Alors, elle parle de quoi ton histoire, en fait ?

Un billet avec de gros morceaux de résumé croquants dedans !

Avec l’arrivée de la rentrée, mon projet de publication sur le blog devient de plus en plus concret. C’est là qu’intervient le moment stressant pour tout auteur/ autrice, celui où l’on doit expliquer aux lecteurs de quoi parle son histoire. Alors en général, quand on n’est pas préparé, ça donne à peu près ça :

« EUHH, alors en fait, il y a cette petite fille, tu vois, c’est une voleuse, dans un genre d’Égypte antique, mais pas vraiment réaliste, en fait. Et euuuuuhhh… elle a trouvé une pierre magique, et euh, mais en fait elle l’a plus, hein, elle l’a juste approchée et depuis, une déesse s’intéresse de près à elle – je raconte mal, désolée, c’est le stress ! C’est compliqué, il se passe plein de trucs dans sa vie ! »

Je crois que j’ai trouvé pire que la rédaction du premier jet d’un roman : en écrire le pitch !

Tiré de « The Big Lebowski », des frères Cohen

 

Attention, je ne parle pas de la quatrième de couverture, mais bien de ces quelques phrases qui donnent le ton, éveillent l’intérêt pour le texte. Vous savez, quand vous lisez le programme télé, ce tout petit synopsis qui va vous inciter à vous poser devant tel film ou à zapper pour regarder Top Chef.

Après tout, en tant qu’autrice, je connais mon projet par coeur, chaque méandre, chaque secret (enfin sauf qu’en bonne jardinière, ce n’est pas tout à fait vrai, mes personnages arrivent très souvent à me surprendre !) et je n’ai aucune difficulté à cerner les enjeux de mon récit.

Le problème, c’est de réussir à les résumer à mes futurs lecteurs pour leur donner envie de plonger dans mon histoire ! Et le plus fun, c’est que non seulement je dois résumer la série, mais aussi chaque épisode ! Youhou ! Elle est pas belle, la vie ?

Allez, comme je suis d’humeur joyeuse, je vous montre un peu le chemin parcouru dans mon carnet pour pondre une version acceptable du truc ! 

Et encore, je vous épargne les 2 pages précédentes, déjà pleines de ratures 🙂
Là, on commence à approcher du résultat voulu !

Que dire dans un pitch ?

Dans un pitch, la tentation est grande d’essayer de tout expliquer, de l’intrigue principale aux personnages. Après tout, ne sont-ils pas fascinants ? On a tant travaillé, sué sang et eau pour donner corps à nos idées, il parait normal d’avoir envie de tout dire, pas vrai ?

Le problème, c’est que c’est impossible. Si on veut « vendre » notre histoire, il faut cibler l’essentiel, être percutant, et surtout bref.

Pour aller à l’essentiel, on doit connaître les éléments qu’on désire mettre en avant. Qu’est-ce qui est réellement important, qu’est-ce qui va donner envie, ouvrir l’appétit ? Très honnêtement, je me cherche encore de ce côté-là. Néanmoins, ça commence à venir, au fil des essais. J’ai soumis mon brouillon à Cocyclics, afin de recevoir un coup de main de la part d’autres auteurs et après quelques retours, voici le résultat :

Pitch de la saison 1

Alaia, une voleuse élevée à la dure dans les rues de Djedou, voit son destin bouleversé par une mystérieuse relique. Désormais sous la protection d’Ishtar, la jeune fille se retrouve à son insu dépositaire des espoirs de la déesse, déterminée à restaurer sa grandeur perdue.

Mais qu’attend réellement Ishtar de son émissaire ? Quelles épreuves Alaia devra-t-elle affronter sur son chemin ?

Est-ce que ce résumé vous donne envie, à vous ? Et comment vivez-vous l’étape du pitch de votre côté ? Bête noire, trop facile ? Si on en parlait ?

Mes projets 2017

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je vous propose un zoom sur mes projets en cours pour 2017. Il s’agit principalement d’écriture, mais aussi de dessin.

L’héritier du Shogun :

Là, c’est le pavillon d’Or, le palais de Yoshimitsu Ashikaga. Ça claque, non?

C’est mon projet principal du 1er semestre. Un roman en un seul tome, que j’espère assez court et qui relatera le conflit d’un jeune moine bouddhiste contre un démon déterminé à s’emparer du pouvoir, le tout sur fond de guerre de succession shogunale.

