Mythologie au féminin #1 Déméter et Coré

by | Oct 31, 2019 | Vie d'Artiste | 4 comments

Bienvenue dans cette nouvelle série d’articles sur la mythologie au féminin, où je vous présente mes illustrations de déesses et d’héroïnes en cours de travail. Ces articles ont vocation à évoluer en fonction des étapes d’achèvement de mes peintures.

Pour inaugurer cette série, je vous présente un duo mère et fille que j’aime particulièrement : Déméter et Coré, que nous connaissons mieux sous le nom de Perséphone.

Déméter – Une mère louve ultra protectrice

Personne ne doit toucher à un cheveu de sa précieuse enfant. Celle-ci grandit cachée, loin des yeux masculins. Déméter veille sur Coré comme sur la prunelle de ses yeux. Hélas, c’est sans compter sur Zeus et ses manigances. Grâce à lui Hadès, très épris de Coré, va s’emparer de la jeune fille et l’entraîner aux Enfers.

Déméter cherche partout son enfant, elle parcourt le monde jour et nuit, en proie à la peur et à la douleur. Hermès, toujours à la pointe de l’info, lui laisse entendre que Coré est aux mains d’Hadès.

Très énervée, Déméter se rend devant Zeus et exige que sa fille lui soit rendue.

« Oui, mais alors non, parce qu’en fait, ta fille a goûté la nourriture du monde souterrain et du coup, la loi l’oblige à demeurer près d’Hadès. répond le roi des dieux, un peu embarrassé.

— Ok, ben si c’est comme ça, aucune récolte ne poussera plus tant que tu n’auras pas trouvé de solution.

— Tu ne vas quand même pas laisser tout le monde mourir de faim ?

— Regarde-moi bien ! »

On me souffle dans l’oreillette que j’ai peut-être un peu altéré la nature de la conversation. Toujours est-il que Déméter tient parole et bientôt, Zeus doit négcier avec Hadès, qui vit sa meilleure vie avec Perséphone. Celle-ci obtient le droit de sortir durant la moitié de l’année pour retrouver Déméter et de vivre le reste du temps auprès de son époux.

Ils vécurent heureux à deux et sans enfants. Fin.

 

Déméter et Coré | mère et fille | illustration encre de Chine

Ce qui me suprend toujours avec la mythologie grecque, c’est le contraste entre la puissance donnée aux déesses et le peu de considération accordé aux femmes « mortelles ». Les princesses sont bonnes à être mariées/violées/tuées alors que les déesses apparaissent comme des figures révérées et craintes. Bon, elles représentent souvent la colère féminine, dans son aspect le plus négatif: vengeresses, jalouses, meurtrières. Déméter ne fait pas exception: l’amour qu’elle porte à sa fille est étouffant. Elle la surprotège au point de l’éloigner de tout contact.

Au final, on dirait que la femme ne peut pas exister comme un être raisonnable et rationnel, ni poursuivre ses propres objectifs. Elles sont toujours dans la réaction, rarement proactives.

Cela fait partie des raisons qui me poussent à travailler sur la fantasy au féminin et à créer des figures féminines concrètes, variées, aussi bien antagonistes que protagonistes. Elles ont une vie, des ambitions, des plans et comptent bien les réaliser.

Et vous, quels sont les personnages féminins qui vous fascinent et pourquoi ?

 

Pour lire mes histoires, n’hésitez pas à vous inscrire en visitant ce lien 

Comment prendre soin de votre Artiste

Votre Artiste est une personne dévouée, aimante et très sensible. Elle aime créer par-dessus tout, mais parfois, la solitude lui pèse et elle ressent le besoin de partager son quotidien avec vous.

Si vous voulez qu’elle conserve l’œil vif et le cheveu brillant, vous pouvez :

  • Vous abonner à sa newsletter, ça lui fera plaisir;
  • Passer lui faire coucou sur son blog;
  • Lire ses histoires si le temps vous le permet;
  • Commenter ses posts sur les réseaux sociaux – si vous les voyez;
  • Les partager pour la faire connaître.

Tout cela vous attirera déjà sa gratitude éternelle, mais si vous voulez aller plus loin, alors vous pouvez:

  • Acquérir ses dessins – ils sont uniques et originaux;
  • Devenir un mécène sur Patreon pour le montant de votre choix.

4 Comments

  1. Germain Huc

    Le couple mère/fille des deux déesses est à ma connaissance le seul de ce type. De nos jours, Déméter serait accusée d’être toxique… Elles verraient toutes les deux des psys…

    Je rejoins ton analyse sur les figures mythiques féminines fortes souvent associées à des aspects négatifs. C’est notamment le cas de Morgane, avatar de Morrigan, ma préférée.

    J’ai l’impression tout de même que c’est moins marqué chez les Egyptiens : à part Sekhmet dont la rage faillit détruire l’Humanité, Isis, Nephtis, Hathor, Nout, sont des figures fortes mais néanmoins positives.

    En tous cas vivement les prochaines Déesse d’Aemarielle !

    Reply
    • Aemarielle

      Je trouverais ça amusant, les dieux de l’Olympe chez le psy. J’en connais qui feraient fortune, il y a un marché ! 🙂 Je me demande si je ne suis pas naturellement attirée par la mythologie égyptienne dans mon histoire justement parce que la vision des femmes y est différente. Je me pose la question maintenant que tu soulignes ça.

      Reply
      • Germain Huc

        Ce serait une idée de petites nouvelles : les Dieux et Déesses chez le psy…
        Avec Zeus en séducteur pathologique au fond pas si sûr de lui, Sucellos en indécis permanent ne sachant pas s’il veut tuer ou ressusciter quelqu’un, Thot qui intellectualise tout, Kali et sa difficulté à gérer la colère…
        Sérieux, je suis certain que ça marcherait !

        Reply
        • Aemarielle

          J’adore l’idée, perso ! Il va falloir brainstormer tout ça ! 😉

          Reply

Trackbacks/Pingbacks

  1. Pourquoi j'ai vidé mon blog façon Konmari - Aemarielle - […] Dans la catégorie vie d’artiste : Déméter et Coré […]

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Pin It on Pinterest

Share This