Carnet décoré #1 La danse aquatique

Savez-vous que très bientôt, le NaNoWriMo sera là ? Un festival d’écriture, de souffrance créative, de partage autour de multiples romans. Quelle étrange période que l’automne pour les artistes et auteur.e.s: d’abord Inktober en octobre, puis le NaNoWriMo en novembre.

Personnellement, je me laisserai porter par l’enthousiasme des participants, mais je ne m’inscrirai pas. Par contre, je me suis dit qu’un écrivain bien organisé pourrait avoir envie d’un beau carnet pour suivre son projet, pendant ou après le NaNo. Bon, en vrai, j’adore dessiner sur du papier kraft et ces carnets sont juste un support parfait pour accueillir mes dessins !

Voici donc le premier d’une série de carnets dont j’ai illustré la couverture. Celui-ci est un Moleskine et contient une centaine de pages blanches, avec une poche à la fin pour ranger ses papiers volants. Carnet d’écriture ou bullet journal, il est grand (19 cmX 25 cm) et spacieux. Je ne sais pas pour vous, mais j’apprécie de laisser mon stylo plume glisser sur une feuille blanche, sans être limitée ni par des lignes ni des carreaux ni des pointillés. 

Je suis en train de réfléchir à l’opportunité d’ouvrir une boutique en ligne pour vendre ce type de créations. Je n’y proposerai que des dessins traditionnels, sur papier libre ou sur carnet. En attendant, si celui-ci vous intéresse, vous pouvez me contacter ici : contact[@]aemarielle[.]com

Très bonne semaine à toutes et tous !

Ginie, Tito et Athènes, mes toutes premières commandes

Et voilà, les amis, je peux enfin vous montrer les personnages que j’ai réalisés à la demande de Jo Ann von Haff, une talentueuse écrivaine aux univers multiples qui m’a demandé de représenter les personnages d’une de ses histoires. Si vous voulez en savoir plus sur ce qu’écrit Jo Ann, je ne peux que vous conseiller d’aller visiter son site internet pour découvrir ses textes. En attendant, voici le fruit de nos nombreuses discussions et échanges en ligne !

Ginie

Merci de ne pas utiliser cette image ni la reposter sans autorisation

 

Tito et Athènes

Merci de ne pas utiliser ni reposter cette image sans autorisation

 

Je me suis vraiment amusée dans cette aventure, ça m’a fait plaisir de pouvoir rester dans mon style habituel tout en ajoutant une difficulté spécifique: la chouette, Athènes. Je ne suis pas une experte dans le dessin des animaux, il a donc fallu que je cherche, que je m’entraîne dans mon sketchbook. Allez, je n’ai pas peur, je vous montre !

La vie est chouette!
La vie est super chouette !

Eh oui, rien de tel qu’un carnet pour s’entraîner, croquer des idées et occuper le temps le soir quand on est fatiguée. Le mien est un Leuchtturm 1917 à pages blanches, pas vraiment adapté pour cet usage car l’encre se voit énormément à travers les pages (adeptes du bujo, soyez prévenu.e.s, choisissez bien vos stylos ^^), mais je l’adore et la finesse des pages ne me dérange pas.

Je suis ravie de poursuivre l’aventure en mars avec de nouveaux personnages à dessiner. De mon côté, je me fais plaisir avec mes aquarelles et j’ai une nouvelle création à vous proposer, qui va rejoindre ma nouvelle galerie.

Cat lady

Merci de ne pas utiliser ni reposter cette image sans autorisation

N’hésitez pas à me dire si ces dessins vous plaisent. On se retrouve vendredi pour notre rendez-vous hebdomadaire avec le Cycle du Dieu Noir et lundi prochain pour le bilan du mois de février !

Bonne semaine à vous.

 

Visite guidée de Djedou 2 | Le port

Amis lecteurs, je vous propose aujourd’hui la suite de notre visite touristique de la belle ville de Djedou. Après avoir parcouru la Ruche lors de notre première promenade, flânons ensemble le long des quais malodorants du port.

Le temple de Neilos

C’est au cœur du port que se situe le temple de Neilos, à qui l’on rend hommage durant la saison d’Akhet, marquée par les grandes crues du fleuve. Neilos apporte la vie et la fertilité avec lui, c’est donc une divinité très importante en Kemet.

Capitainerie

Djedou accueille les embarcations de commerce Kemites, mais aussi des navires venus de l’étranger par la Grande Verte pour délester leurs cales des marchandises exotiques qu’ils transportent. C’est à la Capitainerie que tout ce petit monde paye les taxes, s’enregistre comme visiteur et obtient l’accès au quartier des étrangers. Le royaume de Kemet, de plus en plus refermé sur lui-même, accepte encore les visiteurs pour peu qu’ils restent dans l’enclave qui leur est réservée. Sur dérogation fournie par l’Administrateur, certains ont le droit de parcourir la ville, mais ils restent sous étroite surveillance.

