Vivre de son art | bilan du 1er trimestre 2021

par | Mar 26, 2021 | Vivre de son art | 14 commentaires

J’ai hésité à écrire cet article parce que je ne sais pas trop si connaître mon état d’esprit et mes résultats est un sujet qui te passionnera, mais après tout, on ne le saura qu’après avoir tenté ! J’ai décidé de parler de mon expérience depuis que je suis à mon compte pour voir où en est mon cheminement pour vivre de mon art. 

Nous arrivons à fin mars, c’est l’occasion de faire un bilan du premier trimestre 2021. Rassure-toi, je ne compte pas faire un bilan chiffré, plutôt te raconter comment je vis ce début d’année.
Spoiler, ça ne se passe pas aussi bien que je l’espérais, et je pense que c’est important d’être transparente et honnête plutôt que de rédiger des articles faussement positifs.
 

Pour moi qui ai tendance à me comparer aux autres, les bilans hyper victorieux en mode : « wow, j’ai fait un lancement à 16K, trop de la balle » me filent des complexes. Non pas que je dénigre ces personnes, elles font du super boulot ! Par contre, je suis pas sûre que ce soit la majorité des entrepreneurs qui obtienne ce genre de résultat, surtout après 1 an d’activité. Et pour ma part, c’est important d’être objective et sincère dans ce que je te raconte.

Flashback sur 2020

J’ai attendu des années avant de me lancer comme artiste professionnelle. Vivre de son art est un rêve que nous sommes nombreux à caresser, mais il m’a fallu dépasser de nombreux blocages pour me lancer : la peur de l’incertitude, des difficultés financières, la peur de l’échec et du jugement, mais aussi de la réussite.

J’ai officiellement quitté mon CDI le 21 février 2020, sans savoir que quelques jours plus tard, le pays serait confiné et les activités culturelles littéralement supprimées. Sachant que beaucoup de travail m’attendait pour mettre en place ma boutique, me faire connaître et développer ma clientèle, je m’étais inscrite à une convention locale au Zénith de Strasbourg, qui a été annulée comme 90% des salons et festivals.  
Malgré tout, j’ai réussi à lancer les ventes en ligne par le biais de ma boutique et à réaliser quelques commandes personnalisées, ce qui m’a mis le pied à l’étrier. 

Fin 2020, je ne sais pas ce qui m’a pris, j’ai eu un infime espoir de voir la vie reprendre son cours et j’ai fondé mes objectifs sur une reprise des activités culturelles en 2021.  

Je ferais une bien piètre voyante ! 

2021 commence sur les chapeaux de roues (ou pas)

A l’heure où j’écris cet article, mon premier festival début juin vient d’être annulé et en toute franchise, je ne sais pas si les suivants auront lieu. Bref ! La situation sanitaire est ce qu’elle est, il va bien falloir que je fasse sans ces événements qui auraient pu grandement contribuer à faire connaître mon travail. 

Je comptais un peu dessus malgré tout car force est de constater que pour le moment, ma boutique ne me rapporte que très peu de revenus. Je ne génère pas encore assez de visites sur mon site pour développer ma clientèle, mais j’y travaille. 

Pour vivre de son art, mieux vaut être persévérant et bien campé sur ses positions, tu vas voir.

Mes gros fails sur le premier trimestre : 

La vente de mes originaux 

Je m’étais fixée comme objectif pour le premier trimestre de vendre au moins 4 aquarelles originales et motivée comme jamais, j’ai mis en place des actions que j’imaginais plutôt intéressantes. 

D’abord, j’ai envoyé une offre de remerciement pour les clients qui avaient commandé dans la boutique en 2020. Un code promo avec la livraison offerte pendant tout le mois de janvier. J’ai totalisé 0 vente à la fin de l’offre malgré mes relances.  

L’année commençait super bien ! 

Courant mars, j’ai lancé une offre promotionnelle sur mes toutes premières aquarelles : 50 % de réduction pendant 1 semaine. L’offre concernait 5 aquarelles avant que je les retire de la boutique. L’une d’elle a été adoptée, les 4 autres ont quitté la boutique et ne seront plus en vente. 

