Vaincre l’angoisse de la première page dans son carnet

Bonjour les amis !

Pardonnez mon silence ces dernières semaines, mais je n’avais tout simplement rien à vous raconter ! Noyée sous le boulot, la fatigue de cette fin d’hiver, tout ça, tout ça… Mais je ne suis pas restée inactive pour autant. Si côté écriture, je suis au point mort – espérons qu’avril soit plus prolifique ! –, mon cerveau est en mode dessin. Je n’arrête pas de semer des croquis partout, dès qu’une idée arrive. Je dois dire que c’est très utile, car ça m’a permis d’avancer sur le projet ITTI dont j’ai presque fini d’illustrer le premier épisode !

En prime, et voici l’objet de cet article, j’ai terminé mon premier sketchbook !

Alerte : ceci est un article qui parlera particulièrement aux adeptes du papier. Si ce n’est pas votre cas, vous risquez de me prendre pour une folle. Vous voilà prévenus !

Ça n’a l’air de rien comme ça, mais terminer un carnet est un acte hyper important pour moi. C’est la sensation d’avoir accompli quelque chose, d’avoir mené une tâche à son terme et surtout, d’avoir tenu (partiellement) ma promesse d’utiliser tout ce que j’achète.

En effet, je suis du genre collectionneuse dès qu’on parle de papèterie. Je possède une quantité impressionnante de carnets, cahiers, Traveler’s Notebooks en cuir etc. Je ne suis pas du genre à accumuler les fringues ou les bijoux, mais pour tout ce qui est lié à l’acte d’écrire ou dessiner, c’est proche de l’obsession.

Je ne vous ai pas photographié la pile de mes carnets, je n’aurais jamais réussi à tous les faire tenir ^^

Mon problème, c’est que pendant longtemps, j’ai été hantée par…

L’angoisse de la première page

Vous savez, ce moment où l’on entame un très beau nouveau carnet, on l’ouvre, on regarde sa perfection, on touche ses feuilles lisses et immaculées, puis on le referme, effrayé à l’idée de le ruiner en faisant un pâté dedans dès la première page ! Je suis certaine que quelques-uns d’entre vous comprennent de quoi je parle ! ^^

Combien de carnets ai-je ainsi abandonnés à leur solitude au fond de mes tiroirs ? Je ne saurais dire. Mais aujourd’hui, avec le recul et l’envie de consommer différemment, j’ai pris la décision d’utiliser jusqu’au bout chaque carnet que j’ai acheté. Autant dire que j’ai du papier jusqu’à la fin de mes jours !

Pourquoi un sketchbook devrait-il être parfait ?

Eh bien, en réalité, il n’y a aucune raison. Pareil pour nos carnets de notes, un bullet journal ou tout autre outil supposé nous aider au quotidien. Un sketchbook est là pour nous permettre de nous entraîner, c’est donc normal de foirer des essais à un moment ou à un autre ! Alors pourquoi cette crainte de « rater » ? Pourquoi abandonne-t-on un cahier quand on a le sentiment qu’il est moche ?

D’un côté, il y a notre propre perfectionnisme, qui nous murmure toujours que ce qu’on fait est raté (1er accord toltèque, bonjour ^^) et je crois qu’il y a aussi la prédominance actuelle des réseaux sociaux.

Cherchez sur Youtube des vidéos pour apprendre le dessin ou pour créer votre bullet journal et pleurez ! Tout est le plus souvent magnifique, on vous présente des œuvres d’art au style graphique impeccable. C’est rare de voir quelqu’un sur Youtube qui vous montre des trucs moches ou des ratages. Clairement, ça peut décourager !

D’ailleurs pour la peine, je ne vous montre pas non plus mes ratages dans l’article, mais j’en ai quelques uns dans la vidéo qui vous attend si vous lisez bien tout 🙂

Mais pourquoi est-ce beau ? Parce que les gens qui partagent leur travail s’entraînent depuis des mois, voire des années pour arriver à ce résultat. Il est normal de ne pas atteindre le même niveau en débutant et il ne faut surtout pas se mettre en tête qu’on peut les imiter.

Comment dépasser cette peur du ratage ?

