Libérez votre créativité | Julia Cameron

Cet été, je me suis offert quelques livres sur la créativité et la façon dont on peut la retrouver quand elle est partie en vacances, ou l’entretenir et l’aider à s’épanouir. C’est un sujet qui me passionne parce que la créativité et moi entretenons une liaison parfois fluctuante, souvent conflictuelle et tout à fait imprévisible. 

Madame s’absente parfois des semaines, voire des mois, elle rejaillit quand j’estime ne pas avoir le temps, s’évapore quand je m’assied à mon bureau, motivée à avancer. Elle est espiègle, inconstante, mais revient toujours quand je ne l’attends pas. C’est… amusant (non), séduisant (non, toujours pas) et charmant (en fait c’est très énervant).

Parmi les ouvrages de références pour les artistes en quête d’un rapport sain et nourrissant avec leur créativité, figure The Artist’s Way, de Julia Cameron, romancière, scénariste et poète entre autres choses, autrice de l’un des ouvrages les plus lus en matière de développement personnel. Lu par beaucoup de monde sauf moi. Jusqu’à maintenant.

12 semaines pour renouer avec son artiste

En terme de contenu, Libérez votre créativité a été écrit il y a longtemps (1982) et cela se ressent dans le style et le côté un peu vieillot des exemples utilisés. je crois qu’il existe une version plus récente, mais ce n’est pas la mienne. On peut aussi être un peu gêné par les mentions récurrentes à Dieu ou au grand créateur, mais je me contente de faire l’impasse ou de remplacer par l’Univers, ça marche aussi. J’ai pris l’habitude en lisant les 4 accords toltèques

J’ai tendance à dévorer ce genre de bouquins, mais dans le cas présent, Libérez votre créativité se savoure par petites touches, ou plutôt par semaines. En effet, l’idée est de suivre un programme de réconciliation avec son artiste intérieur à l’aide d’explications et d’exercices à appliquer chaque semaine. Pour le moment, j’en suis à la semaine 2 sur 12 et je suis agréablement surprise par les premiers effets des conseils de Julia Cameron sur moi. 

Faites vos pages du matin

Le premier pilier du programme, ce sont les pages du matin – ça doit parler aux adeptes du Miracle Morning – un exercice non négociable à faire dès le lever pour clarifier son esprit et le nettoyer de tout ce qui le pèse. L’idée est de prendre un carnet et de noircir 3 pages chaque jour, sans se soucier de la forme.

C’est pour cela que Julia Cameron parle de faire ses pages, plutôt qu’écrire ses pages, car elle a constaté que souvent, les écrivains se bloquent à l’idée de mal écrire, de faire des fautes, alors qu’il ne s’agit pas de juger ce qu’on jette dans ce carnet. D’ailleurs il ne faut surtout pas les relire avant au moins 8 semaines et encore moins les montrer à qui que ce soit. On écrit en mode automatique, on laisse couler ce qui vient.

Chez moi, ça commence souvent par un maelstrom de pensées en vrac, puis quelques idées intéressantes qui fleurissent sur ce tas de fumier. Julia Cameron précise aussi de noter des affirmations positives dans son carnet pour recalibrer son cerveau et faire fuir le syndrome de l’imposteur. 

Emmenez votre artiste en rendez-vous

Le deuxième pilier du programme, c’est le rendez-vous avec son artiste. Chaque semaine, on se bloque un moment, 1 ou 2 heures et on part en vadrouille, rien que soi. Une promenade dans la nature, une visite de musée, un film au cinéma, une incursion dans une papeterie en quête de matériel pour décorer son carnet, embellir son bureau, peu importe, du moment que ça nourrit l’artiste en nous. Et si possible, un truc qui nous plait vraiment. Pas la peine de courir au musée si ça ne nous dit rien en réalité. 

Le livre propose également une série de petits exercices qu’on peut inclure ou non dans le programme, comme des lettres imaginaires, ou se projeter dans le.s métier.s de nos rêves et essayer de le.s vivre pendant la semaine, ou encore se remémorer les compliments qu’on a pu nous faire et qui ont regonflé notre amour-propre créatif, les noter et les garder en vue. 

