Novembre, le mois de la déprime… ou pas !

Novembre est souvent une période compliquée pour les gens. Temps gris, pluie, froid, de quoi vous coller le moral au fond de vos chaussettes molletonnées. Sauf pour quelques irréductibles écrivain.e.s qui attendent novembre de pied ferme pour participer au NaNoWriMo, ce challenge annuel qui consiste à rédiger un roman de 50000 mots en 30 jours.

La bannière des participants 2017
La bannière des participants au NaNoWriMo 2017. Simple et jolie, je trouve.

À titre personnel, vu comme j’ai lâchement abandonné l’Inktober au bout de 3 semaines, je sentais bien que le NaNo ne me conviendrait pas davantage. En réalité, j’ai décidé depuis l’an dernier de ne plus m’y inscrire, tout simplement parce que la méthode ne me correspond pas. Je ne suis pas capable d’enchaîner les pages sans revenir en arrière ni sans réfléchir à mon histoire en cours de route et je ne suis pas encore assez bonne architecte pour tout planifier en amont.

Pourtant, je dois avouer que j’adore l’émulation autour du NaNoWriMo. 1 mois entier où mes contacts sur les réseaux sociaux vont parler écriture, s’encourager et évoquer leurs doutes, leurs joies, partager leurs thés préférés, les parfums de bougies les plus sympas pour accompagner leurs sessions nanotesques. Bref, je trouve que ce défi s’accorde merveilleusement à l’automne.

De ce fait, je me retrouve moi-même bien plus motivée à écrire, à avancer sur ma série, au milieu de cette bouffée d’inspiration. Oh, je suis loin d’arriver à 1667 mots quotidiens, mais j’en écris 200, parfois 500, parfois plus de 1500, et mine de rien, j’ai terminé l’épisode en cours, Ouser le Puissant ! (Titre non contractuel, acteurs en cours de casting)

En l’état, il est moche comme un premier jet qui se respecte, et je crois me souvenir que certains chapitres ne sont pas tout à fait complets. Ceci dit, je suis fière de moi. Je vais prendre le temps de relire une première fois, boucher les trous, puis le soumettre à mon premier alpha lecteur, à savoir Steph, qui est très doué pour détecter les incohérences, me faire un retour général avant une phase de corrections.

Et ensuite ?

Ensuite, il faudra vraiment que je planifie la mise en ligne de l’épisode 1 du Cycle du Dieu Noir, Les Enfants de Djedou. J’ai pris beaucoup de retard dans mes prévisions, je n’ai pas bien suivi le projet. (La faute à mon bujo que j’ai un peu négligé, enfin non, ma faute à moi ! ^^)

Puis, je vais rédiger le synopsis de l’épisode 3 ainsi que de revoir celui de mon roman japonisant, l’héritier du Shogun. Je prévois en effet de me consacrer à ce premier jet en 2018 pendant que je réviserai l’épisode 2 du Cycle du Dieu noir. Mais ce planning fera sans doute l’objet d’un article détaillé d’ici quelques jours.

Qui a dit que novembre était un mois déprimant, déjà ?

 


4 thoughts on “Novembre, le mois de la déprime… ou pas !”

  1. De jolis projets, j’ai hâte de lire tout ca. Tant mieux si tu as réussi à écarter la brume du triste novembre pour n’en voir que la beauté. ^^

  2. Même si tu ne fais pas le NaNo, c’est chouette que ‘l’esprit’ de ce défi te pousse en avant. 😉
    (de mon côté, j’ai toujours su que ça ne me convient pas, surtout que c’est incompatible avec la charge de travail que j’ai en fin d’année)

    Bon courage pour la suite de tes projets !
    Et non, novembre n’est pas un mois déprimant, tout dépend comment on décide d’aborder les choses ! 😉

    1. Tout à fait d’accord avec toi, Roanne. Notre état d’esprit joue beaucoup sur l’ambiance du mois ou de la période en cours. C’est bien de savoir ce qui te convient ou pas. Le NaNo est vraiment un exercice particulier, qui ne répond pas à ma façon d’écrire, donc je te comprends très bien 🙂

Laisser un commentaire