Plusieurs idées pour vous :

Déjà, cherchez ce que vous voulez, vous. Ne vous basez pas sur ce que les autres vous montrent à travers le miroir idéalisé des réseaux sociaux. Attention, j’adore regarder ce qui se passe sur Youtube, Instagram ou Tumblr au niveau création artistique, journaling ou organisation. C’est vraiment inspirant, mais il faut savoir aller au-delà de ce qu’on admire pour créer l’outil qui nous convient réellement. Carnet de croquis ou bullet journal, pensez d’abord à ce que vous avez envie de voir quand vous travaillerez dedans.

Genre du Kung Fu Panda ! J’adore Kung Fu Panda ^^

Si la première page vous fait peur, vous avez la possibilité de commencer par la page suivante, ou par la couverture, si elle est faite pour dessiner dessus. J’adore mes carnets en kraft parce que la couverture permet de l’illustrer, c’est vraiment chouette pour personnaliser un carnet. Et si vous avez peur du dessin, il reste la solution collage ! Mettez de belles photos dedans, constituez un journal de vos souvenirs. Pour les écrivains de fiction, faites votre casting de personnages avec des portraits découpés et collés à côté de vos fiches de description !

D’ailleurs, le collage, n’est-ce pas une formidable solution pour dissimuler un ratage ? Paf, une jolie feuille blanche plaquée sur un échec et le tour est joué !

Pour débuter, optez pour un carnet de taille modeste, avec un nombre de pages raisonnables. Pour celui que je viens de finir, j’ai choisi un format de 20 pages en kraft. Je l’ai commencé en novembre et l’ai terminé le 19 mars, c’est vous dire si c’est dur pour moi ! Il faut dire que je suis infidèle, j’en utilise plusieurs en même temps, comme le montrent mes photos.

Limitez le croquis au crayon de papier au minimum. Encrez-le très vite. Ça fait peur, mais c’est très formateur. C’est un conseil donné par Boulet aux Imaginales, alors bon, hein, on écoute les pros ! Depuis que je fais ça, je stresse moins et mon trait est plus assuré. Je n’ai pas encore osé me lancer directement à l’encre sur de gros dessins, mais parfois, j’attaque tout de suite au stylo bille et le résultat final est assez sympa. Dites-vous qu’aucun croquis n’est jamais parfait, de toute façon. Aucun carnet, aussi beau soit-il, n’est sacré. Mieux vaut l’utiliser de bon cœur, avec le risque de rater quelques pages, plutôt que le laisser moisir dans le noir. J’ai des cahiers noircis de pages et de pages d’écriture moche, peu soignée, et pourtant, rien de me plait plus que de tourner les pages et de sentir le craquement caractéristique du papier usagé sous mes doigts.

Allez, avant de vous laisser sur ces réflexions, je vous offre une petite surprise: un tour en vidéo de mon carnet à dessins ! J’espère que ça vous plaira ! Je ne vous les montre pas tous parce que certains ne sont vraiment pas destinés à tous les petits yeux chastes et mineurs, sorry ! Mais pour le reste, amusez-vous bien!

 

Point d’étape 2017 : Le projet Itti

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, ce sera un billet très court, pour vous tenir un peu au courant d’un des projets que j’évoquais dans mon article précédent. Cette semaine, j’ai eu l’occasion d’échanger avec Colcoriane, une copine grenouille rencontrée sur CoCyclics sur la manière dont nous allions aborder notre projet d’histoire illustrée pour les tout petits. Cet entretien m’a permis de relancer l’inspiration, de me motiver et de foncer dans le tas ! ^^

Me voici donc membre du site Whisperies, qui est une plateforme dont le fonctionnement peut rappeler un peu Wattpad, à ceci près que les auteurs et illustrateurs sont rémunérés pour leurs œuvres. Bon, pour être tout à fait honnête, je n’attends pas la fortune en me lançant dans le projet Itti, mais j’espère de l’amusement et si possible, du plaisir pour les enfants qui se verront offrir notre histoire. C’est aussi l’occasion de découvrir un peu le monde de l’illustration, ce qui m’enthousiasme beaucoup !

Comme ça fait une éternité que je n’ai plus posté de gribouillis, je vous offre une petite mise en bouche !

