Vendredi fantasy #7: le Cycle du Dieu Noir sur Wattpad

Hello tout le monde,

ça y est, le 7ème extrait du Cycle du Dieu Noir est posté sur Wattpad. Cette semaine, on entrevoit l’influence divine sur le récit.

J’ai toujours aimé les récits mythologiques où les dieux interviennent dans la vie des mortels. Pourtant je suis moi-même complètement athée, allez comprendre ! 🙂

Ceci dit, je préfère toujours que ça reste subtil, donc les miens ne se manifestent pas de façon aussi claire que dans le Choc des Titans, par exemple. NDLA: je parle du vieux film, hein, pas de son médiocre reboot !

Petit à petit, leur présence va se faire sentir de façon de plus en plus palpable, pour le bonheur des uns et le malheur des autres. Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse découvrir ça dans le dernier chapitre :


Que lire de beau sur Wattpad ?

Cette semaine, je vous présente Salicorne, un roman mêlant Science-fiction et fantasy écrit de main de maître par KAKY31, qui se déroule dans un monde colonisé par d’étranges et belliqueuses créatures.

J’aime beaucoup la plume de cette auteure au vocabulaire particulièrement riche, mais qui ne nous assomme pas sous un style trop ampoulé. Les personnages sont creusés, l’atmosphère parfaitement décrite. Ça se savoure tranquillement.

Et voilà, ce sera tout pour ce soir, les amis. Ma semaine fut épuisante et j’ai grand besoin de me reposer !

Je vous retrouve dimanche pour de nouveaux gribouillis!

Écriture : La genèse du Cycle du Dieu Noir

Bonjour à vous !

Ces derniers temps, je vous ai beaucoup parlé des outils que j’utilise pour écrire, suivre mes projets, mais force est de constater que je suis assez discrète sur le contenu de mon roman lui-même. Non par peur d’un éventuel vol d’idées, mais plus par timidité et peur de déranger.

Aujourd’hui, j’ai donc décidé de vous parler un peu plus en détails des origines du Cycle du Dieu Noir.

Commençons par un résumé:

Le Dieu Noir s’est éteint depuis des siècles, assassiné de la main de son « frère » Set, qui a revendiqué le trône et la main de la Reine des Cieux. Cette dernière, dans l’ombre, ourdit patiemment sa vengeance contre l’usurpateur qui l’a spoliée de son pouvoir et de son époux.

Sur la terre de Kemet, Alaia, une orpheline élevée parmi une bande de voleurs, croise le chemin d’un guerrier inconnu. L’homme transporte une gemme mystérieuse, dont l’appel attire étrangement la fillette. Si Alaia est loin de mesurer le pouvoir qui vient de la frôler, elle se retrouve néanmoins emprisonnée dans la toile tissée par la puissante et retorse Astarté, qui rêve de restaurer sa grandeur perdue.

L’idée de poser cette histoire sur le papier m’est venue après une longue campagne de jeu de rôles dans un univers aux parfums d’Antiquité.

(Pour de plus amples explications sur le jeu de rôles, je vous invite à lire l’article très complet rédigé par Dorian Lake sur son blog.)

À ce moment là, il y a environ trois ans, je n’allais pas très bien moralement et j’avais besoin de me vider la tête. L’envie d’écrire s’est imposée d’elle-même. Jusque là, je n’avais rien écrit d’autres que des historiques pour mes différents personnages. Pas de nouvelles, pas de roman laissé dans un tiroir, rien. Et aucune expérience de la création littéraire non plus, en dehors d’une longue liste de lecture dont il a fallu que je tire l’essence pour savoir comment débuter mon récit.

Ce que je savais faire, en revanche, c’était créer des personnages et leur donner une famille, une vie, des objectifs et des projets. Je suppose que c’est grâce à cela que j’ai mené le tome 1 à son terme au lieu d’abandonner cette idée saugrenue ! (Ça et le soutien sans faille de Monsieur !)

J’avais envie de parler de mes personnages, de les voir évoluer, grandir, souffrir et aimer. C’était au moins un début.

Quand j’ai posé les bases du Cycle du Dieu Noir, je connaissais :

  • l’objectif du récit, puisque je l’avais longuement joué
  • le personnage principal
  • quelques antagonistes

Je savais que je voulais:

  • une femme comme personnage central et si possible, pas une femme sachant manier l’épée à deux mains comme personne et/ou animée d’une envie de vengeance, pouvoir, conquête, trouver le prince charmant, devenir le sidekick de l’élu de la prophétie etc. (Attention, certains romans impliquant ces caractéristiques sont très bien, c’est juste que le schéma ne me parlait pas pour le Cycle du Dieu Noir. ^^)
  • qu’elle ne soit pas la seule femme du récit
  • que les dieux interviennent dans l’histoire, mais de façon subtile.
  • revisiter le thème Isis Osiris.
  • que l’ambiance serait résolument sombre
  • Qu’on puisse reconnaître quelques aspects de notre monde, sans pour autant s’y trouver.