Tout ceci me donne pour le moment une très bonne opinion de ce livre. J’espère bien mener le programme à son terme et vous en faire un rapport d’expérience. Peut-être pourrais-je faire quelques points d’étape pour vous parler des différents aspects du programme, ça vous intéresserait ? N’hésitez pas à me le dire en commentaires. De même si vous l’avez lu et avez testé le programme, racontez-moi comment ça s’est passé, ce que vous en avez retiré. 

 

Changer ses habitudes : instaurer un rituel matinal

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je voulais vous parler d’un défi personnel que je me suis lancée pour reprendre le rythme, tant au niveau écriture qu’au niveau forme physique. Vous vous souvenez que j’avais parlé du Miracle Morning il y a quelques mois ? Force est de constater que je n’ai pas su exploiter son potentiel. Je me levais certes tôt, mais j’avais l’impression d’y être contrainte et de ne pas utiliser ce temps disponible de la bonne manière. J’ai laissé tomber assez rapidement, parce qu’au fond de moi, je sais que j’ai raté un truc.

Savoir pourquoi on fait les choses

Mon problème était de n’avoir pas déterminé ce qui était important pour moi, quelles étaient mes priorités. Je ne savais pas pourquoi je m’extirpais si tôt de mon lit chaque matin. Enfin si, je savais que je voulais écrire, mais je me retrouvais chaque matin bloquée par le syndrome de la page blanche et je finissais invariablement collée à mon PC en buvant mon café devant des vidéos Youtube. Et chaque fois, je m’en voulais parce que je me disais que j’allais végéter, que plein de gens arrivaient à concilier boulot à temps plein et écriture, que je ne n’étais pas faite pour écrire, que je ne me donnais pas les moyens, bref, que j’étais une feignasse et zou, reprise de contrôle par la petite voix intérieure !

Comme souvent, j’ai cherché la solution dans les bouquins.

Récemment, j’ai lu un livre assez intéressant :  » Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une« , de Raphaëlle Giordano, qui m’a donné pas mal de pistes de réflexion sur les changements que je voulais apporter à ma vie.

Pas de gros changements, hein : on ne parle pas de tout plaquer, mais de petites choses qu’on peut modifier au quotidien pour arrêter de voir les choses en gris morose et se concentrer sur tout le positif qui jalonne nos journées, mais que notre cerveau a appris à ignorer. Si parfois, les ficelles de ce livre sont un peu grosses, je conseille quand même vivement d’y jeter un œil et de pratiquer les exercices proposés, comme tenir un journal de gratitude, la liste de nos qualités (si si, on en a tous plus qu’on ne veut le croire !) ou la liste de tout ce qu’on aimerait changer dans notre style de vie et de noter quand c’est fait.

Prendre des engagements avec soi-même

Parmi les choses que je voulais modifier, j’ai noté par exemple : « faire de l’exercice tous les jours, ne serait-ce que 10 mn pour commencer ». J’ai aussi pris l’engagement avec moi-même d’avancer dans mon projet littéraire sans me mettre de pression, mais de m’y consacrer quotidiennement.

Ce sont mes axes prioritaires, ceux qui comptent parce qu’ils participent à mon bien-être physique et mental. J’ai donc créé une page de journal avec un calendrier mensuel sur lequel, je me récompense en appliquant un joli tampon pour chaque activité effectuée dans la journée.

Dimanche, par exemple, j’ai fait une pause sport bien méritée, mais j’ai repris le lendemain.

Mon objectif est de parvenir à m’y tenir pendant au moins un mois pour ancrer ces activités dans mes habitudes. Les jours où je travaille, cela implique de me lever 15 minutes plus tôt pour faire immédiatement ma séance de sport, me doucher, prendre un petit déjeuner dans le calme et me plonger 20 à 30 minutes dans mon roman. Les bienfaits du sport sont immédiats sur ma concentration, en ce qui me concerne. J’arrive plus facilement à écrire maintenant que lorsque je m’y attelais sans cette préparation physique. J’espère bien arriver fin mai avec un calendrier rempli !

Petit à petit, j’espère modifier d’autres choses, instaurer de nouvelles habitudes, mais je sais qu’il ne faut pas forcer. Je prends mon temps, un pas après l’autre, et j’avance !

Et vous, avez-vous vos propres engagements personnels, vos rituels pour mener vos projets à terme?