Pour autant, il y a de quoi s’occuper au port et dans l’enclave. On y trouve des maisons de bière animées, à la qualité variable. Le Mulet, par exemple, est un endroit mal famé où l’on se livre au commerce de la chair et à des combats clandestins. C’est probablement l’établissement préféré de la Confrérie, la pègre locale, mais personne n’en dira jamais rien.

La maison d’Hathor et les bas greniers

Annexe du temple, la maison d’Hathor veille sur les greniers à blé du quartier. Elle gère la sécurité et la distribution du blé aux habitants quand le besoin s’en fait sentir, en cas de disette, par exemple.

J’espère que cette visite vous aura plu. Petit à petit, nous allons découvrir les quartiers les plus reluisants de la cité, des temples aux Coffres d’Ouadjour.

 

Inktober 2017 | partie 1

Après 3 petites semaines de silence radio, je me suis dit que ce serait peut-être bien de passer vous dire bonjour sur le blog, au moins pour vous donner des nouvelles. La raison de mon absence ici est toute simple et s’appelle Inktober…

Certains ici connaissent déjà ce défi annuel qui précède le NaNoWriMo et occupe les illustrateurs pros et amateurs du monde entier pendant tout le mois d’octobre. Pour les autres, sachez qu’il s’agit d’un défi tout à fait bon enfant qui consiste à partager chaque jour un dessin fait à l’aide d’outils traditionnels, notamment l’encre (ink, tout ça) sous toutes ses déclinaisons : stylos bille, plume, pinceaux, marqueurs etc.

On peut suivre les thèmes proposés par la page officielle Inktober ou suivre ses thèmes personnels, c’est au choix. L’essentiel est de participer et de s’amuser en dessinant. Et surtout, l’objectif est de maintenir une activité créative régulière, sans crainte de montrer ce qu’on a fait.

Autant dire que dessiner chaque jour avec une échéance vous force à lâcher prise côté perfectionnisme. C’est sur cet aspect-là que j’aime Inktober. Mes dessins ne sont pas tous réussis, ils sont loin d’être parfaits, mais à chaque fois, j’explore une technique ou un outil différent, je me teste sur des exercices difficiles pour moi : dessiner des décors, des personnages masculins, des animaux et c’est fun. En bonus, j’essaye de ne dessiner que d’imagination, sans utiliser de références photos pour m’inspirer. Pas facile, mais la communauté des participants est vraiment un soutien important. On se sent entouré, soutenu dans l’expérience. Et que dire du plaisir d’assister à cette explosion quotidienne d’expression artistique !

Je me suis aussi fixée une autre contrainte dans mon challenge cette année : utiliser le matériel que j’ai déjà et ne rien acheter dont je n’aie pas absolument besoin. Pas de nouveau stylo, pas de carnets de dessins supplémentaire, rien ! Et je suis contente, car j’ai éclusé pas mal de choses qui encombraient mes tiroirs depuis des années parfois, notamment des blocs de papiers dont je ne me servais jamais. J’ai aussi lâché l’idée de n’utilise qu’un seul support pendant tout le challenge. Jusqu’ici, je faisais mes Inktober dans un carnet spécial, choisi pour l’occasion. Cette année, dès le premier dessin, j’ai compris que ça ne m’irait pas. J’avais récupéré un carnet kraft A5 déjà commencé pour lui donner une deuxième vie, mais le format ne me convient plus. Je réalise que j’ai besoin de place, même si je n’utilise pas forcément toute la feuille. Donc, place aux feuilles A4 ! Si on doit faire 31 dessins, autant les faire sur un support qui nous plait !

Assez papoté, que diriez-vous de voir les 16 premiers dessins ?

Le thème de cette année pour moi et pour Steph est la mythologie Grecque. Pleine d’histoires sombres et de héros tour à tour grandioses ou pathétiques, c’est une source d’inspiration constante pour nous !

