Mes outils d’écrivain #1: mon carnet d’écriture

Bonjour à tous,

j’espère que la semaine débute bien pour vous. Aujourd’hui, on continue dans la série « organise ta vie d’auteur avec Aemarielle » ! 🙂

À noter qu’il ne s’agit pas de vous conseiller quoi que ce soit. J’aborde simplement ma façon de gérer l’écriture, mes besoins, mes envies. Si certains aspects de cette série vous inspirent et que vous souhaitez en savoir plus ou vous les approprier, faites-vous plaisir. Si vous trouvez votre façon de faire plus pratique ou plus efficace, alors ne changez rien et surtout confiez-moi vos secrets! 😉

Au sommaire de cette série:

Mon carnet d’écriture | en chantier

Mon carnet spécial blog

Le cahier spécial Le Cycle du Dieu Noir

Pourquoi un carnet d’écriture ?

Comme vous avez déjà pu le constater, les vacances d’été sont pour moi un moment propice pour me poser et réfléchir sur mes projets ou ma façon de m’organiser. De nouvelles bases, si on veut. (Qui a dit bonnes résolutions ?)

Cette envie d’un carnet d’écriture répond à un besoin d’écrire plus, d’être plus efficace durant mes sessions, de suivre mes progrès et de ne pas me perdre en route.

 Je ne sais pas comment vous fonctionnez, mais moi, je suis une adepte du papier (Au cas où mon sommaire ne l’indique pas suffisamment clairement ! ). J’écris plein de choses partout : des listes, des idées, des squelettes de scènes, des débuts de premier jet. Je dispose donc d’une collection assez impressionnante de carnets, cahiers, d’agendas à anneaux, de formats divers et variés, où se mélangent listes de courses, idées pour mes romans, dessins. Bref, je n’y retrouve pas mes petits.

Aemarielle, pourquoi tu n’utilises pas ton smartphone ou ton PC pour gérer tout ça?

Bonne question. Je ne remets absolument pas en cause l’efficacité de l’informatique pour la planification, le suivi et la prise de notes, mais j’ai besoin du toucher. Rien n’est plus agréable pour moi que le contact du papier, le poids d’un carnet dans la main. C’est un plaisir simple, un besoin de voir autre chose que l’écran de l’ordi devant moi. Et je souffre moins de l’angoisse de la page blanche quand je me lance sur papier !

Bref, pour répondre à ce besoin sensuel et totalement futile, j’ai choisi un accessoire outil qui me faisait de l’œil depuis longtemps. Un Traveler’s Notebook !

Ceci est un Traveler's Notebook de la Traveler's Company, Japan
Ceci est un Traveler’s Notebook de la Traveler’s Company, Japan

Avertissements de l’auteure:

  • La suite de cet article peut vous faire plonger dans la dépendance à la belle papèterie.
  • L’auteure décline toute responsabilité en cas d’addiction soudaine.
  • Cet article est aussi une formidable excuse pour assouvir la soif de joli papier et de scrapbooking de l’auteure.
  • Si vous avez envie, vous pouvez aller voir d’autres Traveler’s notebook sur Pinterest, mais l’auteure vous le déconseille. On ne sort pas indemne de cette expérience !

Un Traveler’s Notebook, c’est quoi ?

En gros, c’est une couverture en cuir dotée d’élastique permettant d’insérer un ou plusieurs carnets et de les enlever remplacer facilement. Un carnet à la fois beau, super pratique et qui présente le double avantage d’être aisément transportable et de posséder un charme rétro certain.

MTN 2
Je vous ai dit que cet article était là pour étancher ma soif de scrapbooking ? ^^

Comme les carnets de cette marque sont assez chers (ils sont cependant en papier de très bonne qualité), j’utilise à la place des carnets plus simples et meilleur marché que je découpe à la bonne taille.

Ce que je compte mettre dedans :

Le premier carnet me servira à gérer mes corrections, ainsi qu’à rassembler mes notes de béta lecture. J’y ai par exemple regroupé les retours de lecture que j’ai reçus sur le Cycle du Dieu Noir.

MTN 3

 

Le deuxième carnet me servira de bullet journal, en gros mon outil de suivi d’écriture. Je peux revenir plus en détail sur le principe du Bujo pour ceux et celles qui souhaitent en savoir plus, ou vous orienter vers cette vidéo (en anglais). Je trouve que c’est un super outil d’organisation, je l’utilise d’ailleurs au boulot et je le trouve très efficace. Pour le moment, je pense surtout utiliser le principe des to do list jusqu’à fin août ; après tout, c’est les vacances. Je développerai le système à partir de la rentrée.

Ou comment utiliser ses chutes de vieux papier ?
Ou comment utiliser ses chutes de vieux papier ?
Quoi ? Tout ça à faire ? Oh, ça va, j'ai dit que c'était les vacances!
Quoi ? Tout ça à faire ? Oh, ça va, j’ai dit que c’était les vacances!

