En faire moins, mais le faire bien

Allez, un petit article de rentrée, avouez que ça vous manquait ! Ok, vous avez déjà dû en lire une palanquée si comme moi, vous êtes accros aux blogs. Mais bon, ça reste une période charnière dans l’année ; elle mérite bien qu’on s’étende dessus. 

Pour tout vous dire, cette rentrée est un peu spéciale, de mon côté: reprise du travail après un arrêt de longue durée, changement de rythme de vie, projets artistiques. Il en faudrait peu pour que ce soit panique à bord.

Comme je veux me préserver d’un nouveau crash anxieux, j’ai décidé que septembre rimerait avec sérénité, surtout pas avec productivité (j’ai développé une véritable allergie à ce terme, sachez-le ^^).

Mon adage pour cette rentrée : less is more.

Une rentrée sans pression

Le culte de la productivité a encore de beaux jours devant lui

Septembre rime avec effervescence. Nouveau départ, nouvelles habitudes à mettre en place, plein de nouvelles choses. Tellement.

Promis à la rentrée on va:

  • Se remettre au sport – l’abonnement à la salle est prêt
  • Perdre du poids après les excès des vacances
  • Commencer des formations pour un meilleur job
  • Être super productif au boulot
  • Arrêter de fumer
  • Arrêter de boire
  • Arrêter le sucre, le gras, le gluten, le lactose, la viande…
  • Arrêter de râler
  • Etc. Vers l’infini et au-delà !

Au fond, sommes-nous réellement motivés pour mettre en place tout ça ? Ou répondons-nous simplement aux injonctions incessantes qu’on nous matraque à la télé, sur les réseaux sociaux, sur les affiches des arrêts de bus ?

Et si on vidait notre agenda pour se focaliser sur l’essentiel au lieu de le remplir de trucs qui ne nous rendent pas heureux ?

Mes astuces pour éviter le burnout de la rentrée

Déterminer mon pourquoi

Tout ce que je planifie et organise doit participer à mon Big Plan. Et mon Big Plan est né d’une longue période d’introspection sur ce qui m’anime, ce qui me fait vibrer. J’ai eu le temps ces 6 derniers mois de m’interroger sur mon pourquoi.  Vous n’avez pas forcément besoin d’une si longue période de réflexion, mais je vous conseille de prendre du temps pour comprendre où se trouvent vos vraies aspirations. 

Peut-être que l’abonnement à la salle répond à un pourquoi solide, comme :

Je tiens à préserver ma santé pour être capable de voyager aussi longtemps que possible.

Ou

Je veux arrêter de râler car je me rends compte que ça me démotive et me fait du mal.

L’important est d’être certain.e que ce que vous ajoutez à votre agenda correspond à une pièce important de votre Big Plan.

Mon pourquoi à moi, c’est la liberté. Je veux créer mon activité pour disposer de mes journées comme je l’entends, passer plus de temps avec mon mari, gagner ma vie en plaçant mes valeurs au coeur de mon métier.

Pour cela, j’ai eu besoin de faire des choix

Gérer ses priorités

C’est l’histoire d’une fille qui veut trouver sa voie dans la vie. Elle a un boulot stable, pas trop mal payé, avec une bonne couverture santé, mais ce job l’éloigne de ses véritables aspirations. Elle en a marre de souffrir et décide de se fabriquer son métier. Elle sera artiste, un point c’est tout. 

Le truc, c’est que la fille en question est multi casquette: elle aime dessiner, mais aussi écrire, aider et conseiller ceux qui en ont besoin. Son cerveau multiplie les pistes à suivre, la bombarde d’idées et pendant un moment, la fille essaye de tout gérer: l’art, l’écriture, le web, les formations. 

Et rien n’avance vraiment. La fille désespère et s’épuise en plans, en mind mapping, en todo lists, sans vraiment avancer. 

Choisir, ce n’est pas renoncer, c’est reporter.

Les gourous de la productivité lui diraient qu’en se levant plus tôt, en consacrant du temps à tous ses projets après le boulot et en y sacrifiant ses week-ends, elle réaliserait ses rêves. Elle a testé, elle était juste vachement fatiguée !

Depuis ici, on n’aime pas trop la productivité, qui rime avec culpabilité; on lui préfère efficacité, qui rime avec félicité. 

Pour être efficace, il faut être concentré. Et la concentration nécessite de se consacrer pleinement à son travail. Comment s’y consacrer pleinement quand son agenda déborde de cases à cocher et de trucs à faire ?

Voir la super vidéo de florieteller sur le sujet

Choisir, c’est donner toutes ses chances à ce qui importe vraiment.

J’ai découpé mon Big Plan en 4 axes, mais je ne vais me consacrer qu’à 2 d’entre eux pour le moment:

  1. Le bien-être
  2. Aemarielle
  3. Texte-Appeal (projet presque secret ^^)
  4. L’écriture de fictions

Pourquoi seulement 2 ? Parce que chaque axe comporte un certain nombre de sous projets, tâches à réaliser et que je n’ai aucun moyen de déterminer à l’avance le temps nécessaire à leur accomplissement. Par défaut, j’ai noté ces axes sur les 4 derniers mois de 2019, mais je ne me refuse pas le droit de prolonger ce délai si besoin.

Exemple:

Axe 1: le bien-être physique et mental

  • mon couple
  • mes amis
  • sortir
  • l’activité physique (vélo, marche, randonnée)
  • l’oisiveté (oui, faut bien du temps où le cerveau et le corps ne font rien)

Axe 2: Aemarielle

  • Dessin et peinture
  • Site web et blog à animer
  • Boutique en ligne
  • Les réseaux sociaux
  • La newsletter
  • Les formalités administratives
  • Les formalités bancaires
  • trouver ma clientèle
  • faire pousser mon Patreon
  • Démarcher des galeries
  • Chercher des expos

Ajoutons à cela 37h30 de boulot hebdo et on voit déjà que c’est tendu de tout gérer. Mais ce n’est pas grave, car je peux aussi gérer le prioritaire au sein de chaque axe de la même manière. 

Économiser son énergie

Ne vous imposez pas plus de pression que vous ne pouvez en supporter. Il faut accepter d’être humain, de disposer de ressources limitées en motivation et en énergie. Evitez les deadlines de fou, avancez régulièrement, mais pas à pas. 

Remerciez votre cerveau quand il vous inonde d’idées que vous ne pouvez pas prendre en charge immédiatement. Notez tout, vous pourrez toujours préparer le terrain pour de futurs projets promus au rang de priorités.

Lire aussi: Un bullet journal pour la rentrée, oui mais…

On récapitule:

  • On ne se jette pas à corps perdu sur les trucs que la société attend de nous : être mince, beaux, productifs.
  • On se concentre sur ce qui nous correspond vraiment.
  • On gère ses priorités et on limite les tâches. Il y aura déjà assez à faire, ne vous inquiétez pas.
  • On s’octroie des moments de rien. L’oisiveté repose le cerveau et l’aide à récupérer ses forces. 

Tout ceci est bien entendu un résumé de mes recherches personnelles; je serais ravie de lire vos avis sur la rentrée ? Avez-vous un agenda de ministre ou au contraire préférez-vous reprendre vos marques à un rythme cool ? Les commentaires sont ouverts, n’hésitez pas à partager votre vision de la rentrée !

À bientôt !

Je dessine, je peins et j’aspire à en faire mon métier.

Libre comme l’art est mon mantra – et le nom de ma newsletter, qu’elle est bien. Abonnez-vous !

Aemarielle

Rédac'chef / Artiste

Pin It on Pinterest

Share This