Oui c’est petit, mais je ne veux pas trop en dévoiler pour le moment ! ^^

Sur ce, je retourne au travail et je vous souhaite d’avance une très belle semaine!

Inktober 2016, la fin approche !

Bonjour à tous !

après vous avoir lâchement laissés sans nouvelles dimanche dernier (un méchant coup de calgon, mais je vais mieux !), je reviens avec une fournée toute chaude d’Inktober.

Vous vous rendez compte? Nous sommes le 30, le défi se termine demain et je suis presque à jour. Je dis presque parce que je n’ai pas encore dessiné le 30ème. J’avoue que je suis épuisée, j’ai eu bien du mal à finir cette semaine ! Mais je suis aussi contente d’avoir réalisé autant de dessins ce mois-ci, même si, vous allez le voir, la qualité est parfois inégale !

Un petit regret, celui de ne pas avoir eu le temps de plus dessiner d’imagination. Mais je savais que je risquais de laisser tomber si je passais trop de temps à réfléchir à un concept chaque soir. Pinterest m’a bien aidé ce mois-ci et il faudra que je rende grâce aux talentueux photographes qui m’ont inspirée pour le challenge.

En tous cas, je suis ravie d’avoir partagé mes dessins avec vous, vos encouragements, vos petits « likes » ici ou là m’ont vraiment motivée à poursuivre l’aventure en dépit d’un IRL un peu compliqué. Je rajouterai les 2 derniers dessins dans la galerie cette semaine.

Je reviens également très vite avec un article sur le prochain défi à venir: le NaNoWriMo, ainsi qu’avec un bilan sur mon utilisation du Bullet Journal ces derniers mois. D’ici là, je vous souhaite un très bon week-end plein de fantômes et de bonbons !

 

Inktober 2016 : le récap du 10 au 16 octobre

Bonjour tout le monde,

nous voici au terme d’une nouvelle semaine de dessins et je vous en fais profiter sur le blog, pour ceux qui n’utilisent pas Instagram. Cette semaine s’est révélée aussi amusante que les précédentes, j’ai consacré chaque soir une petite heure à mes dessins et c’était un vrai plaisir!

Sans plus tarder, voici mes nouveaux bébés:

Câlins !
Inktober 10 Câlins !
Toujours des câlins !
Inktober 11 Toujours des câlins !
Inktober 12
Inktober 12
Inktober 13
Inktober 13
Inktober 14, les vieux, c'est mystérieux !
Inktober 14, les vieux, c’est mystérieux !
Inktober 15 Allez voir Kubo et l'armure magique, les amis !
Inktober 15 Allez voir Kubo et l’armure magique, les amis !
Inktober 15 Parce que j'aime bien Bleach et que je n'avais aucune inspiration ce matin !
Inktober 16 Parce que j’aime bien Bleach et que je n’avais aucune inspiration ce matin !

Et voilà pour aujourd’hui ! Je vous retrouve dimanche prochain pour une nouvelle série de dessins !

Psst : Retrouvez la semaine passée par ici

Inktober 2016: le récapitulatif hebdo

Bonjour à tous!

Comme promis, voici tous mes Inktober de la semaine, en espérant qu’ils vous plaisent! J’essaye de ne pas passer plus d’une heure et demi sur chacun, ce qui explique parfois la qualité… relative de certaines de mes œuvres! 😀

Inktober 3
Inktober 3
Inktober 4
Inktober 4
img438
Inktober 5
img439
Inktober 6
img440
Inktober 7
img441
Inktober 8
img442
Inktober 9

Mon carnet se remplit à vue d’oeil et ça a quelque chose de très agréable! On se retrouve la semaine prochaine pour une nouvelle série de dessins à l’encre !

Retrouvez les premiers Inktober du mois ici

Inktober, le démarrage!

Bonsoir tout le monde,

Comme promis, je poste les 2 premiers dessins du challenge Inktober qui agite la toile durant tout le mois d’octobre. Le principe: 1 dessin à l’encre par jour. On peut utiliser les thèmes indiqués sur le site, ou pas. Personnellement, je fais selon l’inspiration du jour.

Voici donc les 2 premiers jours:

img424
JOUR 1

 

pounette
JOUR 2

Oui, mon chat adopte les postures les plus naturelles du monde!

