#OneBookJuly2017 un seul support pour ses projets

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’un défi amusant organisé par des Youtubeuses américaines, Carie Harling, MissVickyBee et RhomanysRealms, toutes 3 adeptes des journaux et accumulatrices de beaux carnets. Il parlera sans doute aux adeptes du Bullet Journal et donnera peut-être des idées aux personnes qui cherchent à organiser leurs idées. Ok, c’est en anglais, par contre, mais le fonctionnement n’a rien de compliqué – en théorie.

Simplifier, repenser, alléger…

#OnebookJuly signifie en gros « un carnet pour juillet », ce qui résume assez bien le principe du défi : se débrouiller pour n’utiliser qu’un seul support pendant tout le mois. Pour être plus juste, 1 seul « carnet » et un seul stylo, pour ne plus se concentrer sur la forme, mais bel et bien sur le fond de son système d’organisation.

Alors, quand on suit le système du bullet journal dans son esprit le plus pur, normalement, on devrait déjà en être là. Mais bon, en ce qui me concerne – et je sais que je ne suis pas la seule…  –, telle une bonne fanatique de papeterie, je collectionne les carnets et les stylos. Projets divers, journal intime, bujo, art journal, suivi de désencombrement, je trouve toujours une bonne excuse pour acheter du matos. Surtout avec les possibilités d’achats par internet qui rendent les pulsions consuméristes de plus en plus difficiles à combattre. Paf, un clic ou deux et hop, colis dans la boite à lettres !

Mais ça, c’était avant ! (Rire jaune)

Bon, sans plaisanter, un de mes projets, noté soigneusement en début d’année dans mon bullet journal, consiste à désencombrer mon environnement, réduire mes dépenses et l’accumulation de matériel que je n’utilise pas. J’ai déjà tellement de stylos, de blocs de papier aquarelle, marqueur, bristol, de cahiers et de recharges pour mes Traveler’s Notebook que je pourrais écrire et dessiner pendant une vie entière.

Au début de mon intérêt pour le bujo, j’ai accumulé plein de choses en me disant que j’allais joliment décorer mon carnet, sauf qu’en fait, j’ai réalisé peu après que si j’adorais voir les magnifiques œuvres des autres, (dont certaines débordent tellement de déco qu’on se demande ce qu’elles peuvent écrire dedans) j’avais tout intérêt à garder mon bujo sobre et clair. Impossible de me concentrer dans trop de fouillis. Je ne colle pas d’autocollants partout, à peine quelques touches de washi (adhésif décoratif) par ci par là.

Donc, #OneBookJuly va surtout être pour moi l’occasion de repenser mon système d’organisation en profondeur pour arrêter de repousser les échéances (genre écrire les articles de blog prévus ou publier le Cycle du Dieu noir en ligne…) et me consacrer réellement aux sujets qui comptent : l’écriture,  l’illustration et le désencombrement matériel ainsi que mental.

Je veux que mon système d’organisation soit clair, efficace et sans décoration excessive. (Notez que j’ai l’intention d’utiliser les bêtises que j’ai achetées quand même, hein, ce serait dommage de gaspiller, mais je ne rachèterai plus.) À terme, le principe du Onebook devrait être mon mode de fonctionnement ultime, mon but à atteindre. Cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais cela se fera !

Pour vous donner une idée, l’objectif est de passer de ça :

Et encore, j’ai pas tout photographié, ça prenait trop de place…

A ça :

Je suis très optimiste pour le coup, ça risque de me prendre beaucoup de temps de réduire mon stock pour arriver à ce résultat !

Je posterai des articles pour partager le contenu et les préparatifs de mon OnebookJuly avec vous. Si d’autres veulent participer, vous pouvez le faire en commentaires ou rejoindre le #OneBookJuly2017 sur Instagram ou Facebook.

À très vite! 


