Le Cycle du Dieu Noir - la main dans le sac 5/5

La main dans le sac 5/5

Pour lire le 4/5, c’est par ici

Le temple de la déesse à tête de vache, dont Aenar ne parvenait pas à se souvenir du nom, se détachait dans la crasse environnante par ses murs de calcaire blanc qui se distinguaient même sous l’épais rideau de la nuit. Un fronton à l’effigie de la voluptueuse dame des cultures rehaussé d’un disque d’or – trop lourd pour être volé – accueillait les visiteurs. L’extérieur de l’édifice paraissait minuscule, mais Aenar savait que de nombreux bâtiments de la ville basse s’enfonçaient dans la colline contre laquelle était construite Djedou. Celui-ci ne faisait sans doute pas exception. Un instant, Aenar redouta qu’on le refoule au vu de l’heure tardive, mais dès qu’il eut franchi le seuil et que ses pas résonnèrent sur la pierre froide, une silhouette pelotonnée dans un châle aussi noir que le limon du Neilos émergea de la pénombre en baillant. Un prêtre au crâne nu et à la stature encore adolescente, les yeux bouffis de sommeil, tendit son bâton vers les arrivants.

— Qui va là ? ânonna-t-il.

— Voyageur, répondit Aenar. Accueil.

— La Maison des Voyageurs est là pour t’aider, ami. Nous ne sommes pas autorisés à recevoir les profanes.

— Pas moi, elle.

Aenar brandit Alaia devant lui comme un paquet de linge sale. L’enfant s’éveilla et écarquilla les yeux. Un torrent de larmes inonda ses joues. Elle s’accrocha à lui en gémissant :

— Me laisse pas, siteplé. Me laisse pas…

Au prix d’un immense effort de volonté, Aenar déposa la petite sur les dalles froides en évitant de s’attarder sur son visage froissé de chagrin. On peut vraiment s’attacher à quelqu’un aussi vite, quand on est môme ?

— Non, non et non ! Je ne l’accepte pas, s’offusqua le prêtre. Elle… C’est une souillure pour cet endroit !

Aenar fouilla dans sa besace et en tira une bourse, où il puisa une épaisse roue de cuivre. À sa vue, le visage du jeune Kémite se radoucit. Un soupir magnanime s’échappa de ses narines.

— Bon, je pourrais peut-être faire quelque chose pour cette pauvre enfant.

Alaia tendit ses petits bras vers Aenar, qui fit de son mieux pour l’ignorer.

— Elle dort et elle mange, décréta-t-il à l’attention du prêtre si aisément corruptible.

— Pour le repas, il en faudra plus, l’ami.

Le prêtre tendit la main de manière explicite. En dépit de ses difficultés linguistiques, Aenar le voyait venir avec ses gros sabots. Il fourra un deuxième shât dans la paume du freluquet et le saisit fermement par l’épaule. Le jeune homme frémit et son teint vira au gris.

— Elle dort, elle mange et si problème, je reviens te trouver. Compris ?

— C’est très clair. Que vas-tu imaginer ? Elle peut rester jusqu’au matin, je veillerai à ce qu’il ne lui arrive rien.

Le prêtre déposa les deux shât près de l’autel de sa déesse. Aenar était persuadé qu’il les conserverait pour lui ; il se trompait souvent sur les gens, ces derniers temps.

— Tu reviens ? demanda la petite, soudain pleine d’espoir.

Elle l’avait entendu. La guigne !

Alaia sécha ses joues d’un revers de sa menotte et le regarda avec tout le sérieux dont pouvait faire preuve une gamine de son âge.

— Tu reviens, hein ? Je veux pas rester ici, me laisse pas toute seule.

— Tu es bien ici. Prêtre gentil.

— Je parle pas d’ici, répondit Alaia, je veux pas rester avec Them. Il est méchant, il me punit tout le temps. Toi tu es gentil, je veux rester près de toi.

Pourquoi pas, après tout ? songea Aenar. Qu’est-ce que ça lui coûterait ? Par réflexe, il saisit le manche de Skaering. Non mais quelle idée ! T’es pas venu ici pour adopter tous les gamins perdus du patelin !

— T’es un grand, ajouta la fillette. Them osera jamais venir m’embêter si tu me gardes.

Aenar leva les yeux au ciel. Comment gérer une situation de la sorte ? Il choisit la solution qu’il maîtrisait le mieux.

— Écoute. Moi, travail ici. Quand fini, je viens.

— Demain matin ?

— Ja. Oui, corrigea-t-il.

L’expression de soulagement de la fillette s’enfonça dans le cœur d’Aenar comme un poignard. Le prêtre et lui échangèrent un regard ; le Kémite esquissa un sourire sans équivoque. Les épaules d’Aenar s’affaissèrent et il rajouta un shât dans le réceptacle avant de partir.

Ce petit mensonge lui coûtait décidément très cher !

Fin de la première partie, à vendredi pour la suite !

Become a Patron!

One thought on “La main dans le sac 5/5”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.