Evidemment, ça m’a un peu déçue, mais c’est aussi la vie quand on est à son compte. On teste des choses, parfois elles fonctionnent et parfois, c’est un flop. L’important, c’est de remettre le pied à l’étrier et ne pas se décourager.

Le développement de ma visibilité 

Que ce soit en termes de trafic sur le site où je dépasse rarement 30 visites quotidiennes, ou sur Instagram où mon audience stagne depuis des mois, ma visibilité ne décolle pas.  

Je suis également assez loin de mes objectifs concernant les abonnements à ma newsletter, mais il faut dire que j’ai enlevé un bon nombre d’abonnés qui ne l’ouvraient plus depuis 3 mois voire plus. 

Autant je ne m’en fais pas trop pour Instagram qui n’est pas un canal de vente majeur pour moi, autant je compte bien remédier à la situation sur mon site web. 

Mes succès : 

  • Une Fleur à la main a été adoptée au mois de février, sans autre action qu’une mise en avant sur Instagram. Des fois la vie est étrange ^^ 
  • Un tirage d’art d’Hécate est parti dans sa nouvelle maison 
  • L’étreinte de la sirène va décoller pour son nouveau foyer après l’offre promotionnelle de mars. 
  • Le cahier de coloriage a attiré la majorité des abonnés à Libre comme l’art, ça me fait super plaisir. 
  • J’ai été invitée à participer à un festival par une amie très chère (j’attends la bonne confirmation avant de vous l’annoncer officiellement !)  
  • J’ai peut-être peu d’abonnés au sein de mon audience, mais ils sont top ! Toujours prêts à me soutenir, interagir et partager mon travail. ❤️️
  • J’ai demandé et obtenu des conseils de personnes qualifiées pour m’aider à avancer : rédactrice web, coach… Quand ça ne va pas, le mieux est de demander un coup de main.
Aquarelle-originale-étreinte-sirène-marin

L’étreinte de la sirène – vendue !

Bon évidemment, étant d’un tempérament anxieux, j’ai commencé à m’inquiéter et je me suis pris une légère déprime durant le mois de mars. On voudrait forcément que les choses se passent mieux et pour ne rien arranger, j’ai tendance à exiger des résultats immédiats de ma part. Le souvenir de mon ancien métier où l’on me réclamait des preuves de mon travail sous forme de ventes quotidiennes. Ce réflexe est encore bien ancré : si tu ne vends pas, c’est que tu ne bosses pas assez. 

Heureusement, j’ai assez travaillé sur moi pour que ce genre de déprime ne dure pas. J’apprends à me concentrer sur l’action, sur les solutions plutôt que sur les problèmes.

Pour vivre de ton art, tes petites voix négatives tu feras taire.

Mes leviers d’action : 

Le SEO :

Si j’ai développé mes connaissances au sujet du référencement naturel et de l’importance du contenu pour que les moteurs de recherches mettent mes pages en avant, je n’ai pas suffisamment appliqué mes leçons aux fiches produits de la boutique en ligne. 

Mes descriptions sont trop courtes et pas optimisées. Je suis en train de les réécrire une par une pour dynamiser la visibilité de ma boutique. 

Pinterest :

Je ne peux pas compter sur les réseaux sociaux pour booster mes ventes, mais il me faut une vraie stratégie sur Pinterest car c’est un véritable vecteur de trafic quand on l’utilise bien. Or, j’ai délaissé Pinterest ces derniers mois, par manque d’organisation. 

Développer mes offres :

Plus de tirages d’art, de produits de papeteries, qui permettent de diversifier les choix et les gammes de prix. J’ai conscience qu’une peinture originale représente un budget important.  

Mettre en avant le paiement échelonné :

cette option existait, mais j’en parlais dans les fiches produits, ce qui n’était pas assez visible. Désormais l’information figure en haut dans la boutique. 

Développer les commandes personnalisées :

Là encore, je pense ne pas avoir assez mis en avant ce service en 2020, c’est resté très confidentiel. Pourtant j’essaye d’en parler sur Instagram, mais on sait tous quelle portée ont les publications sur ce réseau… 

Et oui, la visibilité pour un entrepreneur, c’est le nerf de la guerre. Si tu ne répètes pas, si tu ne parles pas assez fort, personne ne viendra voir ce que tu fais. C’est parfois assez difficile pour des personnalités introverties (comme moi) d’admettre que non, elles ne dérangeront pas en martelant régulièrement leurs offres. Chaque fois que j’envoie une newsletter avec mes offres dedans, je stresse à l’idée de déplaire.  