13 thoughts on “#OneBookJuly2017 un seul support pour ses projets”

  1. Super ce petit défi! Qu’ils sont beaux tes traveler’s notebooks… Je me reconnais tout à fait dans ce que tu décris : moi aussi, je multiplie les supports même si je suis censée tout rassembler dans le BuJo… Et les commandes de papeterie en ligne avec des sommes minimales pour avoir les frais de port gratuits, quel nid à tentation! En tout cas, j’ai hâte de voir ce que cette expérience va donner pour toi 🙂

    1. Merci Florie, j’aimerais pouvoir les utiliser tous, mais c’est juste impossible (et encore, j’ai commandé l’édition limitée Olive en avril, il va se rajouter d’ici les vacances ^^)
      J’ignore ce qui me pousse à acheter encore et encore, c’est comme si je remplaçais les aliments réconforts par des carnets ! Donc ce challenge risque d’être très amusant. J’aimerais bien arriver à inclure dans mon système les éléments du GTD tel que tu l’abordes sur ton blog: un truc simple, pas prise de tête, mais qui m’aide à garder le cap dans le suivi de l’écriture et des projets. Je vais voir comment m’y prendre.

  2. Flûte, c’est par cet article que j’aurais dû commencer, en fait !
    Pour ma part, j’ai tenté l’an dernier de travailler avec 2 supports distincts, et déjà j’ai échoué… donc une seul carnet à la fois me suffit.
    En même temps, je ne possède pas ta créativité, je n’ai pas les compétences pour faire un vrai journal de bord – travel book, donc au final un seul carnet BuJo me convient… même si c’est frustrant car il est basique de chez basique et au final impersonnel.

    Par contre, j’ai aussi cédé à des achats compulsifs côté papeterie. Je me demande justement s’il vaut mieux que j’en vire une partie ou si ça fait partie des choses que je peux me permettre de continuer à stocker, comme les tissus, parce qu’un jour un truc donné peu servir pour un projet précis ou un emballage cadeau bien personnalisé…

    1. Aah les achats compulsifs ! Toute une histoire, pour moi aussi. Genre, récemment, j’ai acheté un GoalBook de Rhodia, alors que je n’en ai aucune utilité, mais il était en tête de gondole chez Graphigro et il était juste super tentant! Voilà voilà… ^^ À la base, je venais juste chercher de la gouache ! J’en ferai peut-être un carnet d’écriture pour mes romans, on verra. En tous cas, si tu vois que tu as des trucs que tu n’as pas utilisé depuis 6 mois 1 an, à mon avis, tu peux envisager de donner/revendre/jeter. 😉
      Tu sais, niveau créativité dans mon carnet, ça ne vole pas très haut quand j’y pense. Je me contente d’écrire dedans en soignant mon écriture, j’ajoute un peu de kraft par ci par là et hop! Après, il m’arrive de customiser mes couvertures avec quelques stickers et tampons, mais l’intérieur est vraiment hyper sobre (je me détache de plus en plus de tout ce que j’admire sur Pinterest et Youtube pour me concentrer sur ce que j’aime vraiment, MOI )

  3. Joli article. Je ne sais pas où tu en es de ton défi. Perso, c’est drôle, c’est l’inverse. J’aime bien les beaux carnets, mais je n’ai eu aucun mal à en avoir un et un seul pour tout organiser. Bon je triche un peu peut-être, c’est un clipbook chez filofax, une sorte de classeur en petit format (enfin format A5) donc je peux glisser des feuilles où je veux, quand je veux.

    Hâte de voir tes avancées à ce sujet o/

    1. Coucou Ellie, bienvenue par ici ! J’ai tenu bon avec mon défi, même si j’ai modifié de petites choses dans mon carnet pendant le mois de juillet. J’adore les Traveler’s Notebooks pour leur versatilité. Je connais bien Filofax, mais jamais testé le clipbook. Je préfère mes carnets sans anneaux ou spirales 🙂

      1. Tu as une belle écriture aussi. Perso la mienne est souvent illisible si j’écris trop vite (une écriture de médecin :P) et je rature beaucoup du coup. Le clipbook me permet d’enlever les feuilles trop raturées comme ça 😛

Laisser un commentaire