Mes outils d’organisation: le bullet journal

Coucou tout le monde !

Alors, ça y est, nous voilà rendus à la fin des vacances ! Demain, je reprends le chemin du bureau, peut-être vous y trouvez-vous déjà ?

J’ai envie de rendre cette rentrée la moins désagréable possible et pour ce faire, je me suis attelée à un exercice amusant : j’ai préparé mon bullet journal pour septembre. Vous vous souvenez, j’en ai parlé très vite dans mon article sur mes outils d’écrivain et j’avais mis un lien vers une vidéo de son créateur, Ryder Caroll.

Mais je me suis dit que ça pourrait être sympa de partager ça avec vous, d’autant qu’il me semble que certaines d’entre vous sont déjà des adeptes du bujo, comme on dit !

Pourquoi un bullet journal et pas un agenda tout bête ?

C’est une bonne question. À la base, le bullet journal se veut un système rapide et adaptable pour planifier l’ensemble de ses tâches sur un seul support. Quand vous achetez un agenda tout fait, parfois, vous vous rendez compte qu’il ne répond pas à vos attentes. Par exemple, pour moi, parfois certaines de mes journées sont très chargées, d’autres beaucoup moins. J’aime fonctionner par « to do » listes et ça peut prendre de l’espace. Le bujo me permet de planifier comme je le souhaite.

Ça se présente comment, un bullet journal ?

En gros… Comme vous le voulez. Vous pouvez le tenir dans un vieux cahier, un petit carnet de notes, n’importe quel support papier, en fait. Moi, j’ai choisi d’utiliser un Filofax, parce que j’aime arracher des pages, reconfigurer mon agenda et que les anneaux me laissent cette liberté. Mais rien ne vous oblige à mettre plus de quelques euros dans l’outil de votre choix.

Note pour ceux qui débutent: parmi la communauté des bullet journalists, on trouve énormément de magnifiques spécimens entièrement décorés de washi tapes, stickers, dessins… Au début, je me suis laissée gagner par cette fièvre, mais sincèrement, je vous encourage à ne pas y céder. Vous gagnerez du temps et de l’argent, parce que ça finit par coûter très cher et surtout, par vous détourner de l’objectif premier du bujo: la simplicité.

Filofax 1

Filofax 2
J’aime bien décorer l’intérieur de l’agenda, mais vous verrez que mes pages restent ultra sobres.

 

Par où commencer?

En premier lieu, si vous avez opté pour un carnet, il est recommandé de laisser quelques pages vides pour tenir à jour votre table des matières. Cela implique aussi de numéroter les pages de votre bujo pour vous repérer. Perso, je ne le fais pas, mais ça peut être utile pour certains.

La deuxième étape consiste à choisir vos « bullets« , c’est-à-dire, les symboles qui définiront les tâches à accomplir, les événements ou les notes. Je n’en ai pas défini beaucoup, pour ma part. Si vous regardez certains bujos, vous verrez parfois des codes très complexes, des systèmes mêlant symboles, codes couleurs, etc. Honnêtement, mieux vaut rester très simple au début, le temps de s’approprier l’outil. Moi, je suis encore en train de me l’approprier, de chercher ce qui me sert le plus, ce dont je peux me passer…

Filofax 3

Parmi les bullets les plus communes, on trouve les tâches. Moi, j’ai répertorié :

Les tâches à faire, celles restant à faire, celles qui sont reportées (je mets une flèche devant pour les signaler)

Les événements:

Mes rendez-vous (une étoile), les sujets importants (le point d’exclamation) et les trucs importants à voir (l’œil)

Les notes:

Je ne les ai pas précisées dans ma liste, mais je les représente le cas échéant… par du texte. Ryder Caroll utilise un « _ », mais je ne garde de sa méthode que ce qui m’est utile.

Surtout, gardez à l’esprit que le bullet journal est un outil rapide. Il est important d’utiliser des termes courts et concis pour ne pas se noyer ou se sentir submergé. Et surtout, il est essentiel de l’adapter à ses besoins.

Planifier longtemps à l’avance:

Le principe du bujo, au départ, c’est de planifier au jour le jour, selon ses besoins. néanmoins, il peut être pratique de noter des choses prévues dans plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Je me suis donc réservée quelques pages mensuelles ou je note les événements à venir longtemps à l’avance.

Filofax 5
Un petit exemple avec septembre et octobre

Le planning mensuel:

Une fois les étapes précédentes franchies (Rassurez-vous, ce sont celles qui prennent le plus de temps, mais vous ne les faites qu’une fois ^^), vous pouvez passer au mois en cours.

L’idée, c’est d’avoir un visuel du mois en un seul coup d’œil, avec les rdv importants, les événements à ne pas manquer, entre autres.

 

Filofax 7
Là, je viens de faire septembre, donc je ne résiste pas à vous le montrer en avant-première

Sur un côté, j’ai tout simplement un calendrier où figurent les choses essentielles du mois, que je mets à jour selon l’évolution du planning. Sur l’autre page, je note les objectifs et les trucs importants pour moi. Vous voyez que je prévois de faire du sport et d’écrire, ce mois-ci! ^^

Et enfin, on trouve le planning quotidien. Celui-ci, on ne le prévoit pas à l’avance, on s’y penche la veille au soir ou parfois le matin, pour préparer sa journée sereinement. On note les tâches prévues, les rdv, les essentiels du jour, point.

