Illustration du moment: Héra, souveraine de l’Olympe

Je poursuis ma série d’illustrations autour du thème des déesses avec la superbe, mais fort dépréciée Héra.

Illustration de la déesse Héra à l'aquarelle
La déesse Héra aux bras blancs. Notez que le bras blanc semble être un critère de beauté pour les femme de la Grèce antique.

Dans la mythologie grecque, Héra est l’épouse et la sœur de Zeus, fille des Titans Cronos et Rhéa. Elle protège les femmes, veille sur les mariages et les accouchements.

Une vision d’Héra biaisée par le prisme masculin

La femme jalouse

Personnellement, je trouve le sort d’Héra très injuste. En vérité, le traitement de la plupart des déesses grecques est sexiste et cruel. Héra est mariée avec un dieu égoïste qui passe son temps à la tromper avec toutes les déesses et mortelles du coin. Pourtant, elle se coltine l’image d’une jalouse hystérique prête à tout pour venger son honneur bafoué. Elle tente à plusieurs reprises de tuer Héraclès, puis lui insuffle la folie qui le conduira à tuer sa famille. Ben ouais, quoi ! A un moment, quand on est un gros queutard on assume les conséquences, Zeus !

La fouteuse de merde

On la place dans le camp des grecs durant la guerre de Troie à cause du jugement de Pâris, qui lui préfère la déesse Aphrodite. (On sait tous que Pâris était un p’tit génie, hein.) Ou encore, elle frappera le devin Tirésias de cécité quand il prendra le parti de Zeus contre elle en prétendant que les femmes prennent plus de plaisir que les hommes durant l’acte sexuel.

En gros, cette pauvre déesse qui, je le rappelle, reste fidèle à Zeus, se trouve chargée de tous les pires défauts du monde. Jalouse, rancunière et meurtrière. On ne la dépeint pratiquement que sous un jour négatif et je trouve cela injuste – et certainement incomplet !

Voilà pourquoi elle fait partie des premières déesses à qui j’ai pensé pour ma série. J’ai choisi des couleurs douces pour mettre en valeur sa beauté (Héra est considérée comme une des plus belles déesses, pas pour rien que Zeus l’a courtisée) et ai pris garde à ne pas trop durcir ses traits. Je la vois digne, mais pas aigrie.

J’ai peint Héra à l’aquarelle sur un papier 300g satiné, comme sa consœur Ishtar. J’espère qu’elle vous plaît.

Petite question: quelles sont vos déesses préférées et pourquoi ? Dites-moi tout en commentaire de l’article !

Merci infiniment pour votre visite. Je suis Aemarielle, artiste strasbourgeoise distillatrice de nectar de fantasy. Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux. Et si vous le souhaitez, vous pouvez vous abonner à mon blog pour être prévenu.e de la parution des prochains articles.