Et il m’a fallu des mois pour comprendre que si une personne se désabonne après avoir reçu un email qui contenait entre autres du commercial, ce n’est pas que cette personne te hait pour lui avoir envoyé ça ; c’est juste que ça ne l’intéresse pas. 

Voilà pour ce premier bilan de 2021 ! J’aurais aimé qu’il soit plus brillant, mais comme dit, la vie à son compte n’est pas un long fleuve de paillettes et d’arc-en-ciel. Ce qui est super, c’est que je trouve mon rythme, ma façon de travailler, je découvre mes ressources personnelles et surtout, je prends mes propres décisions. C’est l’occasion de tester de nouvelles choses pour le deuxième trimestre 2021 ! 

Et toi, ton début d’année ? Comment ça se passe ? 

Marie-Gaëlle

Marie-Gaëlle

Artiste et écrivaine

Je peins des déesses, des sorcières et plus généralement la fantasy au féminin pour les fans de déco fun et décalée.

Soutiens mon travail sur Patreon

En savoir plus

14 Commentaires

  1. Rainbow Sheep

    Plein de courage à toi ! Mine de rien, si tu as pu quand même te développer pendant cette période, ça sera encore mieux quand ça reviendra à la « normale » !! tu as des bonnes bases en plus ^^ Pour ma part, c’est un peu l’année du réveil où je m’y mets vraiment sérieusement, avec un rebranding, un blog, ma première formation (et toutes les crises d’angoisse qui vont avec quand je vois que je ne fais presque pas de chiffre d’affaire… avant de me rendre compte que ça fait que 3 mois que je l’ai lancée et pas 3 ans comme ça me donne l’impression parfois =w= )

    En tout cas on voit énormément de progrès dans ton travail et c’est toujours super à voir !

    Réponse
    • Aemarielle

      J’adore d’ailleurs te voir construire ton projet, te transformer et évoluer ! Je connais ça les crises d’angoisses parce que le CA ne suit pas les actions. On nous montre trop d’exemples sur les réseaux d’entrepreneuses qui racontent comment elles ont rentabilisé leur entreprise en 6 mois. On imagine que c’est le but à viser et on se flagelle parce qu’on y arrive pas.

      Réponse
  2. Germain Huc

    Je trouve particulièrement courageux de ta part de faire ce bilan honnête et de le partager avec nous.
    C’est dur, de vivre de son art, et c’est aussi bien que ton expérience puisse montrer que la vie réelle n’est pas toujours aussi simple que ce que les autres en montrent.

    Cependant, je suis moi aussi admiratif de tes progrès. J’ai l’impression que tu deviens plus à l’aise dans ton nouveau rôle d’entrepreneuse artistique. Tu mets en avant ton travail et je pense que cela peut payer. Il faut juste du temps.

    La période ne t’aide pas à décoller très vite, également, et ça, il faut le prendre en compte.

    Réponse
    • Aemarielle

      Merci pour ton soutien Germain. J’ai hésité à le faire parce que je me demandais si ça n’allait pas être un peu décourageant pour les artistes qui le liraient, mais finalement, je préfère être positive, mais transparente sur les difficultés que je rencontre. Ce ne serait pas honnête de ma part de masquer certaines réalités. Et en même temps, poser ces mots me donne envie d’aller plus loin, de tester de nouvelles choses.

      Réponse
  3. Florie

    Merci pour ce bilan que j’ai trouvé super intéressant ! Je te rejoins tout à fait sur l’impatience quand on ne voit pas de résultats immédiats à ce qu’on met en place, et sur la peur de déranger quand on parle de notre travail en tant qu’introverti ! En tout cas je trouve que tu as vachement bien posé les choses et que tu as un plan d’action solide pour la suite, bravo !

