One book July et bullet journal, réduire pour mieux organiser.

Dernièrement, j’ai publié un article sur le One Book July, ou comment rassembler ce dont on a vraiment besoin dans un seul support. Nous sommes le 3 juillet, j’ai donc envie de partager avec vous ma vision du bullet journal réduite au strict nécessaire. Je trouve bien de démarrer sa réflexion dans une période moins chargée, plus propice à l’introspection et plus simple à mettre en œuvre qu’à la rentrée.

Le constat de base :

Cela fait un moment que je remarque que mon usage du Bujo est sporadique et inadapté à mes besoins. Il me manque un soupçon d’anticipation et (Argh, je n’aime pas ce mot !) de proactivité. C’est limite si je ne le remplis pas à posteriori ces jours-ci, ce qui, certes, me donne une vision de ce que j’ai accompli dans la journée, mais aucun plan pour concrétiser mes projets littéraires, artistiques et bloguesques ( si, ce mot existe en vrai !)

Ce que j’attends de mon bullet journal :

Qu’il soit un vrai outil et assistant, qu’il me donne un visuel des étapes à franchir pour arriver à destination et qu’il soit suffisamment simple pour ne pas m’embrouiller ou me pousser à procrastiner en le couvrant de petits stickers trop choupis.

Qu’il tienne dans un seul support, pas trop gros, pas trop encombrant et qui rentre dans mon sac à mains.

Qu’il soit suffisamment agréable au toucher et à l’œil pour me donner envie de l’utiliser tous les jours.

Mon choix :

Comme je suis une fan absolue des Traveler’s Notebooks (attention, ce lien contient des images choquantes !) je me suis naturellement tournée vers cette solution. Cette couverture en cuir, munie d’un élastique, permet d’intégrer plusieurs carnets à l’intérieur. Je peux donc diviser mon système en plusieurs catégories assez facilement.

Dans mon système, je prévois un premier carnet destiné à mon planning (bujo) avec quelques pages de kraft pour un joli calendrier mensuel. (monthly log en langage bujo)

tracer le tableau à main levée me prend environ 5 mn, ça va, ce n’est pas trop chronophage !

Je les plie en deux et les glisse dans le carnet pour avoir un visuel du mois sans m’encombrer d’un insert complet contenant une année. Une fois le carnet rempli, je n’ai qu’à le remplacer par un nouveau et on est reparti. Je n’emploie plus aucun tracker, ça me rend folle. Je n’ai pas besoin de surveiller si j’ai bien bu mon litre et demi d’eau, marché tant de pas dans la journée ou mangé 5 fruits et légumes par jour. Non au contrôle obsessionnel, ça me semble désormais inutile…

Sur la page de gauche, j’ai mes objectifs de la semaine et sur la page de droite, ma journée en cours. J’y inclue un petite partie journal avec un moment sympa de la journée. Un peu comme un gratitude journal, si on veut;

Le second carnet concerne mon activité d’autrice. Je l’ai nommé d’après mon pseudo et il contient mes listes, mes tempêtes de cerveau, mes tentatives d’apprivoiser le système GTD (Getting Things Done, de David Allen) et toutes les petites surprises que je prépare pour la rentrée sur ce blog ! Il se remplit nettement moins vite et a vocation à m’accompagner un bon moment. Je ne vous le montrerai pas pour ne pas spoiler le contenu des prochains articles. 

À côté de ça, j’utilise un dossier en kraft pliable et une pochette plastique pour transporter mes papiers, stocker quelques notes repositionnables, billets de train ou autres.

Et voilà ! Mon planner se limite désormais à ça. Et à un stylo plume pour écrire.

Réduire pour moins dépenser

Cela fait quelques mois que j’essaye de désencombrer ma vie, mon sac à mains, mes tiroirs. Ce challenge est dans la logique de mes objectifs : me contenter du minimum et parvenir à l’utiliser au mieux. Ne pas accumuler du matériel inutile dont je ne me servirai qu’une fois ou deux. Je fais d’ailleurs une liste de toutes les bêtises que je ne rachèterai pas, comme ces marqueurs de plein plein de couleurs différentes qui dorment dans mon tiroir ou ces rouleaux de washi que je n’ai pas le réflexe de coller sur mes pages. Ou encore ces tampons encreurs super jolis, mais ultra pénibles à utiliser et à nettoyer. Peut-être m’amuserai-je à décorer mes pages à posteriori pour leur trouver une utilité. 

Voilà pour cette mise à jour rapide de mon système d’organisation. Je me laisse l’été pour le peaufiner et en attendant, mes articles estivaux parleront principalement du Cycle du Dieu Noir et de l’écriture ! 

Si vous avez envie d’en savoir plus sur le Bullet Journal pendant l’été, allez lire cet article de Florie, ou sur le blog du Bullet journal officiel (en anglais ) ou passez rendre visite à Scribujo !

Bonnes vacances aux juillettistes !