 

Le dernier carnet me servira de boîte à idées, tout simplement. Pas d’organisation particulière dedans, juste les infos que je juge utiles, les idées qui jaillissent, les débuts de scène qui naissent dans ma tête. Bref, tout ce qui va me permettre de calmer mes tempêtes de cerveau.

MTN 6

J’espère pouvoir tirer le meilleur de cet outil, qui a l’avantage de pouvoir être transporté partout assez facilement. Je ferai des mises à jour de temps en temps pour vous dire ce que j’en pense sur le long terme.

Et vous, vous êtes plutôt papier, numérique ? Comment gérez-vous vos notes de votre côté ?

Au plaisir de vous lire et sinon, à vendredi !

Cet été, ton bureau tu rangeras !

Bonjour tout le monde !

Aujourd’hui, je vous propose un petit jeu – si vous en avez envie bien évidemment !

Et si nous partagions nos bureaux ?

Je ne parle pas de celui sur lequel nous stockons nos fichiers en polluant les beaux fonds d’écran de nos PC, non. Je parle vraiment de nos espaces de travail, ateliers ou autres lieux dédiés à la création.

Pendant très longtemps, mon bureau était extrêmement désordonné et peu propice à la concentration : entre le linge à sécher, à repasser, les affaires des chats, il m’était impossible d’y travailler alors je posais mon portable au salon, parfois, puis de plus en plus souvent. Jusqu’à ne plus le quitter !

C’était sympa, quand j’y repense, mais avec la télé, il m’est difficile de me concentrer pour écrire. Il y a peu de temps, Monsieur et moi avons donc refait la pièce qui devait nous servir d’espace de travail commun. Quelques pots d’enduits, de peinture et quelques meubles neufs plus tard, je dispose enfin d’un endroit calme et zen pour écrire, préparer mes articles de blog, avec de la place pour dessiner et juste ce qu’il faut de lumière naturelle.

Faire le vide et respirer

Je ne suis pas une fée du logis, loin s’en faut. En fait, rien ne m’ennuie plus que faire le ménage et ranger. Pourtant, je dois bien reconnaître que le joyeux désordre so bohème qui régnait dans mon bureau ne me convenait pas. Trop d’objets, fringues, carnets à dessins peu voire pas utilisés partout, crayons dispersés, tout cela me donnait la sensation d’étouffer.

Le refaire aura été l’occasion de trier le superflu (je n’ai même pas encore fini !), de ranger la paperasse et les bouquins. C’est une excellente occasion de faire le point sur ce dont on peut se passer ou pas, même si on n’a pas forcément besoin de tout repeindre pour cela !

Au final, voici le résultat:

Mon tableau de liège risque de se charger très vite, je devrai veiller à ne pas le couvrir de bêtises !
Mon tableau de liège risque de se charger très vite, je devrai veiller à ne pas le couvrir de bêtises !

Et de face:

Le tableau au mur est un cadeau de Monsieur, une version Steampunk et pinup de ma petite personne! ;-)
Le tableau au mur est un cadeau de Monsieur, une version Steampunk et pinup de ma petite personne! 😉

En gros, sur mon bureau, on trouve: mon portable, une trousse, un pot à crayons pour mes feutres de dessin, ma lampe, une petite enceinte hyper efficace sans fil, mon Filofax, une bougie à la rose que je n’allume pas parce qu’elle est trop belle intacte et un petit pot contenant une rose blanche offerte par Monsieur. Mes livres, mes feutres Copic et le reste de mon matériel de dessin sont rangés dans des étagères ou des tiroirs et il me reste encore pas mal de choses à trier pour savoir ce que je garde ou pas.

Clairement, depuis que j’ai pris mes marques dans ce nouvel espace, j’ai besoin qu’il soit clair et dépouillé. À l’inverse, la zone de Monsieur est décorée de nombreux tableaux aux murs, son plan de travail est occupé par les écrans dont il a besoin pour travailler.

Est-ce que ça me perturbe? Non, parce que nous nous tournons le dos tout en pouvant papoter, et du coup, ça ne me gêne pas ; j’ai une vue directe sur mon espace, mon petit temple minimaliste à moi !

Chacun son territoire bien à nous et ça me plait comme ça !

Et vous, vous attachez de l’importance à l’endroit où vous écrivez, dessinez, travaillez ? Et si vous nous le montriez? Sur vos blogs, vos pages Facebook ou autres, ou même ici, si vous voulez ! Cela pourrait même être l’occasion de le repenser, de réfléchir sur ce qui vous plait dedans ou ce qui vous manque pour qu’il soit vraiment parfait !

En attendant, je vous souhaite une belle semaine et je vous retrouve vendredi !