Jour 1 Lieu mythique : le Styx
Jour 2 : Malédiction
La pauvre Méduse, violée par Poséidon dans le temple d’Athéna, se voit maudite par la déesse et changée en monstre
Jour 3 : Forge
Héphaïstos, peinard dans son atelier
Jour 4 : Voyage
Icare ne fera pas un long voyage s’il flirte avec le soleil
Jour 5: Art et création
Orphée, l’un des plus grands poètes et musiciens des légendes
Jour 6 Monstre
Un cerbère à l’allure plutôt mignonne ^^
Jour 7 : Mon héros
Le petit Herakles fait la fierté et la terreur de sa maman en tuant les serpents envoyés par Héra pour l’éliminer
Jour 8: Amour maudit
La triste de fin de Callisto, séduite par Zeus qui avait pris l’apparence d’Artemis. Enceinte, elle fut changée en ourse par la déesse qui envoya ses nymphes à sa poursuite. Se sentant coupable, Zeus la changea en la constellation de la Grande Ourse
Jour 9 : Olympe
Me suis pas trop foulée pour celui-là question idée ^^
Jour 10 : Temple
Un petit essai architectural de tête
Jour 11: Défi
Arachné aurait dû s’abstenir de défier Athéna au concours de tissage. A égalité avec une mortelle, la déesse détruisit l’oeuvre de sa rivale, qui de désespoir, se pendit. Athéna en fit une araignée condamnée à tisser sa toile éternellement
Jour 12: Naissance
Où je me suis amusée avec Aphrodite à l’encre bleue et or
Jour 13: Chasse
Hercule et le (petit) sangler d’Erymanthe
Jour 14: Enfers
J’avoue j’avais envie de reprendre le numéro 1 sur papier aquarelle ^^
Jour 15 : Oracle
Cassandre ne peut empêcher la destruction de sa cité, malgré le don de prédiction offert par Apollon. en effet, le dieu lui avait offert en échange de ses faveurs; l’ayant repoussé, elle se vit maudire par le dieu furieux et condamnée à n’être jamais crue.
Jour 16: Défaite
Achille contre Hector

Voilà, j’espère que ça vous aura plu et que j’aurai le courage d’en faire encore 15 d’affilée !

Bonne semaine à tous !

 

Le Cycle du Dieu Noir : Djedou, la carte

En vue de la publication prochaine du Cycle du Dieu Noir en série ici-même, je me suis dit que ce serait sympa de préparer le terrain pour les hordes de quelques lecteurs d’avoir une idée de l’endroit où va se passer la majeure partie de la saison 1.

J’ai la chance d’avoir à mes côtés un artiste talentueux qui adoooore réaliser ce genre de choses, donc je lui ai demandé d’illustrer Djedou. On a beaucoup discuté en amont, en plus il connait l’histoire, autant dire qu’il était le plus compétent pour la représenter.

De mon côté, j’avais d’abord peint une petite illustration à l’aquarelle de l’extérieur de la cité.

Ma série débute dans un cadre urbain et je considère la ville comme un personnage important, en tous cas, j’espère parvenir à lui donner cette profondeur. Mes personnages principaux viennent tous d’ici, ils évoluent dans des mondes différents, mais toujours à l’abri des murs de Djedou.

Mais là, Steph a atteint un niveau de détail dont je suis bien incapable. Tout est formidable dans cette carte : les couleurs, le fourmillement des maisons, les différences entre quartiers, c’est vraiment génial de pouvoir visualiser la cité portuaire avec autant de précision, je suis fière et ravie !

Merci de ne pas réutiliser cette carte sans l’autorisation de son auteur

Ne manquent plus que les légendes pour compléter l’ensemble, et la carte sera parée pour accompagner le texte. De son côté, Steph a expliqué son travail sur son propre blog, Artis-Delirium. N’hésitez pas à aller lire comment il procède et à lui laisser un petit mot si le résultat vous plait.

Alors, vous la trouvez comment cette carte ?

Résultat du concours anniversaire !

Et voilà, nous sommes le 11 août et comme convenu, j’ai procédé ce matin au tirage au sort pour désigner le ou la gagnante du petit concours organisé par mes soins pour fêter le premier anniversaire du blog.

J’aurais pu chercher une application pour désigner le vainqueur, j’ai vu certaines personnes le faire pour des concours, mais je suis attachée au papier et donc, ce matin, j’ai découpé de petits bouts de kraft sur lesquels j’ai inscrit les noms des 12 participants et j’ai tout balancé dans une urne spécialement « craftée » pour l’occasion, vous verrez sur la photo ! ^^

J’ai chargé Monsieur Aemarielle d’être l’innocente main dans laquelle reposait le destin de ce concours et il a rempli sa mission avec sérieux et attention. 

Avant de publier le résultat, je tiens à tous vous remercier: 12 participants, c’est bien plus que je n’aurais pu l’espérer au vu de la notoriété presque inexistante de ce blog! Quand on organise un événement comme celui-ci, on ne peut pas s’empêcher de redouter que ce soit un flop total et que personne ne participe. Bon, je ne redoutais pas vraiment ça parce que je sais que j’ai des amis formidables qui suivent ce blog, mais quand même 12, c’est vraiment chouette ! Donc MERCI à tous!

