Moi aussi, je retourne à l’école

 

On ne sait pas où le chemin nous emmène, mais on a envie de le suivre.

Cela faisait un moment que l’idée me trottait dans la tête : développer une activité axée autour de mes centres d’intérêts et mes valeurs, la cultiver à mon rythme en profitant de mon emploi actuel pour la faire mûrir.

Il y a quelques mois, j’ai entamé un bilan de compétences pour avoir une vision de mes besoins et aspirations, exprimer les idées qui foisonnent dans ma tête, mais qui restaient prisonnières de mes craintes et de mes pensées automatiques :

  • Ce n’est pas un vrai métier
  • Tu ne gagneras pas bien ta vie
  • C’est super risqué, quand même

Etc.

Le bilan me permet de creuser mes réflexions et d’aborder toutes sortes de pistes sans me restreindre. Et surtout, de retrouver confiance en moi, en ma valeur et en mes compétences. Il faut reconnaître qu’après plusieurs années au même poste, on a tendance à croire qu’on ne saura jamais rien faire de nouveau ou de différent, ce qui est une erreur.

Prendre le temps de se chercher

Mes pérégrinations des derniers mois m’ont confirmé que mes centres d’intérêts principaux sont l’expression de soi, la créativité, l’apprentissage de nouvelles connaissances, mais de façon plus étonnante, c’est le social qui est sorti en premier. Par social, j’entends le goût du contact, l’importance de ne pas rester isolée dans ma bulle professionnelle. Pour une introvertie de ma qualité, il y a de quoi être étonné, mais il est vrai que j’aime parler aux gens et surtout les écouter parler.

L’écriture fait partie des piliers de mon projet. C’est un domaine que j’explore quotidiennement avec plaisir. Il me parait naturel de la garder au centre de mon activité, et de voir comment y maintenir le contact humain en bonne place. Après de longues réflexions, une première tendance s’est dégagée: le métier d’écrivain public.

Artiste, écrivain public, que des activités hyper lucratives, mais ô combien enrichissantes !

Me voici lancée dans une formation par correspondance ! Je suis redevenue étudiante; mais une étudiante avec un travail à temps plein à côté, ce qui rend la vie parfois un peu compliquée. 

Faire des choix

Je voudrais pouvoir tout faire: écrire, dessiner, étudier, tenir le blog, bouger, faire des béta lectures sur Cocyclics, mais humainement, ce n’est pas possible. Je vais devoir trier. 

Pour l’heure, en toute logique, je me concentre sur les études. Je veux aussi maintenir un rythme régulier ici-même, parce que je considère ce blog comme mon petit nid virtuel. Le dessin reste aussi une priorité, vu que je démarre mon activité d’artiste et que ce serait bien qu’elle décolle un peu.

Le reste, pour les prochains mois, ce sera « quand je pourrai ». Cela ne m’empêchera pas de préparer le terrain pour les aventures d’Alaia, mais l’écriture de fiction restera en mode « si j’ai le temps et l’énergie ». 

Cette organisation n’est pas contractuelle et est susceptible d’être remise en question par la propriétaire de ce blog à tout moment qu’elle jugera opportun.

Et vous, sinon ? La rentrée, ça se passe ?

 


13 thoughts on “Moi aussi, je retourne à l’école”

  1. Je débouche le nénuphou et la tarte à la myrtille pour l’occasion ! Quel beau projet, ma chère Aemarielle ! Je te souhaite une riche et merveilleuse formation par correspondance pour commencer et de l’épanouissement relationnel et personnel dans ce métier par la suite. Bravo à toi pour avoir le courage de prendre cette nouvelle route. <3 <3 <3

    1. « Engloutit la tarte aux myrtilles avec délice et se rince la gorge avec quelques gorgées de nénuphou »
      Mille mercis, ma chère souveraine des Pious ! Je suis à la fois très anxieuse et motivée, c’est terrible !

  2. Vu le nombre de formations que je suis depuis un an, je ne peux dire que yé, bienvenue dans le club ! 😀 C’est toujours enthousiasmant d’apprendre de nouvelles choses, peu importe l’âge. Et quand c’est ce que nous voulons vraiment, ça prend un tout autre sens.
    J’espère que tu trouveras ta voie. 🙂

    1. Oui je sais que tu es une habituée des formations ! C’est vrai que c’est génial d’apprendre, de découvrir des choses. J’espère juste pouvoir en faire quelque chose de constructif et de passionnant à l’avenir !

  3. Je te souhaite tout le courage nécessaire et surtout, de bien profiter de cette période riche d’expériences et de nouveautés 😉 J’aime bien lire ce genre de billet, étant moi-même sur le chemin de la réflexion sur mon avenir professionnel (entre autres)

    1. Ce n’est pas une question bête, écrivain public est un métier méconnu. Lynda le décrit très justement dans son commentaire : « c’est une personne qui rédige toute sorte de courriers, cv, lettre, documents… pour autrui, comme un nègre en littérature, mais sur le plan administratif). »

  4. C’est super intéressant comme projet ! C’est rigolo car le métier d’écrivain public me trotte dans la tête (pour répondre à leilyandra, un écrivain public c’est une personne qui rédige toute sorte de courriers, cv, lettre, documents… pour autrui, comme un nègre en littérature, mais sur le plan administratif).
    Pour ma part j’explore en ce moment la rédaction web (l’écriture d’articles, de fiches produits et autres trucs glamours qu’on trouve sur les sites internet) : je n’ai pas encore sauté le pas d’en faire mon métier, mais ça me trotte dans la tête.
    Dis-moi, le bilan de compétences, ça t’a vraiment aidé à y voir clair et à te lancer ? Vu que j’ai une idée assez claire de ce que j’ai envie de faire, je ne sais pas trop si ça vaut le coup…
    En tout cas plein de courage, faire une formation et travailler à côté n’est pas une synécure !

    1. disons que ça peut t’aider si tu as des doutes sur la pertinence de ton projet, si tu te cherches côté valeurs, objectifs. Si tu es déjà bien dirigée vers le métier de rédactrice web, tu n’apprendras sans doute pas grand-chose. Moi, j’avais besoin de me rappeler vers quoi je voulais m’orienter.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.