Je précise que ce n’était pas juste pour le plaisir de parler de sexe et de violence que j’évoque l’ambiance sombre, mais parce qu’ayant été nourrie depuis l’enfance avec des bouquins de mythologie Grecque et Égyptienne – les parents ne savent pas toujours ce qu’ils font ! ^^ –, certains récits impliquant meurtres, viols, enlèvements, inceste m’ont laissée imaginer que, non, je n’allais pas écrire la vie des Bisounours !

Ce que j’ignorais:

  • Comment mener Alaia, mon héroïne, du point de départ à l’arrivée, c’est-à-dire au terme de sa quête, tout en la faisant grandir et mûrir de sorte qu’on s’attache à elle malgré ses nombreuses fêlures et défauts.
  • Combien de tomes je voulais vraiment écrire. Je suis passée par des phases de 3 à 6 volets. Finalement, je me demande si le format série n’est pas plus adapté à ce que j’ai envie de développer.
  • Comment introduire les antagonistes de façon crédibles, sans rester dans le schéma classique : « Méchant sorcier noir convoiter puissant artefact-qui-menace-le-monde, tuer famille du brave et courageux héros (forcément en possession de ce maudit truc ) et le poursuivre sans relâche jusqu’à bataille finale !! »

Ces éléments ont heureusement eu le temps de décanter au fil de l’écriture et des réécritures ! En plus, j’ai acquis des connaissances à force de fréquenter les forums comme CoCyclics et tous les sites dédiés aux auteurs.

Quand j’ai commencé sa rédaction, j’ai naturellement pensé que Le Cycle du Dieu Noir se destinait aux adultes, au vu de son contenu explicite. Aujourd’hui, je me demande si en réalité, je n’ai pas écrit du Young Adult, étant donné qu’Alaia et ses camarades sont assez jeunes. mais bon, franchement, je ne m’embarrasse pas trop de ces considérations. Le plus important pour moi est le plaisir d’écrire cette histoire et de vous offrir un bon moment de lecture.

Et vous, d’où vous viennent vos idées pour vos projets ? N’hésitez pas à venir en discuter par ici !

Bonne semaine à vous! 🙂

Aemarielle

Ray’s Day 2016

Bonjour les amis,

Aujourd’hui nous sommes le 22 août, un jour pas comme les autres pour les auteurs et les lecteurs puisque c’est le « Ray’s day ». pour ceux qui ne connaissent pas cette initiative, il s’agit d’une journée d’hommage à Ray Bradbury, auteur (entre autres) de Fahrenheit 451, amoureux des livres disparu en 2012, qui aurait célébré son anniversaire aujourd’hui.

Le principe du Ray’s day est de partager le plaisir de lire différemment, en libre accès, gratuitement. De nombreux auteurs ont préparé des textes particuliers pour l’occasion qui sont déjà accessibles via leurs blog, pages ou sites d’écriture.

Parmi mes camarades auteurs, je vous conseille d’aller zyeuter du côté d’Olivier Saraja qui vous offre sa nouvelle L’appétit des Ombres en téléchargement gratuit. Jo Ann Von Haff vous a concocté une très jolie nouvelle, le Bal de la Vieille Ville issue de son univers Fantasy Tarandes et Sakranim et Florie Vignon, du blog la Nife en l’air vous prépare aussi une surprise à déguster. Et si vous voulez trouver d’autres pépites à lire, vous pourrez les trouver sur le site dédié au Ray’s Day, où sont recensés la plupart des participants.

Et moi dans tout ça?

Initialement, j’avais prévu de me planquer et de parler de mes lectures actuelles, mais samedi soir, j’ai changé mon fusil d’épaule et me suis imposée un défi pour me sortir de ma zone de confort. Du coup à 20h samedi soir, j’étais en train de rédiger le début de ma toute première nouvelle. Je n’avais aucun espoir de la terminer pour aujourd’hui bien sûr, mais la machine est lancée.

Je me suis dit que j’allais partager le début avec vous, histoire de rire un peu. Car oui, l’objectif de cette histoire est surtout de se marrer. Il faut imaginer une ambiance mêlant The Big Lebowski et Buffy contre les Vampires, mais à Strasbourg ! C’est du pur premier jet et c’est surtout la première fois que je me lance dans l’exercice de la nouvelle, autant dire que ça va piquer les yeux! Et c’est surtout un hommage à des années de jeux de rôles qui se poursuivent aujourd’hui !

Vous voulez vous infliger les prémices de la première enquête d’Octave Schneider, brillant étudiant en histoire ? C’est par ici, cliquez, parce que je le vaux bien! 🙂

Et promis, je la posterai en entier dès qu’elle sera terminée! 😉

Profitez bien du Ray’s Day, remplissez vos liseuses et savourez la journée!

Aemarielle.

 

Vendredi Fantasy |Le Cycle du Dieu Noir sur Wattpad !

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, c’est vendredi et ça veut dire que le deuxième chapitre du Cycle du Dieu Noir sort sur Wattpad !

Bilan de ma première semaine:

Je dois reconnaître qu’elle fut calme, mais j’ai tout de même été lue une trentaine de fois, en dépit d’un système de classement étrange qui ne met pas du tout en avant les nouvelles publications, je trouve.