Sans plus attendre, voici le résultat du tirage au sort:

Vous avez vu cette urne comme elle claque ? 🙂

Un grand bravo à Chany qui remporte l’illustration de mes 3 petits loupiots à la pêche ! Je viendrai vers toi pour récupérer tes coordonnées postales et je devrais t’expédier le dessin courant de semaine prochaine !

Encore un grand merci à tous pour avoir participé à cette petite célébration d’anniversaire ! A très bientôt pour la reprise des programmes sur le blog !

 

Vaincre l’angoisse de la première page dans son carnet

Bonjour les amis !

Pardonnez mon silence ces dernières semaines, mais je n’avais tout simplement rien à vous raconter ! Noyée sous le boulot, la fatigue de cette fin d’hiver, tout ça, tout ça… Mais je ne suis pas restée inactive pour autant. Si côté écriture, je suis au point mort – espérons qu’avril soit plus prolifique ! –, mon cerveau est en mode dessin. Je n’arrête pas de semer des croquis partout, dès qu’une idée arrive. Je dois dire que c’est très utile, car ça m’a permis d’avancer sur le projet ITTI dont j’ai presque fini d’illustrer le premier épisode !

En prime, et voici l’objet de cet article, j’ai terminé mon premier sketchbook !

Alerte : ceci est un article qui parlera particulièrement aux adeptes du papier. Si ce n’est pas votre cas, vous risquez de me prendre pour une folle. Vous voilà prévenus !

Ça n’a l’air de rien comme ça, mais terminer un carnet est un acte hyper important pour moi. C’est la sensation d’avoir accompli quelque chose, d’avoir mené une tâche à son terme et surtout, d’avoir tenu (partiellement) ma promesse d’utiliser tout ce que j’achète.

En effet, je suis du genre collectionneuse dès qu’on parle de papèterie. Je possède une quantité impressionnante de carnets, cahiers, Traveler’s Notebooks en cuir etc. Je ne suis pas du genre à accumuler les fringues ou les bijoux, mais pour tout ce qui est lié à l’acte d’écrire ou dessiner, c’est proche de l’obsession.

Je ne vous ai pas photographié la pile de mes carnets, je n’aurais jamais réussi à tous les faire tenir ^^

Mon problème, c’est que pendant longtemps, j’ai été hantée par…

L’angoisse de la première page

Vous savez, ce moment où l’on entame un très beau nouveau carnet, on l’ouvre, on regarde sa perfection, on touche ses feuilles lisses et immaculées, puis on le referme, effrayé à l’idée de le ruiner en faisant un pâté dedans dès la première page ! Je suis certaine que quelques-uns d’entre vous comprennent de quoi je parle ! ^^

Combien de carnets ai-je ainsi abandonnés à leur solitude au fond de mes tiroirs ? Je ne saurais dire. Mais aujourd’hui, avec le recul et l’envie de consommer différemment, j’ai pris la décision d’utiliser jusqu’au bout chaque carnet que j’ai acheté. Autant dire que j’ai du papier jusqu’à la fin de mes jours !

Pourquoi un sketchbook devrait-il être parfait ?

Eh bien, en réalité, il n’y a aucune raison. Pareil pour nos carnets de notes, un bullet journal ou tout autre outil supposé nous aider au quotidien. Un sketchbook est là pour nous permettre de nous entraîner, c’est donc normal de foirer des essais à un moment ou à un autre ! Alors pourquoi cette crainte de « rater » ? Pourquoi abandonne-t-on un cahier quand on a le sentiment qu’il est moche ?

D’un côté, il y a notre propre perfectionnisme, qui nous murmure toujours que ce qu’on fait est raté (1er accord toltèque, bonjour ^^) et je crois qu’il y a aussi la prédominance actuelle des réseaux sociaux.

Cherchez sur Youtube des vidéos pour apprendre le dessin ou pour créer votre bullet journal et pleurez ! Tout est le plus souvent magnifique, on vous présente des œuvres d’art au style graphique impeccable. C’est rare de voir quelqu’un sur Youtube qui vous montre des trucs moches ou des ratages. Clairement, ça peut décourager !

D’ailleurs pour la peine, je ne vous montre pas non plus mes ratages dans l’article, mais j’en ai quelques uns dans la vidéo qui vous attend si vous lisez bien tout 🙂

Mais pourquoi est-ce beau ? Parce que les gens qui partagent leur travail s’entraînent depuis des mois, voire des années pour arriver à ce résultat. Il est normal de ne pas atteindre le même niveau en débutant et il ne faut surtout pas se mettre en tête qu’on peut les imiter.

