Le Cycle du Dieu noir épisode 1 - l'homme à la hache

La main dans le sac 1/5

Le Cycle du Dieu Noir, roman-feuilleton
dark-fantasy

Titre de la saison 1 : Les enfants de Djedou

Au royaume de Kemet, les destins croisés d’un guerrier venu d’au-delà les mers et d’une jeune voleuse des rues, tous deux prisonniers d’une toile qu’Ishtar, déesse assoiffée de vengeance, a tissé pour eux. À leur insu, Aenar et Alaia pourraient bien attirer sur eux l’attention du redoutable Set. Mais les plans de la déesse ne risquent-ils pas d’entraîner des conséquences plus graves encore ?

Synopsis de l’épisode:

Aenar a un objectif : livrer discrètement une gemme à une cliente ; sûrement pas de s’occuper d’une gosse perdue. Pourtant elle est là, et en prime elle essaye de lui voler son butin. Le pirate n’est pas un monstre, il dépose Alaia à l’abri pour la nuit. Mais par les dieux, pourquoi la guigne s’acharne-t-elle désormais sur lui ?

Le Cycle du Dieu Noir - Le port de Djedou
Le port de Djedou, où se situe notre action. Carte réalisée par Steph.D

Première partie

La nuit tombait sur la Ruche. La chaleur accablante de la journée laissait place à la fraîcheur du crépuscule, lequel nimbait progressivement les murs en terre cuite des maisons d’un camaïeu d’ombres inquiétantes. À tout instant, Alaia redoutait de voir surgir d’horribles créatures tapies dans les ruelles, derrière les replis des tentures des échoppes.

L’enfant se frotta les paupières. Depuis combien de temps marchait-elle à la recherche de ses camarades ? Them lui avait pourtant ordonné de rester cachée, de se contenter de regarder, mais l’attente s’était révélée trop longue pour elle.

Elle s’ennuyait vite. Merit disait que c’était normal, qu’elle était « trop jeune pour le boulot », ce à quoi Them lui répondait de se taire ; lui seul en jugeait.

Alaia le détestait. Il était méchant, constamment de mauvaise humeur. Il la traînait chaque jour derrière lui comme un poids mort. Parfois, il lui pinçait le bras très fort ou lui tirait l’oreille quand elle n’écoutait pas.

« Tu me dois tout, espèce d’ingrate ! répétait-il. Si tu veux manger, t’as intérêt à apprendre fissa ! »

L’apprentissage selon le garçon revenait à dérober leur bourse aux badauds. Lui-même excellait à cet exercice, mais se montrait piètre professeur. Alaia aurait préféré rester avec Merit, plus gentille, malheureusement Them refusait. Et Them était le chef. Un chef qui criait tout le temps, surtout le soir, quand tout le monde se rassemblait dans le terrier. Sa main, délicate quand elle fouillait les affaires des gens, devenait brique lorsqu’elle distribuait les coups.

Aujourd’hui, elle aurait dû lui obéir, se tenir tranquille derrière les jarres d’huile du vieux Kop et le regarder œuvrer, mais elle avait remarqué ce joli lézard se faufiler sur un mur chauffé par le soleil et n’avait pas pu résister à l’envie de l’attraper.

La vitesse du reptile l’avait surprise ; à peine parvenait-elle à l’effleurer qu’il reprenait sa course. Pour autant, ses yeux ne lâchaient pas leur proie. Sa vue était excellente, de jour comme de nuit, et Them l’encourageait à profiter de ce don. C’était comme un exercice après tout…

Finalement, le lézard avait disparu entre deux briques en terre crue, la laissant frustrée et surtout perdue. D’habitude, elle se contentait de suivre Them ; à présent, les rues lui paraissaient immenses, les allées innombrables et bruyantes. Comment le retrouverait-elle ? Il allait encore s’énerver. À cette pensée, son nez se mit à couler, des larmes embuèrent ses yeux. Elle glissa son pouce dans sa bouche et arpenta la Ruche en pleurnichant, à bonne distance des marchands qui, à cette heure avancée, commençaient à ranger leurs étals.