    Réponse
    • Aemarielle

      Héhé, je ne sais pas si ce plan d’action est solide, mais il a le mérite d’exister et ça me motive. L’impatience, c’est humain, on veut tous connaître la réussite et on se sent mal quand elle ne vient pas tout de suite à nous. J’ai aussi hâte de voir tout ce que tu nous réserves de beau, mais je serai patiente ! XD

      Réponse
  4. Line Jais

    Je trouve très chouette, courageux et humble de partager ton expérience, d’avoir un retour si franc. Comme je te le disais récemment, j’aimerais tellement pouvoir m’offrir une de tes oeuvres originales, je manque malheureusement de moyens financiers… Mais obtenir les cartes postales, les posters, c’est déjà avoir un bout de toi chez moi ^^ Je pense que diversifier, proposer une papeterie recouverte de tes oeuvres peut être une très bonne idée et une très bonne chose pour te développer davantage. Prendre des choses de la vie quotidienne, dont les gens « raffolent », ça peut permettre d’acquérir une de tes oeuvres, soit pas l’originale, mais voilà, ça n’enlève rien à la beauté de l’oeuvre sur le carnet, le mug ou que sais-je encore. Alors je te souhaite de réussir dans cette entreprise, et bravo aussi de savoir reconnaître tes points faibles et de demander de l’aide là où tu peux en avoir ! Courage <3

    Réponse
    • Aemarielle

      Merci beaucoup ma belle ! Ne t’inquiète pas, j’ai parfaitement conscience que l’on ne peut pas s’offrir une œuvre en claquant des doigts, et pour moi ce qui importe, c’est de savoir que j’ai du monde prêt à me remonter le moral quand c’est un peu compliqué – comme ces temps-ci. Et je raconte aussi tout ça pour dire à ceux qui galèrent seuls dans leur coin : vous n’êtes pas nul.les, vous n’êtes pas seul.e.s. Je suis dans le bateau moi aussi et on va y arriver 🙂

      Réponse
  5. Siècle Vaëlban

    Merci pour ce bilan, ma chère Aemarielle, et plein de soutien pour ce début d’année pas si facile que ça. Tu vois, c’est drôle, mais si tu n’avais pas partagé avec nous tout cela de manière aussi transparente, j’aurais pu avoir une impression différente : je suis impressionnée par la communauté que tu as rassemblée et fédérée autour de ton travail depuis le début de l’année 2020 (par exemple quand je vois le nombre de personnes qui ont participé à ton DTIYS – génial, j’ai adoré suivre ça et découvrir des artistes) ou quand j’ai découvert la manière dont tu développais ton projet autour des dryades grâce à la newsletter, j’ai l’impression que tu deviens de plus en plus à l’aise dans tout tes bottes d’artistes professionnelle et que tu crées des illustrations toujours plus merveilleuses tout en développant les offres autour ; et si le chemin est certes long (et je comprends tout à fait ce ressenti) je suis admirative de tous ces pas parcourus et je n’ai nul doute que les choses vont se développer et que de plus en plus de personnes vont suivre ton travail avec un profond intérêt. A titre personnel, je ne me lasse pas et mois après mois je suis curieuse de tout ce que tu crées, j’ai toujours envie d’en voir davantage et d’acheter ta boutique entière – la papeterie est une super idée. Bref, j’y crois à fond à fond. Merci pour ta transparence et une brasse après l’autre, les choses vont prendre de l’ampleur, courage. Et je dépose ici un petit nectar de printemps pour te faire rire et danser.

    Réponse
    • Aemarielle

      « déguste le nectar de printemps avec délectation »
      Merci ma chère Siècle ! Je sais qu’il peut y avoir un décalage entre ce que mes actions laissent transparaître et mes résultats réels. Ceci étant, j’adore l’énergie qui se crée autour de mon projet et comme tu l’as souligné, des événement comme le DTIYS sont une bouffée de bonheur pour moi. C’est aussi important pour moi de cultiver la joie et le positif que d’être transparente au niveau du résultat. Et même si j’essuie des petits coups de mou parfois, mon intuition me souffle que je navigue dans la bonne direction et ça c’est cool !