2017 en 4 outils et 4 conseils

Bonjour tout le monde,

Les fêtes sont derrière nous ! Nous voici bien ancrés en 2017, que je vous souhaite douce, heureuse, et propice à la réalisation de vos projets.

La transition entre 2 années est souvent un moment de réflexion sur soi, sur ses envies, les choses qu’on souhaiterait modifier, améliorer, réécrire. Je ne fais pas exception à la règle, si ce n’est que cette fois, je n’ai pas rédigé mon article bilan habituel de fin d’année. Je ne rédigerai pas non plus d’article vous exposant mes bonnes résolutions pour 2017, tout simplement parce que je n’en prends plus.

Cela ne signifie pas que je n’ai envie de rien, que je ne nourris aucune envie pour démarrer 2017 sur les chapeaux de roue, au contraire ! Mes rêves créatifs sont bien présents, mais j’ai juste décidé de les commencer avant le Nouvel-An. Décembre a été un mois très agréable à cet égard. Des lectures passionnantes, des portes ouvertes sur une réflexion apaisée, des dessins à foison, une découverte de l’aquarelle, des idées à écrire.

Aujourd’hui, plutôt que de bonnes résolutions, je vous propose un rapide point sur mes compagnons créatifs en 2017 :

La bougie ne compte pas, hein! 😉

Mon Traveler’s Notebook :

Je ne lâche plus cette belle couverture en cuir aménageable à l’envi avec des carnets, pochettes cartonnées, papiers en vrac. Mon carnet du voyageur (qui ne voyage pas beaucoup pour l’instant) contient mon Bullet Journal, un carnet destiné à l’écriture de mes idées de romans, mes suivis de béta lecture sur CoCyclics

Mon carnet à dessins :

Ce formidable cahier en kraft format A4 environ est génial et ne coute presque rien ! Depuis que Steph en a acheté pour son projet de journal surnaturel/horreur, je n’utilise que ça pour mes croquis, ébauches, portraits. Ce papier épais et non traité supporte l’encre, le crayon, les aquarelles même bien mouillées. C’est un bonheur !

Mon art journal :

L’Art Therapy est un concept encore un peu méconnu, pourtant ses bienfaits m’ont vraiment étonnée en cette fin d’année chargée. L’acte créatif peut vraiment soulager quelqu’un de ses tensions, le relaxer au même titre que la méditation. Sans m’être plongée dans des études poussées sur le sujet, j’ai commencé à utiliser un carnet fait maison avec des feuilles Canson noires dont je n’avais guère l’utilité. Dessus, je fais du collage, je peins, j’écris, je déchire, je brûle, je fais ce que je veux ! Je ne me fixe aucun thème, aucun objectif. Je démarre une page sans savoir où je vais et j’oublie le temps. Si vous êtes stressé, essayez ! Vous serez surpris de constater la joie qu’on éprouve en observant le résultat. En plus, c’est un excellent moyen pour ceux qui ont des vieilles peintures, papiers et autres matériels artistiques chez eux de les utiliser ! Mieux vaut ça que laisser ses affaires moisir au fond d’un tiroir, je trouve !

Les Quatre Accords Toltèques :

En décembre, lors d’un déplacement sur Paris, j’ai acheté ce petit bouquin de Don Miguel Ruiz à la gare et je l’ai dévoré le jour même. J’avais déjà entendu parler des 4 accords Toltèques, une sorte de philosophie de vie en 4 axes à la fois très simple à comprendre et parfois si difficiles à suivre.

D’ailleurs, je vous laisse avec ces quatre petits conseils pour bien commencer 2017 :

Que votre parole soit impeccable

Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle

Ne faites pas de suppositions

Faites toujours de votre mieux !

Dit comme ça, ça parait évident, mais je vous assure que mettre en pratique ces conseils demande beaucoup de persévérance ! J’ai envie d’en faire le thème de ce blog pour le début d’année ! Ça vous dirait qu’on aborde ces sujets un par un le lundi et qu’on en discute ici ? Lundi prochain, on parlera ensemble de l’importance de la parole dans nos rapports.

En attendant, je vous souhaite une très belle semaine, mais aussi une fantastique année !

 

 

Mes outils d’écrivain #1: mon carnet d’écriture

Bonjour à tous,

j’espère que la semaine débute bien pour vous. Aujourd’hui, on continue dans la série « organise ta vie d’auteur avec Aemarielle » ! 🙂

À noter qu’il ne s’agit pas de vous conseiller quoi que ce soit. J’aborde simplement ma façon de gérer l’écriture, mes besoins, mes envies. Si certains aspects de cette série vous inspirent et que vous souhaitez en savoir plus ou vous les approprier, faites-vous plaisir. Si vous trouvez votre façon de faire plus pratique ou plus efficace, alors ne changez rien et surtout confiez-moi vos secrets! 😉

Au sommaire de cette série:

Mon carnet d’écriture | en chantier

Mon carnet spécial blog

Le cahier spécial Le Cycle du Dieu Noir

Pourquoi un carnet d’écriture ?

