Si tu te l’offres, tu seras en possession de l’unique exemplaire. Et en t’inscrivant à la newsletter, tu bénéficieras d’une réduction immédiate sur ta première commande dans la boutique !

 

Marie-Gaëlle

Marie-Gaëlle

Artiste indépendante - Illustratrice

Illustratrice de L'Oracle des Gardiennes sacrées aux Editions Eyrolles.

Créatrice d'univers féeriques, féminins et délicieusement érotiques à l'aquarelle.

Rejoins ma newsletter pour avoir accès aux coulisses les plus croustillantes de mon atelier d'art.

En savoir plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.