Je ne m’attendais pas à grand-chose de toute façon. J’ai très peu d’abonnés, donc peu de moyens pour faire connaître mon roman dans l’immédiat. Wattpad est un réseau social, on développe donc des liens avec ses membres par la lecture, le partage, et cela ne se fait pas en quelques jours. Je trouve donc mon résultat honorable et je remercie les quelques personnes qui ont laissé des commentaires sur mon travail.

Au menu du deuxième chapitre:

On découvre Alaia quelques années après l’homme à la hache. Elle a treize ans maintenant et vit sous la coupe des Musaraignes, une bande de voleurs sans grande envergure, qui exploite les enfants au nom de la sombre Confrérie. On va vite découvrir qu’elle a un don pour attirer les ennuis et faire la connaissance de nouveaux personnages !

La suite de votre feuilleton de l’été ? C’est par ici!


Si vous avez des questions, que vous avez envie d’en savoir plus sur cette histoire, vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous ou sur Wattpad si vous en êtes membre. Je serai ravie de vous répondre ou de discuter avec vous sur le chapitre de la semaine et le précédent.

Et sinon, on se retrouve vendredi prochain pour un nouveau chapitre !

 

Cet été, ton bureau tu rangeras !

Bonjour tout le monde !

Aujourd’hui, je vous propose un petit jeu – si vous en avez envie bien évidemment !

Et si nous partagions nos bureaux ?

Je ne parle pas de celui sur lequel nous stockons nos fichiers en polluant les beaux fonds d’écran de nos PC, non. Je parle vraiment de nos espaces de travail, ateliers ou autres lieux dédiés à la création.

Pendant très longtemps, mon bureau était extrêmement désordonné et peu propice à la concentration : entre le linge à sécher, à repasser, les affaires des chats, il m’était impossible d’y travailler alors je posais mon portable au salon, parfois, puis de plus en plus souvent. Jusqu’à ne plus le quitter !

C’était sympa, quand j’y repense, mais avec la télé, il m’est difficile de me concentrer pour écrire. Il y a peu de temps, Monsieur et moi avons donc refait la pièce qui devait nous servir d’espace de travail commun. Quelques pots d’enduits, de peinture et quelques meubles neufs plus tard, je dispose enfin d’un endroit calme et zen pour écrire, préparer mes articles de blog, avec de la place pour dessiner et juste ce qu’il faut de lumière naturelle.

Faire le vide et respirer

Je ne suis pas une fée du logis, loin s’en faut. En fait, rien ne m’ennuie plus que faire le ménage et ranger. Pourtant, je dois bien reconnaître que le joyeux désordre so bohème qui régnait dans mon bureau ne me convenait pas. Trop d’objets, fringues, carnets à dessins peu voire pas utilisés partout, crayons dispersés, tout cela me donnait la sensation d’étouffer.

Le refaire aura été l’occasion de trier le superflu (je n’ai même pas encore fini !), de ranger la paperasse et les bouquins. C’est une excellente occasion de faire le point sur ce dont on peut se passer ou pas, même si on n’a pas forcément besoin de tout repeindre pour cela !

Au final, voici le résultat:

Mon tableau de liège risque de se charger très vite, je devrai veiller à ne pas le couvrir de bêtises !
Mon tableau de liège risque de se charger très vite, je devrai veiller à ne pas le couvrir de bêtises !

Et de face:

Le tableau au mur est un cadeau de Monsieur, une version Steampunk et pinup de ma petite personne! ;-)
Le tableau au mur est un cadeau de Monsieur, une version Steampunk et pinup de ma petite personne! 😉

En gros, sur mon bureau, on trouve: mon portable, une trousse, un pot à crayons pour mes feutres de dessin, ma lampe, une petite enceinte hyper efficace sans fil, mon Filofax, une bougie à la rose que je n’allume pas parce qu’elle est trop belle intacte et un petit pot contenant une rose blanche offerte par Monsieur. Mes livres, mes feutres Copic et le reste de mon matériel de dessin sont rangés dans des étagères ou des tiroirs et il me reste encore pas mal de choses à trier pour savoir ce que je garde ou pas.

Clairement, depuis que j’ai pris mes marques dans ce nouvel espace, j’ai besoin qu’il soit clair et dépouillé. À l’inverse, la zone de Monsieur est décorée de nombreux tableaux aux murs, son plan de travail est occupé par les écrans dont il a besoin pour travailler.

Est-ce que ça me perturbe? Non, parce que nous nous tournons le dos tout en pouvant papoter, et du coup, ça ne me gêne pas ; j’ai une vue directe sur mon espace, mon petit temple minimaliste à moi !

Chacun son territoire bien à nous et ça me plait comme ça !

Et vous, vous attachez de l’importance à l’endroit où vous écrivez, dessinez, travaillez ? Et si vous nous le montriez? Sur vos blogs, vos pages Facebook ou autres, ou même ici, si vous voulez ! Cela pourrait même être l’occasion de le repenser, de réfléchir sur ce qui vous plait dedans ou ce qui vous manque pour qu’il soit vraiment parfait !

En attendant, je vous souhaite une belle semaine et je vous retrouve vendredi !