Filofax 6
À titre d’exemple, le début du mois d’aout, où je n’étais pas encore en mode vacances 🙂 Ensuite, je n’ai presque plus rien planifié du mois! ^^

Voilà pour cette présentation de mon bullet journal. Il évoluera certainement encore dans les prochains mois, c’est tout à fait normal. En attendant, je l’utilise dans la vie pro et perso et je dois dire qu’il m’est d’une aide précieuse.

Et vous, vous utilisez un agenda classique, pas d’agenda du tout? Un bullet journal ? Qu’est-ce qui vous plait le plus dans cet outil ?

Au fait, je profite de cet article pour vous remercier chaleureusement ! Grâce à vous, ce blog est vivant, on y discute ! vous venez régulièrement m’y retrouver et j’en suis extrêmement heureuse! Je vous adore et je vous souhaite une excellente rentrée !


14 réflexions au sujet de « Mes outils d’organisation: le bullet journal »

  1. Sympa ton BuJo 🙂 Comme toi, je vise plutôt la simplicité et le côté pratique. Mais j’aime bien mettre un peu de couleur par-ci par-là ^^ A l’usage, je me suis rendue compte que la planification quotidienne ne me correspondait pas trop, je fais plutôt une planification hebdomadaire : en haut de la page, un tableau pour toutes les corvées + les activités qui reviennent régulièrement (écriture, etc.) ; je colorie les cases quand l’activité correspondante est faite sur la ligne du jour. Et en dessous du tableau, les rendez-vous et tâches à effectuer d’ici la fin de la semaine.(Il faudrait que je fasse un article à ce sujet moi aussi, tiens ^^)

    1. Oooh ouii! Je voudrais bien voir ton bujo! Donc tu utilises les « trackers » pour suivre tes activités ? J’ai du mal, j’ai tendance à oublier de remplir les cases ^^

  2. Depuis le temps que j’entends parler de ces « bujo », je suis contente d’en voir un à l’oeuvre! J’aime bien le côté simple et customisable (du coup tu en fais ce que tu veux en fonction de ta manière de t’organiser et c’est cool ^^)
    De mon côté j’ai quand même acheté un agenda « classique » mais très simple chez Muji, avec les pages qui permettent un overview du mois, puis une double page par semaine pour avoir les RDV à gauche et une page blanche pour la liste de tâches à droite. Pour l’instant ça fonctionne pour moi, mais je trouve ton système très pratique 😉

    1. C’est un outil super cool, pas stressant et pas cher si on veut! j’ai vu les photos de ton agenda, il est très élégant et en plus… ton Traveler’s Notebook! Il est beau comme tout, le format passeport a un côté mignon (avec l’élastique orange, ça rend joliment sur le brun ^^) Très sympa tes idées de listes aussi!

  3. Re-wow !!! J’ai adoré l’idée du bujo et du tien en particulier, que je trouve particulièrement élégant… ♥ Merci pour nous avoir présenté tout ça !!! Du coup, tu me tentes vraiment, là. Pour l’instant, je fonctionne avec une « To do » list… Mais elle vient des Harry Potter Warner Bros studios… 😉 ♥

    1. Viens, viens du côté obscur des planner girls! ^^
      Contente que mon modeste BuJo te plaise, et puis si ça peut te filer des idées, c’est encore mieux! Tu peux même mettre tes to do list dans ton planner, Harry Potter c’est stylé!

  4. Bonjour,
    Je pense également transformer mon filofax classique en bujo. Je trouve le concept vraiment intéressant.
    Petite question technique : où trouves-tu les pages seulement marquées de points? J’en trouve des lignées, des quadrillées, des blanches… mais pas celles-ci…
    Merci.

    1. Bonsoir Claire et bonne route avec ton Filbujo ! 🙂
      Pour le papier quadrillé, j’ai tout simplement massacré mon carnet Leuchtturm à points dont je ne me servais pas pour découper des feuilles au format personal. Maintenant, j’utilise un Filofax A5 au travail, du coup je me suis contentée de perforer les feuilles, c’était pile le bon format ! 😉
      Si tu n’as pas envie d’investir dans un carnet aussi onéreux pour lui arracher la colonne vertébrale, je crois que la marque Fabriano en propose aussi avec des feuilles à points.

    1. PS, j’arrive comme une sauvage du blog de nathalie mais ton article est super et un très bon complément au sien! Tu vois, tu fais des adeptes 😉 je vais tester!

      1. Mais pas de souci, incruste-toi à la sauvage quand tu veux, miss! 🙂
        C’est cool si on t’a donné envie d’essayer; surtout, ne te fie qu’à tes besoins, pas à la montagne de superbes bujo qu’on peut voir partout sur le net. C’est mon petit conseil du jour! Et oui, le classeur type Filofax ou autre, c’est très pratique si tu veux garder un peu la main sur tes pages. Mais le carnet a un petit côté rétro que j’adore. D’ailleurs, il faut que je pense à mon système pour 2017, moi ^^

Laisser un commentaire