Comment dépasser cette peur du ratage ?

Plusieurs idées pour vous :

Déjà, cherchez ce que vous voulez, vous. Ne vous basez pas sur ce que les autres vous montrent à travers le miroir idéalisé des réseaux sociaux. Attention, j’adore regarder ce qui se passe sur Youtube, Instagram ou Tumblr au niveau création artistique, journaling ou organisation. C’est vraiment inspirant, mais il faut savoir aller au-delà de ce qu’on admire pour créer l’outil qui nous convient réellement. Carnet de croquis ou bullet journal, pensez d’abord à ce que vous avez envie de voir quand vous travaillerez dedans.

Genre du Kung Fu Panda ! J’adore Kung Fu Panda ^^

Si la première page vous fait peur, vous avez la possibilité de commencer par la page suivante, ou par la couverture, si elle est faite pour dessiner dessus. J’adore mes carnets en kraft parce que la couverture permet de l’illustrer, c’est vraiment chouette pour personnaliser un carnet. Et si vous avez peur du dessin, il reste la solution collage ! Mettez de belles photos dedans, constituez un journal de vos souvenirs. Pour les écrivains de fiction, faites votre casting de personnages avec des portraits découpés et collés à côté de vos fiches de description !

D’ailleurs, le collage, n’est-ce pas une formidable solution pour dissimuler un ratage ? Paf, une jolie feuille blanche plaquée sur un échec et le tour est joué !

Pour débuter, optez pour un carnet de taille modeste, avec un nombre de pages raisonnables. Pour celui que je viens de finir, j’ai choisi un format de 20 pages en kraft. Je l’ai commencé en novembre et l’ai terminé le 19 mars, c’est vous dire si c’est dur pour moi ! Il faut dire que je suis infidèle, j’en utilise plusieurs en même temps, comme le montrent mes photos.

Limitez le croquis au crayon de papier au minimum. Encrez-le très vite. Ça fait peur, mais c’est très formateur. C’est un conseil donné par Boulet aux Imaginales, alors bon, hein, on écoute les pros ! Depuis que je fais ça, je stresse moins et mon trait est plus assuré. Je n’ai pas encore osé me lancer directement à l’encre sur de gros dessins, mais parfois, j’attaque tout de suite au stylo bille et le résultat final est assez sympa. Dites-vous qu’aucun croquis n’est jamais parfait, de toute façon. Aucun carnet, aussi beau soit-il, n’est sacré. Mieux vaut l’utiliser de bon cœur, avec le risque de rater quelques pages, plutôt que le laisser moisir dans le noir. J’ai des cahiers noircis de pages et de pages d’écriture moche, peu soignée, et pourtant, rien de me plait plus que de tourner les pages et de sentir le craquement caractéristique du papier usagé sous mes doigts.

Allez, avant de vous laisser sur ces réflexions, je vous offre une petite surprise: un tour en vidéo de mon carnet à dessins ! J’espère que ça vous plaira ! Je ne vous les montre pas tous parce que certains ne sont vraiment pas destinés à tous les petits yeux chastes et mineurs, sorry ! Mais pour le reste, amusez-vous bien!

 

Gribouillis #6 : Alaia et Senon

Bonsoir tout le monde!

Nous revoilà pour un nouveau dessin dominical !

Ça faisait longtemps que je n’avais pas dessiné Alaia et en prime, je n’avais pas fait de portrait de son ami Senon. C’est à présent chose faite !

alaia senon

J’avais envie de les travailler en nuances de gris avec mes stylos à l’encre de Chine, même si cela ne rend pas justice à la chevelure rousse d’Alaia.

Quelques nouvelles du front :

Ces derniers temps, je dessine beaucoup. Parmi mes projets s’est glissée l’adorable proposition de Colcoriane : illustrer de courtes histoires pour les tout petits. Je travaille actuellement sur le design d’Itti, notre petite héroïne et j’ai vraiment envie qu’elle soit mimi !

C’est la première fois que je m’essaye à l’illustration pour quelqu’un d’autre que moi, et même si nous visons les enfants, la qualité doit être au rendez-vous. C’est à la fois effrayant et stimulant!

Il va quand même falloir que je m’organise mieux pour réserver de la place à l’écriture tout en consacrant du temps à m’améliorer en dessin. Mais ça va, il y a pire comme souci dans la vie, non ?

Sur ce, je vous souhaite une douce soirée, les amis !

Aemarielle