Je reste dans mon carnet Moleskine pour le moment, mais il se pourrait que le Kraft fasse son retour un de ces jours! Comme stylos, j’utilise des Staedtler et des feutres à encre de Chine de chez Faber-Castell.

Voilà pour l’instant, je vous retrouve dimanche prochain pour une semaine complète de dessins !

Gribouillis #8 Itti et Tata

Bonsoir tout le monde,

nous revoilà pour un nouveau gribouillis du dimanche. Cette fois, je vous présente le projet sur lequel Colcoriane et moi travaillons en commun: les aventure d’Itti, une petite extra-terrestre qui découvre la Terre. Il s’agit d’un projet d’histoires illustrées pour les tout petits, que nous comptons publier en ligne sur Whisperies. Colcoriane écrit les textes et je m’occupe de dessiner les illustrations.

Après quelques essais, croquis, réflexions, j’ai le plaisir de vous présenter Itti et son amie terrienne, Tata, qui l’accompagne dans ses découvertes.

ittitata
J’hésite encore pour la couleur, vais-je rester sur du tradi ou passer sur une colorisation numérique? On verra déjà quand les dessins seront faits ! 🙂

J’adore l’idée de dessiner pour des enfants, j’espère juste qu’ils aimeront ce que nous préparons pour eux. Je suis très reconnaissante à Colcoriane de m’avoir conviée à participer, parce que ça m’emmène sur des pistes que je n’avais jamais explorées, comme dessiner pour quelqu’un d’autre que moi.

Voilà, je suis toute contente de vous montrer cet essai, que pensez-vous de l’apparence générale d’Itti? Elle vous plait? Je ne suis pas habituée à créer des aliens, je voulais qu’elle ne soit pas trop humanoïde, sans pour autant empêcher les enfants de s’identifier à elle.

En attendant, je vous souhaite une excellente soirée.

Gribouillis #7 Labyrinthe

Bonsoir à tous, j’espère qu’il n’a pas trop plu chez vous!

De mon côté, il a fait un temps pourri, du coup j’ai passé la matinée à écrire, l’après-midi à cogiter sur notre projet d’histoire illustrée, à Colcoriane et à moi et évidemment, j’ai complètement oublié de préparer un dessin inédit pour notre rendez-vous hebdomadaire! Désolée.

Pour me faire pardonner et ne pas vous laisser sans rien, je vous présente un dessin que j’ai réalisé en début d’année, mais qui, pour une raison qui m’échappe, ressort beaucoup sur les réseaux sociaux auxquels je suis inscrite. Enfin beaucoup, c’est façon de parler, hein! ^^ Il a juste beaucoup de succès sur DeviantArt et Tumblr, mais ça me touche, d’autant qu’il a été partagé récemment sur Facebook par un inconnu, ce qui ne m’était jamais arrivé.

Je vous présente Sa Majesté Jareth, le roi Gobelin et Sarah, les deux héros du film Labyrinthe, un film que les moins de vingt ans ne connaissent probablement pas, mais qui m’a enchantée durant le début de mon adolescence.

labyrinthe
David Bowie et Jennifer Connelly sont les interprètes principaux de ce film fantastique

Ce dessin m’est venu après le décès de David Bowie, dont j’aime beaucoup les talents d’acteur en plus de ses chansons. Je l’ai réalisé sur du kraft avec un feutre noir et un stylo gel blanc.

Voilà, je me suis dit que ça changerait un peu des illustrations tirées du Cycle du Dieu Noir ! 😉

J’espère qu’ils vous plaisent, tous les deux! Je serais curieuse de savoir qui a vu Labyrinthe, d’ailleurs! 🙂

Bon week-end à vous.

Aemarielle

Gribouillis #6 : Alaia et Senon

Bonsoir tout le monde!

Nous revoilà pour un nouveau dessin dominical !

Ça faisait longtemps que je n’avais pas dessiné Alaia et en prime, je n’avais pas fait de portrait de son ami Senon. C’est à présent chose faite !

alaia senon

J’avais envie de les travailler en nuances de gris avec mes stylos à l’encre de Chine, même si cela ne rend pas justice à la chevelure rousse d’Alaia.

