Penny Dreadful | inspiration série du mois de novembre

par | Nov 11, 2020 | Séries TV | 4 commentaires

5 ans après tout le monde, comme d’habitude, je découvre la série d’horreur victorienne, Penny Dreadful.

Il faut dire que ma culture de l’horreur est encore récente – je découvre les romans de Stephen King depuis cet été et je commence seulement à feuilleter du Clive Barker.

 

Pour celleux qui ne connaissent pas la série, le titre ne fait pas référence à un prénom, mais à un genre littéraire britannique. Les Penny Dreadful étaient les premières revue de nouvelles horrifiques et on les vendait pour un penny.

Penny Dreadful - série tv horreur

Synopsis de la série

Dans le Londres de l’époque Victorienne, Vanessa Ives, une jeune femme puissante aux pouvoirs hypnotiques, allie ses forces à celles d’Ethan, un garçon rebelle et violent aux allures de cowboy, et de Sir Malcolm, un vieil homme riche aux ressources inépuisables. Ensemble, ils combattent un ennemi inconnu, presque invisible, qui ne semble pas humain et qui massacre la population…

Penny Dreadful | l’horreur familière

La première saison nous présente une ville de Londres où les mythes sont devenus réalité : on y croise le dandy Dorian Gray (Steph et moi hésitons à en faire un vampire du clan Toréador ou un slaaneshi – les vrais comprendront les références ^^) ; Victor Frankenstein et son obsession de contrôle du vivant et du mort ; les références à Dracula de Bram Stoker y sont nombreuses. Et le tout se mêle avec un certain brio.

Thriller, horreur et émotion

Je suis très impressionnée par l’absence de concession des scénaristes et de la mise en scène. L’histoire est tragique, sombre à souhait, horrible souvent. Et pourtant, moi qui ne court pas après le genre, je suis restée collée devant chaque scène.

D’abord parce que l’image est magnifique. Les décors, les costumes, l’atmosphère de Londres, tout est fascinant. Mention spéciale pour The Mariner, le pub où loge Ethan Chandler – la déco est sublime !

Ensuite parce qu’on découvre tous les petits secrets de chaque personnage au fil de l’intrigue et que c’est amené avec beaucoup de talent. Cela rend la présence omniprésente de l’horreur et du sang supportable.

Parfois écœurée, souvent émue aux larmes.

La performance des acteurs est excellente, Eva Green crève l’écran dans un rôle qui exige des tripes. Deux épisodes tournent autour de ses capacités psychiques et ce sont les plus difficiles à visionner, parce qu’il faut un cœur de pierre pour ne pas ressentir d’empathie pour le personnage de Vanessa Ives. Timothy Dalton campe quant à lui un explorateur aux motivations plus troubles qu’il n’y paraît et il fait une démonstration de classe. Comme souvent, la véritable horreur se cache au fond de nous plus que dans les monstres qu’on pourchasse.

Bref, après Lovecraft Country qui m’a laissé un goût amer sur la fin (j’en parlerai bientôt !), je suis heureuse d’avoir enfin regardé Penny Dreadful. J’ai hâte de découvrir les 2 autres saisons, de nombreuses questions restent en suspens.

Et toi, tu connaissais Penny Dreadful ? Qu’en as-tu pensé?

Marie-Gaëlle

Marie-Gaëlle

Artiste et écrivaine

Je peins des déesses, des sorcières et plus généralement la fantasy au féminin pour les fans de déco fun et décalée.

Soutiens mon travail sur Patreon

En savoir plus

4 Commentaires

  1. Line Jais

    Wow, tu me donnes encore plus envie de le voir ! Nous l’avons pris avec mon amoureux, et on allait entamer le visionnage… Je pense qu’il va démarrer plus vite que prévu 🙂
    Merci pour ce retour !
    Et oui, Eva Green est juste incroyable, je pense que j’aime cette femme haha.

    Réponse
    • Aemarielle

      Si tu l’as, je te recommande chaudement de la voir. Par contre évite peut-être l’heure du dîner, ça vaut mieux . J’ai hâte de savoir ce que tu en auras pensé en tout cas.

      Réponse
  2. Germain Huc

    Penny Dreadful est l’une des meilleures séries de ces dernières années selon moi. Elle explore les « mythes » gothiques classiques tels de la Créature de Frankenstein, le loup-garou, la sorcière, de façon créative et moderne.
    La saison 2 est la moins bonne, à mon avis. La troisième et hélas dernière est anthologique. D’ailleurs, j’ai trouvé dommage qu’elle se termine, même si je crois que c’était logique du point de vue du personnage qui prend l’ascendant dans cette saison-là (je tente de ne pas te spoiler).
    J’ai hâte de savoir ce que tu en aras pensé.
    J’ai commencé à voir le spin off qu’est City of Angels, qui se passe comme son nom l’indique à L.A. dans les années 30, mais ça n’a clairement pas la même saveur.

    Réponse
    • Aemarielle

      Je dois dire que je suis en train de dévorer la série, j’arrive à la fin de la saison 2 (qui effectivement est un poil en dessous de la saison 1). J’ai encore plus hâte de découvrir la 3ème saison après ce que tu en dis ! Je suis totalement séduite !

      Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. The Mandalorian | Du space western qui fait plaisir - Aemarielle - […] Inspiration série : Penny Dreadful […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This

Partage si tu as aimé

Fais-en profiter tes ami.e.s !