      Réponse
  6. Jeanne

    Je te souhaite aussi beaucoup de courage pour la suite, et oui, on est beaucoup dans la même galère! J’adore L’étreinte de la sirène; je crois que c’est celui que j’aurais choisi aussi si j’avais décidé de franchir le cap. <3
    Tu dis que tu as retiré des personnes de ta liste qui n'ouvraient plus tes emails? Je comprends l'impulsion, mais je pense que tu devrais les laisser se désabonner elles-mêmes. Personnellement, je reçois beaucoup de newsletters, et il y en a que j'ouvre… une fois par an? Mais ça peut être la fois où je retournerai lire leur blog, où je redécouvrirai leur site, où j'achèterai leur dernier bouquin (ou autre, mais je suis beaucoup d'auteurs!). Une autre possibilité est de les déplacer dans un groupe auquel tu vas écrire moins souvent.

    Réponse
    • Aemarielle

      Merci beaucoup pour ton commentaire adorable, Jeanne <3 Je pense que tu as raison, nous sommes nombreux dans le même bateau !
      Pour la mise à jour de la liste email, ce n'est pas une impulsion, plutôt une décision intentionnelle d'arrêter d'envoyer des dizaines d'email à des personnes qui ne les lisent pas. Parmi ma liste se trouvaient des personnes qui après le premier email, n'en avaient plus lu un seul pendant près de 6 mois. Pourquoi les encombrer de messages qui ne les intéressent pas ? C'est Josh Spector je crois qui disait : si une personne ne lit pas vos emails, c'est qu'elle ne fait pas partie de votre audience. Je crois que non seulement c'est vrai, mais que ce n'est pas grave du tout au fond. En plus, combien de gens ne nettoient pas leur boîte mail ? Imagine le nombre de mails non lus, la pollution mentale engendrée par une accumulation d'emails jamais ouverts. Mon petit cœur se serre !(en vrai je nettoie ma boîte mail plus souvent que mon appart :D)

      Réponse
  7. Nathalie Bagadey

    Un immense merci pour ce témoignage sincère et précis, qui sera sûrement utile à beaucoup d’artistes qui veulent se lancer eux aussi ! ♥

    Comme Siècle, moi je trouve que tes avancées 2020 sont réelles. Et inspirantes. Le seul hic, c’est qu’elles ne sont pas matérielles, mais je suis sûre que cela viendra. Et, comme je le dis souvent « vivre », ce n’est pas que « gagner de l’argent ». Alors, certes, pour cet aspect-là, je comprends bien que ce soit stressant, mais pense à tous les autres aspects de ta vie actuelle, bien plus beaux qu’avant : ne plus avoir à faire des choses qui ne te convenaient pas, à avoir d’obligations externes, à avoir la boule au ventre le lundi matin… Ce sont des avantages ÉNORMES par rapport à d’autres…

    Tes cartes postales sont magnifiques et à force de voir tes magnifiques illustrations, les gens vont finir par craquer pour elles (comme moi ) : on dit souvent qu’il faut voir un message (ou une image) 7 fois avant de passer à l’acte…

    Je suis convaincue qu’un démarrage lent mais aligné peut t’amener loin…
    Et si les Salons qui sont programmés (je pense à la Japan et aussi à celui-que-tu-sais) ont bien loin, je suis CONVAINCUE qu’ils boosteront ton business.

    Il faut « juste » tenir bon dans cette tourmente. La consolation c’est que nous la vivons tous. Mais que, contrairement à d’autres, nous avons la chance d’avoir choisi notre vie professionnelle…

    Réponse
    • Aemarielle

      Je partage totalement ton point de vue, Nathalie. Pour rien au monde je ne reviendrai en arrière quand je vois la joie que me procure mon travail actuel et toute la liberté qu’il m’offre. Alors oui c’est long, la mise en place prend du temps, mais comme tu dis, un démarrage aligné est une clé vers le succès. Et j’en apprends aussi tellement sur moi pendant le voyage! Mais je ne t’apprends rien, toi aussi tu le vis tous les jours et j’espère bien que ton Académie t’apportera toute la satisfaction possible.

      Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Préparer 2021 | Le bilan de l'année écoulée - Aemarielle - […] Si tu veux savoir où j’en suis, tu peux lire mon bilan du premier trimestre 2021. […]
  2. Je quitte mon CDI pour devenir libre comme l’art - Aemarielle - […] Si tu veux savoir où j’en suis actuellement, tu peux lire mon bilan du premier trimestre 2021. […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This

Partage si tu as aimé

Fais-en profiter tes ami.e.s !