Comme vous avez déjà pu le constater, les vacances d’été sont pour moi un moment propice pour me poser et réfléchir sur mes projets ou ma façon de m’organiser. De nouvelles bases, si on veut. (Qui a dit bonnes résolutions ?)

Cette envie d’un carnet d’écriture répond à un besoin d’écrire plus, d’être plus efficace durant mes sessions, de suivre mes progrès et de ne pas me perdre en route.

 Je ne sais pas comment vous fonctionnez, mais moi, je suis une adepte du papier (Au cas où mon sommaire ne l’indique pas suffisamment clairement ! ). J’écris plein de choses partout : des listes, des idées, des squelettes de scènes, des débuts de premier jet. Je dispose donc d’une collection assez impressionnante de carnets, cahiers, d’agendas à anneaux, de formats divers et variés, où se mélangent listes de courses, idées pour mes romans, dessins. Bref, je n’y retrouve pas mes petits.

Aemarielle, pourquoi tu n’utilises pas ton smartphone ou ton PC pour gérer tout ça?

Bonne question. Je ne remets absolument pas en cause l’efficacité de l’informatique pour la planification, le suivi et la prise de notes, mais j’ai besoin du toucher. Rien n’est plus agréable pour moi que le contact du papier, le poids d’un carnet dans la main. C’est un plaisir simple, un besoin de voir autre chose que l’écran de l’ordi devant moi. Et je souffre moins de l’angoisse de la page blanche quand je me lance sur papier !

Bref, pour répondre à ce besoin sensuel et totalement futile, j’ai choisi un accessoire outil qui me faisait de l’œil depuis longtemps. Un Traveler’s Notebook !

Ceci est un Traveler's Notebook de la Traveler's Company, Japan
Ceci est un Traveler’s Notebook de la Traveler’s Company, Japan

Avertissements de l’auteure:

  • La suite de cet article peut vous faire plonger dans la dépendance à la belle papèterie.
  • L’auteure décline toute responsabilité en cas d’addiction soudaine.
  • Cet article est aussi une formidable excuse pour assouvir la soif de joli papier et de scrapbooking de l’auteure.
  • Si vous avez envie, vous pouvez aller voir d’autres Traveler’s notebook sur Pinterest, mais l’auteure vous le déconseille. On ne sort pas indemne de cette expérience !

Un Traveler’s Notebook, c’est quoi ?

En gros, c’est une couverture en cuir dotée d’élastique permettant d’insérer un ou plusieurs carnets et de les enlever remplacer facilement. Un carnet à la fois beau, super pratique et qui présente le double avantage d’être aisément transportable et de posséder un charme rétro certain.

MTN 2
Je vous ai dit que cet article était là pour étancher ma soif de scrapbooking ? ^^

Comme les carnets de cette marque sont assez chers (ils sont cependant en papier de très bonne qualité), j’utilise à la place des carnets plus simples et meilleur marché que je découpe à la bonne taille.

Ce que je compte mettre dedans :

Le premier carnet me servira à gérer mes corrections, ainsi qu’à rassembler mes notes de béta lecture. J’y ai par exemple regroupé les retours de lecture que j’ai reçus sur le Cycle du Dieu Noir.

MTN 3

 

Le deuxième carnet me servira de bullet journal, en gros mon outil de suivi d’écriture. Je peux revenir plus en détail sur le principe du Bujo pour ceux et celles qui souhaitent en savoir plus, ou vous orienter vers cette vidéo (en anglais). Je trouve que c’est un super outil d’organisation, je l’utilise d’ailleurs au boulot et je le trouve très efficace. Pour le moment, je pense surtout utiliser le principe des to do list jusqu’à fin août ; après tout, c’est les vacances. Je développerai le système à partir de la rentrée.

Ou comment utiliser ses chutes de vieux papier ?
Ou comment utiliser ses chutes de vieux papier ?
Quoi ? Tout ça à faire ? Oh, ça va, j'ai dit que c'était les vacances!
Quoi ? Tout ça à faire ? Oh, ça va, j’ai dit que c’était les vacances!

 

Le dernier carnet me servira de boîte à idées, tout simplement. Pas d’organisation particulière dedans, juste les infos que je juge utiles, les idées qui jaillissent, les débuts de scène qui naissent dans ma tête. Bref, tout ce qui va me permettre de calmer mes tempêtes de cerveau.

MTN 6

J’espère pouvoir tirer le meilleur de cet outil, qui a l’avantage de pouvoir être transporté partout assez facilement. Je ferai des mises à jour de temps en temps pour vous dire ce que j’en pense sur le long terme.

Et vous, vous êtes plutôt papier, numérique ? Comment gérez-vous vos notes de votre côté ?

Au plaisir de vous lire et sinon, à vendredi !