Bilan d’écriture et pourquoi je ne participe plus au NaNoWriMo…

Bonjour à tous,

Cette semaine, je vous propose un rapide bilan écriture, notamment parce que novembre est le mois du NaNoWriMo et que cette année, j’ai décidé de ne pas tenter l’aventure.

Le NaNoWriMo, c’est quoi donc ?

J’ai découvert l’existence de ce challenge il y a deux ans, à l’époque où j’ai commencé la rédaction du deuxième volet du Cycle du Dieu Noir. Je cherchais un moyen de me motiver et de rencontrer d’autres plumes. J’ai ainsi découvert qu’à Strasbourg vivait une petite communauté d’auteurs. Je me suis préparée mentalement et en novembre 2014, je me suis lancée dans ce marathon d’écriture qui, je le rappelle, consiste à écrire une histoire de 50000 mots sur trente jours. Dès que je le pouvais, je me collais devant mon PC pour aligner mes 1667 mots quotidiens et j’étais heureuse de voir mon compteur de mots suivre une belle progression sur le site du NaNoWriMo.  Je participais à des Write-in (sessions d’écriture) au café avec les autres, j’étais plongée dans l’émulation du moment.

Et je l’ai fait ! Mon premier « NaNo » fut une victoire et une fierté… Un joli petit badge en cadeau et une bannière pour exposer mon exploit sur les réseaux sociaux. C’était génial… Jusqu’à ce que je relise ce que j’avais écrit, en me demandant si je n’avais pas tout simplement perdu mon temps.

jem

Pourquoi le NaNoWriMo ne me correspond pas ?

J’ai une approche de l’écriture peut-être un peu perfectionniste, c’est vrai, avec une forte propension à me relire, à avancer lentement, à corriger. Beaucoup corriger. Le NaNo, c’était un peu l’occasion de lâcher prise, de ne pas me bloquer sur tel ou tel passage, mais d’avancer coûte que coûte. Le problème, c’est que je détestais ce que j’avais écrit. Tout était brouillon, bordélique. Mes personnages n’avaient pas eu le temps d’acquérir de la substance. C’était affreux à relire.

En 2015, j’ai retenté l’expérience, pour voir si je pouvais faire mieux que ça, qualitativement parlant. Malheureusement, j’ai vite compris que ça repartait comme l’année précédente. Du coup, j’ai littéralement tout stoppé. J’ai abandonné le challenge et je n’ai plus touché mon fichier pendant des mois. Début 2016, je suis passée par une phase de remise en question sur les raisons pour lesquelles j’écrivais, je me suis demandé si j’avais vraiment envie de continuer. Après tout, qui me lirait de toute façon ? Même les éditeurs du speed-dating des Imaginales avaient soi refusé le manuscrit du tome 1, soit ne répondaient tout simplement pas à mes mails.

tumblr_inline_mumcco712d1r1dtm3

Bref, un gros gros passage à vide, dont je dois la fin à mes formidables copines d’écriture, Siècle, Sunny, Florie, Ifuldrita, Citarienne, ma discrète Yria, ainsi qu’à toutes les « grenouilles » qui passent régulièrement m’encourager sur CoCyclics.

C’est pour ça que cette année, je ne participe pas au NaNoWriMo. Les objectifs rapidité et performance ne me correspondent pas. Ils n’ont jamais correspondu à ma personnalité d’ailleurs. Je suis lente, c’est comme ça et ce n’est pas grave, car je ne vis pas de l’écriture et je n’ai pas besoin de me mettre la pression pour le nombre de mots. Par contre, je me suis fixé un objectif : celui d’écrire tous les jours, même un peu. Je pars sur une base de 500 mots quotidiens, mais l’essentiel est d’acquérir ce réflexe d’ouvrir mon fichier Word chaque jour et d’écrire tranquillement, de réfléchir à mes phrases, de poser le récit comme je l’entends.

Jusqu’ici, je me tiens bien, même si certains jours, il m’est arrivé d’écrire seulement 2 phrases ! Muse est capricieuse, parfois. Heureusement, mon quota se rattrape les jours suivants. Pour me motiver, je me suis inscrite dans un petit groupe sur CoCyclics avec d’autres écrivains qui restent en marge du NaNo, mais qui veulent avancer ensemble. L’ambiance y est très sympathique, comme toujours !

Bref, le mode lièvre n’est pas pour moi, je préfère opter pour la stratégie tortue !

PS: Pour ceux qui ont envie de lire ce que donne le début du Cycle du Dieu Noir, je rappelle qu’il est en lecture libre sur Wattpad depuis quelques semaines. Jusqu’ici, je suis plutôt contente des retours qu’il obtient de la part des lecteurs. Si vous passez y jeter un œil, je vous souhaite une très bonne lecture !


16 thoughts on “Bilan d’écriture et pourquoi je ne participe plus au NaNoWriMo…”

  1. Coucou Aemarielle 🙂 Je suis ravie de voir que tu trouves ton rythme ! Comme quoi, il ne faut jamais aller contre sa nature ! Et je te félicite, c’est super d’écrire tous les jours, même si c’est rien qu’un peu. C’est le meilleur moyen d’arriver au bout !