Quelques nouvelles du front :

Ces derniers temps, je dessine beaucoup. Parmi mes projets s’est glissée l’adorable proposition de Colcoriane : illustrer de courtes histoires pour les tout petits. Je travaille actuellement sur le design d’Itti, notre petite héroïne et j’ai vraiment envie qu’elle soit mimi !

C’est la première fois que je m’essaye à l’illustration pour quelqu’un d’autre que moi, et même si nous visons les enfants, la qualité doit être au rendez-vous. C’est à la fois effrayant et stimulant!

Il va quand même falloir que je m’organise mieux pour réserver de la place à l’écriture tout en consacrant du temps à m’améliorer en dessin. Mais ça va, il y a pire comme souci dans la vie, non ?

Sur ce, je vous souhaite une douce soirée, les amis !

Aemarielle

Gribouillis #5 : mon carnet à dessins

Bonsoir à tous,

Ce week-end, j’étais invitée à un mariage et, bien évidemment, je n’ai pas eu l’occasion de préparer un dessin lié au Cycle du Dieu Noir pour ce gribouillis du dimanche.

J’ai donc eu l’idée de partager avec vous le contenu de mon carnet à dessins. Il s’agit d’un Sketchbook par Moleskine au format A5. Ses feuilles sont plutôt épaisses et me donnent l’occasion d’utiliser des outils qui, jusqu’à présent, végétaient dans mes tiroirs : des crayons aquarellables de chez Faber-Castell.

En tant qu’addict à la papèterie, j’ai pris une décision difficile : ne pas racheter de matériel avant d’avoir pleinement exploité ce que je possède déjà. En effet, il y a quelque chose de triste à acheter et acheter encore des affaires pour ne pas les exploiter. Je dispose de feutres noirs de toutes tailles, de crayons de papier, de marqueurs, de peinture et j’ai envie de leur donner une chance.

Mon carnet me sert aussi de cobaye pour des dessins d’imagination pure, sans aucun modèle de référence. C’est très stimulant de créer à partir de rien, de laisser le dessin se développer à partir d’une image générée par son cerveau et non depuis modèle trouvé sur le net. Pour le moment, c’est encore assez balbutiant en terme de réalisme et de proportions, mais je ressens un réel plaisir à dessiner sans savoir où je vais.

Je vous les présente ?

La nuit des loups

Night and wolves

Dessiné sur la page de garde du carnet durant un après-midi de jeu de rôles avec des copains. Je savais que je voulais y placer des loups, parce que j’avais été marquée par un des travaux d’Amaryan, une talentueuse illustratrice, ainsi que par Les Loups Chantants, excellent roman d’Aurélie Wellenstein, mais je n’avais aucune idée de ce qu’allait donner la scène. Et voilà que cet homme est apparu, puis le lac et les montagnes. Je suis ravie du rendu des couleurs, les bleus se marient très bien, je trouve.

Pink Lady

Pink Lady

La seule chose que je savais en débutant, c’est que je voulais utiliser mes teintes roses et violettes, car les crayons concernés étaient pratiquement neufs. Je n’ai pas pour habitude d’utiliser ces nuances, dois-je avouer en toute honnêteté. Par contre, mes gris et bruns, eux, sont bien entamés !

Pink Lady n’est pas une pomme, mais une jeune femme, une fée peut-être, ou une sorcière drapée dans les plis de sa robe et de son étole. J’ai utilisé un style gel couleur cuivre pour les pétales des fleurs de cerisier, parce que j’avais envie de contraste au milieu de tout ce rose.

J’espère remplir petit à petit ce carnet de créations variées et si possible, de plus en plus abouties. Si j’ai toujours dessiné, je ne suis jamais allée vraiment à fond dans la technique, je suis toujours restée amateur. Il n’y a qu’à force de travail que je pourrai m’améliorer, comme pour l’écriture, d’ailleurs.

Alors, est-ce que ces dessins vous plaisent ? Si c’est le cas, je pourrai poster quelques mises à jours entre deux gribouillis axés sur Le Cycle du Dieu Noir, selon mes avancées et la qualité des prochains essais.

Je vous remercie infiniment de votre présence à mes côtés depuis le lancement de la Plume d’Aemarielle et je vous souhaite une bonne fin de week-end.