C’est un projet qui m’emballe beaucoup, qui m’inspire des illustrations assez différentes de mes précédentes, mais qui va nécessiter de la discipline de ma part si je veux écrire ce premier jet rapidement. J’y écris pour la première fois au présent et je dois gérer une atmosphère profondément masculine, moi qui ai pour habitude de traiter nombre de personnages féminins. Autant dire que je n’ai pas l’intention de laisser les femmes au placard dans ce récit, mais je vais devoir leur permettre de s’exprimer dans un monde qui a tendance à vouloir les réduire à des objets de décoration. (Ah bon, ça n’a pas vraiment changé ? ^^)

Pour me motiver, j’ai ouvert un challenge sur CoCyclics, mon forum d’écriture chéri, et je suis noyée sous les encouragements des participants, ce qui est une source inépuisable de motivation pour avancer ! Merci à toutes les grenouilles qui donnent de leur temps pour encourager les autres tout en menant leur projet de front !

Eh bien sûr, j’ai un carnet spécialement dédié à cet univers, pour y noter les infos essentielles, compiler des listes de termes japonais, la chronologie et mon synopsis.

Le Cycle du Dieu Noir :

Mon premier bébé, celui qui m’obsède depuis 3 ans, pour qui je me suis présentée, tremblante, au speed dating des Imaginales en 2015. Il a bien changé depuis : de roman-pavé, il devient une série composée d’épisodes plus courts, mais qui me permettront de développer l’univers tranquillement.

Le premier d’entre eux est en cours de publication sur Wattpad. J’y raconte le destin d’une jeune voleuse des rues dans un pays inspiré de l’Egypte ancienne,  contrainte de devenir une courtisane par le truchement d’une déesse déterminée à faire d’elle son outil de vengeance. Au contraire de l’Héritier du Shogun, les femmes tiennent le haut du pavé, même si ce n’est pas toujours facile pour elles. J’espère reprendra sa rédaction après avoir fini l’Héritier, mais j’ai besoin de cette pause pour me vider l’esprit et repartir plus sereinement. En attendant, je prépare une bible d’univers en suivant les conseils de Stéphane Desienne dans ses articles consacrés à l’écriture d’une série sur le blog d’Aude Réco.

Normalement, vu mon rythme d’écriture, je devrais terminer la rédaction de cette saga en 2045 environ ! Tout va bien, donc !

Strasbourg by night :

À l’origine une nouvelle commencée pour rire, ce petit texte sans prétention devient une novella. Elle raconte les tribulations d’un groupe de rôlistes strasbourgeois pour retrouver l’un de leurs amis disparu mystérieusement. C’est ma première incursion dans le « pulp » et je me marre comme une baleine à chaque fois que je reprends l’écriture de cette histoire pas du tout inspirée par mes amis !

Je n’ai pas d’illustration pour ce projet, alors je vous offre un extrait pour la peine!

« Octave ? Oh ! Qu’est-ce que tu fous, tu dors ? »

L’interjection de Lucie résonne à mes oreilles, à la fois proche et distante. Elle me secoue sans ménagement. J’émerge pour entendre une voix de femme qui fredonne une chanson sirupeuse à peine audible à travers les enceintes.

« Nan, mais j’y crois pas ! Tu dors ?

—… Non, j’dors pas… »

Je reprends lentement conscience de la situation. Lumières tamisées, guitare acoustique et piano. Les effluves floraux d’un parfum féminin mêlés à du shampoing montent à mes narines. En dessous de moi, les cheveux épars sur le matelas, Lucie me foudroie du regard, les joues empourprées – non pas d’excitation, mais d’une colère brûlante – et le sourcil mortellement froncé. Mes doigts sont encore mêlés aux siens. Je sens la sueur et les murs tournent autour de moi.

Je crois que j’ai déconné.

« Tu te fous de moi ! J’en ai ras le cul de tes conneries ! »

Elle me repousse et se dégage de l’embryon d’étreinte que je lui offrais. Je reste hébété sur son lit minuscule, ma virilité bien plus éveillée que moi de la voir ainsi. Nue et furibarde, elle se dresse de toute sa hauteur, un halo de mascara noir cerclant ses yeux bleus. Un instant, j’imagine que sa chevelure blonde se mue en un flot de serpents vengeurs prêts à s’abattre sur ma tête. Puis mon regard ne peut s’empêcher de descendre d’un cran, là où ses seins lourds me toisent avec mépris. D’un geste sec, elle se penche et ramasse son soutien-gorge.

« Tu peux les oublier, sale con !

J’ignore quelle suite je donnerai à cette histoire une fois qu’elle sera finie, mais elle me plait beaucoup ! On y trouve du jeu de rôle, de la bière, du vaudou, des mecs un peu boulets, et bien sûr, le cadre enchanteur de Strasbourg.

Itti :

Cette fois, il s’agit d’un projet d’illustration pour des histoires destinées aux tout petits qu’écrit Colcoriane, une adorable autrice rencontrée par le biais de CoCyclics. Je n’ai pas pu lui donner assez de place en 2016, je compte bien y remédier en 2017 !

Pfiou, ça promet une année riche et chargée, mais je ne me mets aucune pression. Je ne veux pas me rendre malade inutilement si je ne parviens pas à tout gérer. Faisons cela sérieusement, mais sans nous prendre au sérieux, hein !