« Tu ne dois pas t’approcher d’eux, pas maintenant, avait expliqué Them, ces gens n’ont que des coups de bâton à t’offrir, voire pire. »

Parfois, Alaia écoutait ses conseils.

Maintenant, il faisait noir et elle sentait son cœur battre à tout rompre. Elle risquait de mourir dévorée par un monstre aux aguets et en plus, elle avait les pieds en feu et l’estomac dans les talons.

Une odeur de vase parvint à ses narines : les effluves du Neilos, comprit-elle. Elle se dirigeait vers le port, l’un des pires quartiers de la ville. Un rire gras résonna dans une allée toute proche ; d’instinct, elle rasa les murs.

Des flambeaux éclairaient la façade d’une maison devant laquelle se pressaient des silhouettes effrayantes. Sur le perron, des femmes dévêtues les accueillaient avec des sourires et des postures étranges. Les visiteurs se collaient à elles et les embrassaient goulûment sur les lèvres. C’était dégoûtant, comme lorsque Nizul explorait la bouche de Merit avec sa langue.

Alaia bâilla et son estomac enchérit en gargouillant. Elle n’avait rien avalé de la journée. Peut-être qu’une de ces dames accepterait de l’aider ? Alaia s’approcha de la maison, avisant une jeune fille copieusement fardée. Comme elle était jolie ! s’extasia-t-elle.

Sitôt qu’elle l’aperçut, la beauté écarquilla les yeux et la poussa dans l’ombre d’une ruelle.

— File ! la houspilla-t-elle. Allez, fiche le camp d’ici !

Aussi méchante que Them…

Vexée, Alaia tira la langue et s’enfuit sans demander son reste. Soudain, elle se figea : un bruit suspect s’échappait d’un tas d’immondices au fond de la rue. Elle sursauta quand, en un éclair, une ombre toute de poils et de griffes jaillit devant elle dans un éboulis de déchets. Le cœur d’Alaia fit des bonds dans sa poitrine à l’idée d’un monstre s’arrachant aux ténèbres pour la dévorer toute crue. Son cri mourut au fond de sa gorge à l’instant où la créature terrifiante poussa un feulement presque inaudible, se révélant n’être qu’un minuscule chat noir à la queue ébouriffée de surprise.

Sa peur oubliée, elle souffla, s’accroupit et appela d’une voix douce :

— Oh, tu es tellement mignon… Viens, j’te veux pas de mal, sois gentil.

Elle offrit sa main ; l’animal la considéra avec distance avant de tendre le museau pour humer son odeur. Il frotta sa tête contre les doigts et se mit à ronronner. Comme la plupart des chats à Djedou, il ne craignait pas les humains. Merit racontait souvent des histoires formidables sur les enfants de Bastet, la dame de la chance.

« La protectrice des gens comme nous, disait-elle. Pour ne pas s’attirer la mauvaise fortune, les Kémites prennent soin des enfants de Bastet, bien plus que de leurs nécessiteux. »

Affamée, Alaia scruta le tas de déchets et entreprit de le fouiller, priant la déesse d’y trouver de la nourriture. Elle poussa un cri de joie en dénichant des pelures de légumes ainsi qu’un vieux morceau de pain rassis au milieu d’entrailles de poisson puantes. La chance lui souriait, en effet.

— Merci, dit-elle au chat en espérant que sa divine mère l’entende.

L’animal, les pupilles fendues de plaisir, se frotta contre ses jambes couvertes d’écorchures.

Le Cycle du Dieu Noir épisode 1 - l'homme à la hache - la main dans le sac

Lire La main dans le sac 2/5

Votre soutien est grandement apprécié

Cette histoire vous plait ? Si vous souhaitez m’encourager ou me donner votre avis, laissez-moi un commentaire, je vous répondrai avec plaisir.
Je vous invite également
à vous abonner à ma newsletter mensuelle, Libre comme l’art, où je vous propose (entre autre) de suivre mon parcours pour vivre de mes crayons.

Je suis très heureuse de partager Le Cycle du Dieu Noir gratuitement avec vous. Une histoire est faite pour être lue. Si vous le souhaitez, vous pouvez soutenir ma création en devenant mécène sur Patreon, à partir du prix d’un café.

Become a Patron!

2 thoughts on “La main dans le sac 1/5”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.