  2. Bravo pour t’y tenir régulièrement ! J’ai vraiment hâte que ton histoire soit terminée, mise en livre… et que je puisse la dévorer intégralement. ♥
    Pour ma part, me suis ré-inscrite au Nano cette année juste pour me remettre à mon roman, mais je fais tout à mon rythme… 🙂

  3. Je pense que tu as raison, l’important c’est de se connaître, savoir comment on fonctionne et calquer ses habitudes sur ce qui nous est le plus naturel, agir contre sa façon d’être n’apporte pas de bons résultats au final. Bravo en tout cas pour ta régularité et ta détermination !

    1. Tout à fait! Tout le monde n’est pas galvanisé par les challenges, désormais je tiendrai compte de mes sensations avant de participer à un truc, même s’il a l’air alléchant ^^

  4. Coucou Aemarielle, ne te décourage pas pour la publication de ton livre, lorsqu’il sera achevé les éditeurs te prêteront une oreille plus attentive 🙂 je serai vraiment déçue de ne jamais lire la fin ! D’ailleurs je vais aller faire un petit tour du côté de Wattpad ;). Le seul bon rythme est celui qui te convient, je suis comme toi plutôt tortue (et tortue très lente d’ailleurs !), mais peu importe. Le Cycle du Dieu Noir est ton bébé, comme Phendora est le mien. Si tu es comme moi, tu en viendras à bout, car tu auras envie de lire là fin et de te dire « mince ! C’est moi qui aie écrit ça ?  » Ne baisse surtout pas les bras, tu es une auteure talentueuse.

    1. Laskane!!!!! Mais que devenais-tu, ma belle? Je suis tellement contente de te lire! Merci de tes encouragements, ne t’inquiète pas je suis toujours motivée, même si l’édition n’est plus ma priorité! Tu viens sur Wattpad avec Phendora? « yeux brillants »

  5. Coucou Marie-Gaëlle, j’écris parce que des idées me viennent, des sujets apparaissent, des mots des phrases surgissent. Rien de plus. Au fond, c’est la vie que je partage. Pour le reste, édition, etc, je laisse ça au hasard. Rien à faire. Et puis, me it qui veut. Tu sais, je suis extrêmement difficile au sujet des lectures. Vraiment très, très, très difficile. Tu écris très bien! Et quiconque dira le contraire se verra affubler d’une malédiction multi séculaire/ Na ! Ce que les réseaux d’édition ne comprennent pas, c’est qu’il existe autre chose que de faire du fric sur le dos des auteurs. Ecris , c’est tout ! 🙂 Bon anniv’ à la bourre je sais. bizoooooo 🙂

    1. Le fait que tu te souviennes de mon anniv me bluffe, d’autant qu’il n’y a plus d’alerte FB sur mon profil ^^. Merci Jean-Marie <3
      Et encore plus merci pour ta fidélité, ton soutien. Tu as bien raison dans ton approche de l'écriture, seuls priment le partage et le plaisir, le reste, c'est de l'accessoire; de l'accessoire parfois plaisant, mais pas plus! 😉

  6. Le sage a dit : connais ton rythme d’écriture, respecte-le et tu gagneras des secs ensorcelants à chaque nouvelle lune… ou quelque chose dans ce genre là. Bref.^^ Il me semble essentiel de déterminer (sans culpabilisation aucune) ton rythme propre de travail afin d’en tirer des fruits. Ce que tu fais avec brio, ma chère Aemarielle ! <3

  7. Très bel article, qui résume bien les questions qu’on peut se poser au fil des mois et des années… Je suis contente d’avoir fait partie de celles et ceux qui t’ont redonné le moral en tout cas ^^
    Pour le NaNo je suis tout à fait d’accord avec toi, peut-être pour des raisons différentes cependant. Dans mon cas, c’est l’idée même de la contrainte, de cet objectif de 1666 mots, qui va me paralyser dès que je prends un tout petit peu de retard. Peur de l’échec peut-être?
    En tout cas la leçon à tirer, c’est que chacun a son fonctionnement et c’est important de savoir comment tu marches comme autrice 🙂 Je suis impressionnée que tu arrives à écrire tous les jours en tout cas, même deux phrases…

    1. Je crois que la peur de l’échec est un facteur non négligeable dans le processus d’écriture, surtout dans un monde où chacun peut se comparer à l’autre avec les réseaux sociaux!
      Et je ne peux que te remercier, non seulement pour tes encouragements, mais aussi pour le boost que tu me donnes avec tes propres challenges. Voir ta régularité et ton organisation me donnent souvent des coups de pied au derrière ! XD

  8. Merci ma belle ! Avant tout de t’accrocher, avec cette persévérance que j’admire tant. Connaitre son tempo intérieure est un défi, souvent malmené par les messages sibyllins d’une Muse qui décidera de t’emmener ailleurs voir si l’herbe est plus verte, ou exigera que tu t’arrêtes parce que tu t’es égarée en chemin ^^
    Et merci de nous confier tous tes aléas avec autant de simplicité. Tu rassures mes propres errances ma Chibi ! Il me semble que c’est plutôt toi qui me soutiens mieux que je ne le fais <3

    1. Ma belle Yria, si mes articles peuvent te rassurer et te motiver à poursuivre tes projets, je suis ravie! C’est un peu pour ça que j’expose mes doutes et mes idées dans mes billets. Et j’espère bien que tu nous réjouiras de ta plume en 2017, dame des Pigments ! <3

Laisser un commentaire